Bonjour à tous. Comme d’habitude, la presse du week-end mélange les bonnes et les mauvaises nouvelles. Avec dans les deux cas autant de chiffres rassurants qu’effrayants ! Je commence par lesquels ? A la demande générale, voyons d’abord les chiffres qui font peur. Grippe A : le virus mutant a fait deux morts en France. C’est l’encadré du DAUPHINE LIBERE, auquel on me permettra d’jouter cette information supplémentaire : le mutant a reçu un nom pour mieux l’identifier… Il s’appelle 222. Mais ne me demandez pas pourquoi pas 221 ou 223. La presse régionale ne le dit pas ! En Rhône-Alpes, le PROGRES de LYON précise seulement que le virus mutant a tué mardi, aux hospices civils, un jeune homme de 26 ans sur lequel on n’avait détecté aucune maladie. Au passage, le PROGRES de LYON évoque la saturation des neuf centres de vaccination les plus sollicités de la ville et la nécessité de les ouvrir six jours sur sept, à partir de lundi, comme vient de le recommander pour tout le territoire national, Nicolas Sarkozy. Inquiétude aussi en Lorraine et en Languedoc Roussillon. Le journal MIDI-LIBRE fait lui aussi sa manchette sur la grippe A, en affirmant que la région détient déjà le record des classes fermées ! A Nancy, l’EST REPUBLICAIN titre sur deux morts lorrains, une femme de 45 ans et un homme de 57 ans qui ont succombé hier au virus H1N1. L’EST REPUBLICAIN prévient prudemment ses lecteurs que selon ses informations, il y aurait eu avec ces deux cas, cinq décès recensés en Lorraine depuis le début de l’épidémie. Un chiffre mis néanmoins en perspective par mon confrère qui rapporte, qu’au total, jusqu’à présent, la grippe A avait eu raison de la vie de 8.000 personnes dans le monde. Sous la plume de Martine Perez, le FIGARO est plus éclairant, quand il explique à ses lecteurs que les deux patients décédés étaient porteurs d’un virus muté. L’un est mort au mois de septembre, l’autre en novembre. Et les deux malades habitaient dans des villes différentes. L’un des deux infectés était porteur d’une souche résistante au tamiflu. Souche découverte dans notre pays, parmi les 1.200 virus analysés génétiquement à ce jour. Quant au virus 222, dont je disais et pourquoi pas 333. Précision aussi du FIGARO aujourd’hui. Il s’appelle ainsi parce que la méchante bête qui va au plus profond des poumons, a muté au niveau du codon 222. Et ignorantus, ignoranta ignorantum… Vous, comme moi, ne savions pas que ce nom-là, désigne pour les experts de l’Institut de veille sanitaire le codant pour un acide aminé de la protéine H. Une mutation particulièrement surveillée, car elle confère une virulence plus forte au virus, comme on l’a vérifié en Chine et au Royaume-Uni, où on l’a retrouvé aussi. « Mutation 222 » résume FRANCE SOIR en affirmant dans un titre balance, que l’inquiétude grandit en Europe, où l’on a recensé 300 morts cette semaine, mais que selon nos autorités sanitaires, les vaccins restent efficaces. « Même pas peur donc », même si comme la presse le rapporte ce samedi, hier, en marge du sommet du Commonwealth de Trinité et Tobago, Nicolas Sarkozy a demandé de prendre au sérieux l’épidémie. « Si nous avons acheté des millions de vaccins », a-t-il ajouté, « c’est parce que nous avons anticipé ce problème qui concerne le monde entier ». Et le Président de la République a conclu… « L’épidémie est une réalité. 750.000 personnes ont déjà été vaccinées. On va élargir les plages d’ouverture, des centres de vaccination et garder notre sang-froid ». Un conseil, qui selon Nicolas Sarkozy, vaut pour le gouvernement, comme pour les médias, où il conviendrait de ne pas surréagir en disant blanc un jour et noir le lendemain. Et le Président de la République d’opposer les sondages assurant un beau matin que les Français refusent le vaccin, alors que trois jours plus tard, on fait la queue dans les centres de vaccination. Alors, peur sur la ville, ou force tranquille ? Stéphane Guillon répond dans FRANCE-SOIR, que le public en a marre du consensuel. Mais le même Stéphane Guillon qui signe la chronique de la semaine dans LIBERATION, évoque une discussion enflammée à sa table au cours d’un dîner. Et il écrit : « Quelqu’un a un ami, qui connaît un ami qui tient un laboratoire, tous les singes vaccinés en août dernier contre la grippe A sont morts ! » Ma femme et moi sommes très surpris. Nous répondons que parmi tous les singes que nous fréquentons assidûment, aucun n’est mort suite au vaccin ». Comme quoi, Stéphane Guillon, ennemi du consensus, peut être parfaitement rassurant. Encore dois-je signaler aujourd’hui le titre le plus effrayant de toute la presse française. On le découvre dans NICE-MATIN, un quotidien du sud-est que Michel Ponisatowski appelait avec un petit sourire : « Nice morning ». Le voici, tel qu’on peut le lire dans tous les kiosques des Alpes Maritimes. « Ils changent de sexe, en direct, sur Internet ». Et voici le sous –titre : « Sous le regard de centaines de médecins à travers le monde, deux transexuels niçois, ont été opérés hier, par une équipe de spécialistes réunie à l’hôpital Pasteur de Nice. » Revenez… Desgraupes, Barrère et Lalou, ils sont devenus fous ! Pas les chirurgiens bien sûr, mais les organisateurs de spectacles pour voyeurs. Fous aussi, nos voisins suisses qui organisent une votation, pour ou contre les minarets, sur le territoire helvétique ! Comme s’ils ne savaient pas quelle serait la réponse à cette question. Le journal l’ALSACE de Mulhouse, publie un dossier édifiant là-dessus… Un dossier propre à accompagner les précisions sur la libération conditionnelle de Roman Polanski. Lequel a le droit, à 76 ans, de rester chez lui à Gstaad, avec un bracelet électronique à la cheville. Ce boulet moderne, qui ne pèse pas mais humilie. Dans la série, nouvelles moins méchantes, rassurantes pourquoi pas. Vendredi, la presse s’inquiétait pour l’économie Dubaïote et sa bulle financière éclatée. Aujourd’hui, les inquiets se rassurent. Abu-Dhabi, la voisine va faire le nécessaire et puis, il ne manque à Dubaï que 80 milliards de dollars, une paille comparée aux 1.200 milliards toxiques évaporées sur la planète, depuis la chute de Lehman Brothers. Bonne nouvelle aussi, venue de Bruxelles. Le Français Michel Barnier obtient le fauteuil très convoité de commissaire au Marché intérieur et aux Services financiers. Un poste-clé selon le FIGARO, qui permet à la France de marquer un gros point au sein de l’esquisse de l’esquisse d’un vrai gouvernement européen. Une belle chronique de Bruno Frappat dans la CROIX sur Camus. « Panthéon, or not Panthéon». « Formule consacrée : « Untel à sa place au Panthéon ». Où est la place d’Albert Camus ? Où mettre l’auteur de « l’Etranger », de « la Peste », de « L’Homme révolté », du « Malentendu », de « Caligula » ? La place des œuvres, on sait, elle est partout, dans le monde entier. Et même, figurez-vous, en France où depuis cinq décennies ses livres se vendent comme des petits pains. Mais lui, ou du moins ses « restes », ses « cendres » ? Au soleil pur de la mélancolie ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.