Ça fait rire les oiseaux…

Il arrive que des faits divers fassent la Une des journaux… Rien de tel ce matin en France, mais c’est le cas au Brésil : toute la presse brésilienne fait état du viol collectif d’une adolescente à Rio…

C’était le week-end dernier. La jeune fille a été violée dans une des favelas de la ville par une trentaine d’hommes, qui ont filmé la scène et ont ensuite posté la vidéo sur internet. Une sordide affaire qui a provoqué l’indignation générale, et même un scandale national… Dès hier, des manifestants se sont réunis devant l’Assemblée de la capitale, afin de crier leur colère contre la culture du viol dans le pays. D’autres rassemblements sont prévus à Sao Paulo, et le président par intérim s’est même fendu d’un tweet pour dénoncer « un crime barbare » . Au Brésil, selon les statistiques de la police, on compte une agression sexuelle toutes les onze minutes, et le nombre de viols pourrait dépasser les 500.000 par an…

Il arrive aussi que des actualités people fassent la Une des journaux… Rien de tel ce matin en France, mais c’est le cas aux Etats-Unis : toute la presse américaine fait état du divorce annoncé entre Johnny Depp et sa jeune épouse Amber Heard…

Désunion qui vient de prendre un tour dramatique, car l’actrice accuse l’acteur de violences conjugales… En fin de semaine dernière, il l’aurait frappée violemment au visage avec son IPhone – et les photos montrent en effet des hématomes. Selon le témoignage d’Amber Heard, son futur-ex-mari lui aurait, du reste, proposé de l’argent en échange de son silence, mais elle préféré ne pas taire l’incident, et demander le divorce le lundi suivant. Disant craindre aujourd’hui pour sa sécurité, elle a obtenu une ordonnance interdisant désormais à Johnny Depp de l’approcher à moins de 100 mètres…

Il arrive aussi que des actualités animalières fassent la Une des journaux… Rien de tel ce matin en France, mais c’est le cas au Japon : toute la presse japonaise fait état de la disparition du plus vieil éléphant de l’Empire du Soleil Levant…

Une femme éléphant qui s’appelait Hanako , et qui s’est éteinte à l’âge de 69 ans dans l’un des zoos de Tokyo. Dès l’annonce du décès, de très nombreux admirateurs de l’animal se sont rassemblés devant son enclos, afin d’y déposer des fleurs et des mots de condoléance, car Hanako était une star au Japon : un animal chéri par des générations, figurant même dans une série télévisée et dans des livres pour enfants… Une star et un symbole : celui de l’amitié entre les japonais et leurs voisins thaïlandais… Offerte au Japon par la Thaïlande en 1949, elle était le cadeau scellant la bonne entente des deux pays après la seconde guerre mondiale.

C’est d’ailleurs aussi de bonne entente qu’a parlé Barack Obama, hier, en se rendant à Hiroshima, la ville japonaise sur laquelle l’armée américaine lança la toute première bombe atomique…

Un déplacement historique, et un discours sur lesquels reviennent ce matin de nombreux éditorialistes, précisant que Barack Obama n’a, bien sûr, formulé aucune excuse… Les Etats-Unis font rarement dans la repentance… « Pas le genre de la première puissance mondiale » , relève Didier Rose dans LES DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE : « A Hiroshima, il fallait alerter sans paraître sur la défensive. » Alerter sur les risques des armes nucléaires et « effacer l’image nuisible d’un pays qui longtemps s’est réjoui du chaos infligé à l’ennemi »« Vers la fin d’un mandat, il ne reste plus guère aux hommes élus que les symboles pour laisser leur trace » , constate Jean-Marc Chevauché dans LE COURRIER PICARD« En allant plaider pour la dénucléarisation au Japon, Barack Obama rend service à la paix, mais que ne l’a-t-il pas fait plus tôt ? » _ Même point de vue dans LE MONDE , qui rappelle qu’en 2009, après sa première élection, le nouveau président jurait de travailler à un monde « sans arme nucléaire » . Et, du coup, le quotidien évoque une mission « accomplie à moitié »_ …

Demain, c’est d’une autre guerre qu’il sera question, cette fois, en France : l’autre grande guerre, la 1ère, avec la commémoration des 100 ans de la terrible bataille de Verdun, qui est devenu le symbole de la réconciliation franco-allemande.

Un symbole initié par le régime nazi, comme s’en souvient, dans LE FIGARO , Jacques de Saint-Victor … C’était en 1936, les 12 et 13 juillet, une première commémoration qui se veut pacifique, vingt après les combats… Du côté tricolore, on veut alors tellement préserver la paix que toutes les renonciations paraissent à l’époque souhaitable… Plus de 30.000 représentants des soldats des nations ayant pris part à la grande guerre se retrouvent à Verdun afin de célébrer l’événement. Une célébration au cours de laquelle un orateur de la délégation nazie déclara aux Français : « Tous les Allemands, et d’abord le Führer, croient fermement à la possibilité que les deux peuples puissent désormais vivre en voisins pacifique. » __ On sait ce qu’il advint quelques années plus tard… Il faudra attendre trente ans, et le retour au pouvoir du général de Gaulle pour que la France célèbre de nouveau Verdun. Mais, cette fois, sans l’Allemagne.

L’édito du journal est d’ailleurs également consacré au sujet, édito dans lequel Etienne de Montety se désole du climat dans lequel intervient cette journée de célébration… « Il y a, dit-il, quelque tristesse à observer que la commémoration de Verdun tombe au milieu d’une actualité pour le moins chaotique : manifestations, violence, grève, blocage des transports… Il y a là aussi un symbole, mais un symbole navrant , selon lui,symbole composé d’égoïsmes, d’inconscience et de corporatismes, comportements d’autant plus choquant que demain, le président ne manquera pas de saluer les vertus d’abnégation, de responsabilité, et de solidarité qui firent la force invincible de la France. » Egoïsme, inconscience et corporatisme : LE FIGARO est un journal d’opinion… Dans la presse régionale, on préfère en rester aux faits… « On n’en a pas fini avec les grèves » , note ainsi L’UNION … La fronde contre la loi Travail ne devrait pas faiblir, et ce, même si les moyens d’action restent flous… « Après une semaine agitée, la pression ne retombe pas » , constate pour sa part L’ARDENNAIS , tandis que LE COURRIER DE L’OUEST se demande si l’on s’achemine « vers une nouvelle semaine de galère » ? En tout cas, précise le journal, le bras de fer entre le gouvernement et les opposants à la loi Travail est bien parti pour continuer en juin. « On est entré dans une guerre d’usure » , confirme Jean-Marcel Bouguereau dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES . « Une guerre de positions, frontale, qu’au plus haut niveau de l’Etat, on assume clairement. »

__

Une guerre frontale : c’est ce que confirme l’interview donnée par Manuel Valls, le Premier ministre, au PARISIEN.« J’irai jusqu’au bout ! » C’est le titre à la Une.

Jusqu’au bout pour faire adopter la loi Travail. « Ma porte est toujours ouverte, je suis toujours prêt à la discussion, mais quand un texte a été discuté, qu'il a suscité des compromis avec les partenaires sociaux, qu'il a été adopté à l'Assemblée, je considère que ma responsabilité, c'est d'aller jusqu'au bout ! »Et Manuel Valls d’assurer qu’il n’a « pas de problème avec la CGT, ni avec Philippe Martinez. Mais, estime-t-il, la CGT, qui demande le retrait du texte, a fait le choix d'une stratégie très dure et de l'impasse. »

Dans cet entretien, le chef du gouvernement rappelle par ailleurs Emmanuel Macron à son « devoir de loyauté » .« Il a un talent réel et beaucoup voient en lui une forme de régénérescence de la vie publique. Mais quand on est ministre, il faut être uniquement à cette tâche. » Et d'évoquer le football, à deux semaines de l'Euro. « Dans une équipe de football, il faut des talents, de très bons joueurs à tous les postes. Mais il y a un collectif, un capitaine, une stratégie. On ne prend d'ailleurs pas toujours les meilleurs à tous les postes » , explique Manuel Valls . « Regardez ce que fait Didier Deschamps . Il prend ceux qui seront les meilleurs collectivement. La loyauté, c'est la cohérence et la cohésion d'une équipe. C'est comme cela que je conçois ma tâche » , décrit-il. Dès lors, au sujet de la volonté du ministre de l’Economie d'envoyer ses partisans faire du porte-à-porte chez les Français, le chef du gouvernement ironise : « C'est bien de faire du porte-à-porte. Que tout le monde fasse du porte-à-porte... mais dans les heures où on n'est pas ministre ! » __ Son opération de porte-à-porte, c’est ce samedi que la lance Emmanuel Macron .

Politique et justice… « Affaire Tapie : Sarkozy snobe les juges. » C’est à lire sur le site MEDIAPART . Les juges de l’affaire Tapie ont convoqué l’ancien président de la République le 13 avril dernier pour l’entendre comme témoin. Ils voulaient l’interroger sur le soutien que l’ex-homme d’affaire lui avait apporté pendant la campagne de 2007. Mais Nicolas Sarkozy a refusé de se rendre à la convocation.

Sport et littérature… « Le tennis est un langage. » Réjouissant billet de l’écrivain Laurent Binet dans les colonnes de L’EQUIPE . Il analyse les coups droits, les revers, les lobes, les montées au filet et souligne qu’il y a « quelque-chose de l’ordre de la conversation dans une échange de tennis » .

Enfin, musique et traits d’esprit… Dans LIBERATION , une chouette interview musicale de Vincent Dedienne , notre humoriste du jeudi dans le 7/9 de France Inter… Où préférez-vous écouter de la musique ? « Dans un bain moussant » , répond-il. Quel est le disque que tout le monde aime et que vous détestez ? « Ceux de la chanteuse Björk , dit-il. Peut-être parce que son nom m’évoque des soucis gastriques. » Et quel est le groupe dont vous auriez aimé faire partie ? « La Compagnie créole , parce qu’ils ont quand même l’air très heureux. » Dès lors, faut-il commémorer les grands succès du groupe ? Dommage : nous n'avons pas le temps pour une chanson...

__

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.