Mais pourquoi donc les habitants de Kalachi s’endorment-ils ?

Imaginez, Patricia : vous êtes assise, là, en studio, le visage collé au micro... Et soudain, allez savoir pourquoi, vos yeux se ferment brusquement et vous vous endormez... Là, d'un coup, d'un seul, illico... Et pas pour une micro-sieste, non : vous tombez dans le sommeil pour plusieurs heures, voire plusieurs jours... Puis vous vous réveillez, sans douleur ni fatigue particulière, et surtout sans comprendre ce qui vient de vous arriver...

Eh bien figurez-vous que ce drôle de phénomène ne cesse d'alimenter la presse du Kazakhstan, ainsi que le raconte Julien Guintard dans M, LE MAGAZINE DU MONDE... Dans le village de Kalachi, petite bourgade de 600 âmes, plus d'une centaine d'habitants se sont, ces cinq dernières années, endormis de la sorte : brutalement et pouvant rester inconscient durant plusieurs jours... Témoignage de Marina, agricultrice de 50 ans : "J'étais en train de traire mes vaches, tôt le matin, comme tous les jours, et je ne suis revenue à moi que deux nuits plus tard, à l'hôpital... Les infirmières m'ont dit 'Bienvenue Belle au bois dormant, tu te réveilles enfin'..." Témoignage d'Alexey, 30 ans, venu passer le week-end chez sa belle-mère : "Je venais d'allumer mon ordinateur portable et c'est comme si quelqu'un avait subitement appuyé sur un interrupteur pour m'éteindre..." Lui également s'est réveillé à l'hôpital, après avoir dormi plus d'une journée et demi... "Et, précise-t-il, on n'a strictement rien trouvé d'anormal dans mes examens" ...

De fait, rien d'anormal chez aucune des personnes atteintes par cette pathologie... Les médecins et les scientifiques se sont déplacés en nombre dans le village, mais ils se perdent en conjectures... Ils ont tout d'abord supposé que c'était l'effet de la vodka... Une vodka frelatée... Puis ils ont soupçonné le gaz radon émanant d'une mine d'uranium voisine... D'autres pensent qu'il pourrait d’agir d'une psychose de masse, ce qui arrive parfois dans les communautés fermées... Mais aucune de ces théories ne tient apparemment la route... Du coup, faute d'explication à cette épidémie de sommeil, les autorités viennent de décider de déplacer les habitants...

Alors pourquoi donc les résidents de Kalachi s'endorment-ils ? La presse, ce samedi, nous offre d'autres hypothèses...

Peut-être est-ce parce qu’ils ne veulent pas voir les horreurs commises par le groupe Etat Islamique ? Un groupe qui a saccagé le musée de Mossoul en Irak... L'indignation est planétaire et la condamnation unanime dans les journaux ce matin...

Ils ont diffusé leurs méfaits dans une vidéo... Destruction de statues, de tombeaux, de joyaux archéologiques appartenant à la mémoire de l'Humanité... OUEST FRANCE dénonce l'élimination de "trésors historiques" , LA MARSEILLAISE évoque "un patrimoine décapité" , L'ECHO DE LA HAUTE-VIENNE "un crime contre la culture : Mahomet bafoué" - et partout, on retrouve le même mot : barbarie...

"Le crime est leur seul mode d'expression" , estime ainsi Philippe Gélie dans LE FIGARO : "Crime contre les vivants, crime contre les morts, crime contre le passé, mais également contre l'avenir : ces barbares ne négligent aucune dimension du crime contre l'humanité"...

Dans LA PRESSE DE LA MANCHE, Jean Levallois rappelle que "les pièces du musée de Mossoul existaient bien déjà du temps de Mahomet, lequel n'a jamais procédé à leur destruction... Les bouchers obtus et incultes du groupe Etat Islamique se croient donc supérieur, dit-il, au prophète qu'ils prétendent honorer"...

"Cette destruction relève de la même logique que les enlèvements, les égorgements et les viols" , note de son côté Dominique Jung dans LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE : "il s'agit de faire le vide autour de soi, d'évacuer tout ce qui ne vous ressemble pas" ...

"En un mot comme en cent, ces gens-là n'aiment pas la vie" , résume Jean-Marcel Bouguereau, dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES : "Ils n'aiment aucune œuvre humaine, ils n'aiment pas l'amour, ils craignent les femmes qu'ils cachent sous des draps noirs, et, cela va sans dire : ils n'aiment pas l'humour..."

Mais l'humour, qu'est-ce que c'est ? Quels sont donc les ressorts du rire ? Et qu'est-ce qui fait rire aux quatre coins de la planète ? C'est le dossier, cette semaine, de COURRIER INTERNATIONAL... Passionnant dossier, où vous lirez qu'en Inde, on aime les blagues salaces, qu’au Royaume-Uni, on adore se gausser des hommes et des femmes politiques, alors qu'en Asie, on préfère l'autodérision... Vous lirez aussi qu'en Irak, la série télé qui cartonne en ce moment, c'est une série qui se moque ouvertement des djihadistes du groupe Etat Islamique...

Et puis en Tanzanie, au début des années 60, on a par ailleurs assisté à une épidémie de fou-rire... Une épidémie qui a commencé chez quelques jeunes filles d'un pensionnat, puis qui s'est propagée comme un virus d'un village à l'autre... Hystérie collective, ont expliqué les scientifiques... Collective, comme la psychose qui s’est emparée des habitants de Kalachi, sombrant brusquement dans le sommeil…

"Mais alors peut-on rire de tout ?" C'est la question, question entêtante, que pose Jean-Hébert Armengaud dans son éditorial... Réponse : on rit de moins en moins, en tout cas si l'on en croit de nombreux comiques français. "Imaginerait-on aujourd'hui l'imitateur Michel Leeb, remonter sur scène grimé en Noir pour singer les Africains ? Du mauvais goût, certes, mais qui en faisait rire certains... Or l'humour, même stupide ou vulgaire, ne tue pas... Sauf les humoristes, comme l'a tragiquement démontré l'attentat contre CHARLIE HEBDO..."

Continuer à rire. Y compris de Mahomet... Dans le FIGARO, vous lirez l'interview de l'écrivain danois Kaare Bluitgen, dont l'un des précédents livres fut à l'origine de la crise des caricatures en 2005... Aujourd'hui, il reprend la plume et publie un nouvel ouvrage qui attaque les religions - notamment l'islam et son prophète... Parce qu'il refuse de se taire et de baisser les bras... Je cite : "Ils veulent nous contraindre à vivre la peur au ventre... Mais ils ne réussiront pas... Nous ne plierons pas les genoux..." On ne baisse pas les bras. On ne plie pas les genoux…

Alors est-ce cela que les habitants de Kalachi ne veulent pas voir quand ils s’endorment ? Ou bien tombent-ils dans le sommeil pour oublier les autres tragédies du monde ?

Dans LIBERATION, retour sur le meurtre d'un blogueur au Bengladesh... Il s'appelait Avijit Roy et il était, depuis plusieurs années, menacé par des intégristes... Jeudi soir, il a été tué par plusieurs hommes à coup de machette. Son tort : avoir revendiqué qu'il était athée. Il est très mal vu de se proclamer athée dans le pays...

Dans LE PARISIEN, retour sur la mort d'un opposant russe... Boris Nemtsov, l'une des figures emblématiques de l'opposition à Vladimir Poutine... Il a été abattu la nuit dernière de quatre balles dans le dos, alors qu'il se promenait près du Kremlin à Moscou...

Toutefois, si l'on ouvre les yeux, on peut aussi saisir des infos plus légères en parcourant la presse...

D'abord un chiffre, dans L'EXPRESS : 2.500... C'est le nombre de coups de langue que les enfants doivent donner pour venir à bout d’une sucette... Une évaluation fournie par des chercheurs de l'Université de New York, qui ne précisent toutefois, ni la taille de la sucette, ni l’âge des enfants… Et puis on se demande qu’elle peut bien être la finalité d’une telle étude scientifique…

Ensuite, il y cette question dans le mensuel FAMILLI : à quoi pensent donc les hommes quand leur femme accouche ? Eh bien, à la lecture du dossier, on apprend qu’ils pensent surtout à leur femme...

Autre question posée par PSYCHOLOGIE MAGAZINE : à quoi pensons-nous lorsque l’on fait l'amour ? Apparemment, les femmes pensent surtout à leur corps... Et les hommes à leurs performances...

Enfin, dans LIBE, Emanuèle Peyret nous apprend la tendance mode de l'année 2015, c’est la nuisette ! En soie, en satin, en mousseline, cette pièce de lingerie, symbole des Années folles, a la cote ces derniers mois... Augmentation des ventes… Et de plus en plus de créateurs, des Français notamment, ont choisi de se spécialiser dans la confection de ce vêtement... Vêtement léger, très - très léger, mais qu'on peut porter, paraît-il, non seulement la nuit, mais également le jour... "Belle de jour, belle de nuit" : c'est le titre de l'article, et quand on regarde la jeune femme en photo dans le journal ; jolie nuisette en dentelle noire - ça donne éventuellement envie d'aller se recoucher, mais pas du tout envie de dormir... Bonne journée !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.