Bonjour à tous. Y aura-t-il de la neige à Noël ? Rien, absolument rien sur ce point, dans la presse ce matin ! En revanche, des projections et des considérations à foison sur une série de questions plus élevées mais également passionnantes ! Qui va gagner les élections régionales, la gauche ou l’UMP ? Barack Obama et Nicolas Sarkozy vont-ils s’accorder au sommet climat de Copenhague ? Comment les Suisses vont-ils se prononcer sur la votation minarets… Et quel sera l’effet de la polémique Bergé-Téléthon, sur les dons de Noël aux associations ? Ajoutez à cela, le débat sur le couvre-feu Hortefeux, pour les moins de 13 ans. La mauvaise organisation de la vaccination anti-grippe A, les protestions du mouvement contre le gavage des oies… L’avenir de Domenech, le Noël des enfants, l’interdiction de la fessée, et vous aurez le tableau complet d’une presse dominicale qui sent déjà la fin de l’année. La presse chrétienne, le PELERIN en tête, publie les calendriers de l’avent. Les magazines féminins ne sont pas en reste de conseils et de classements… jusqu’à la DEPECHE de Toulouse qui titre ce dimanche sur les 7 recettes pour vivre longtemps : 1 – Se nourrir sainement, 2 – Surveiller ses artères, 3 – Entretenir sa sexualité, 4 – Entretenir également sa mémoire, 5 – Bouger... Rire… chanter. Sis colonnes à la une de la DEPECHE consacrées au colloque contre la prévention du vieillissement et un renvoi page 5, pour Nicolas Sarkozy, attaché à nationaliser les prochaines élections régionales… Attitude identique, dans les très sérieuses DERNIERES NOUVELLES d’ALSACE, qui mettent l’accent sur le coup d’envoi hier à Strasbourg des marchés de Noël. Avec ceux nouveautés soulignées cette année. Ils seront prolongés jusqu’au 31 décembre et fermeront à 21h30 du vendredi au dimanche. L’hebdomadaire VALEURS ACTUELLES, se met lui aussi aux couleurs de Noël, en insistant sur le luxe, exception française… avec nos parfums, notre mode, nos accessoires, qui malgré la crise, se vendent très bien en Asie. ELLE, dans le genre, vaut le détour cette semaine, avec son classement des 50 femmes les mieux habillées. Palmarès 2009, où je ne vois ni Sandra Freeman, ni Angie Paoli, ni la femme de ma vie… Mais Pénélope Cruz, Scarlett Johansson, Natalia Vodianova, Léa Seydoux, Sofia Coppola, Letizia d’Espagne… Et dans la catégorie politique-chic, Rama Yade et Carla Bruni-Sarkozy. Et oui, Carla, avec ce commentaire pour agacer les jaloux et les envieuses que j’imagine. Page 98 du magazine, je lis : « Carla Bruni a su inventer son style First lady à la française. Selon l’avis de notre jury, elle est toujours juste et fait bien son boulot de première dame ». Rama Yade… Chic, elle aussi… Elle sait ce qui lui va. Pas besoin d’en faire des tonnes. Elle a compris les bases de l’élégance en couleurs sobres. Elle a de l’allure, conclut Nathalie Rykiel, l’un des membres du jury. Dans le même magazine ELLE d’avant Noël, ne ratez surtout pas, l’éditorial d’Alix Girod de l’Ain, intitulé « claque de fin » et consacré à la dernière fessée. « Alors comme ça », écrit la belle Alix, « on ne va plus pouvoir taper les enfants. Quel dommage, un bon châtiment corporel à la maison, ça détendait bien, et puis, ça donnait de bons motifs de névrose aux enfants. Tout le monde était content ! ». Et l’éditorialiste de poursuivre. « Allez, une petite dernière pour la route et de suggérer, une claque à Pierre Bergé et une fessée aussi à Thierry Henry, au postérieur multi-célébré ». Mais voici la conclusion d’Alix Girod de l’Ain. « Il va bien se trouver des gérontologues pour nous interdire de frapper les vieux. Misère, car pour Thierry Henry, je visualise : les vestiaires du Stade de France, la sortie des douches, l’attaque surprise, paf paf, paf, mon Dieu si vous saviez comme ça fait du bien. Tiens, mon mari est en train de lire ce que j’écris par-dessus mon épaule. Il me dit que, lui aussi, il a envie de donner une dernière fessée, en souvenir du bon vieux temps. Il prend Rama Yade. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle a fait de mal ? « Rien, justement », sourit bizarrement mon époux. Bon sang. Ils n’ont pas tort, les psys, la fessée, c’est quand même un peu un truc de pervers ». Plus sérieusement… la polémique Pierre Bergé-Téléthon. TELE 7 JOURS prend à parti l’homme d’affaires même multimillionnaire, compagnon d’Yves Saint-Laurent et attaché comme on sait au Sidaction. Désaccord complet du PARISIEN qui sous la plume de Charles Saint-Sauveur, écrit que les Français lui donnent en partie raison, avant de relever que Pierre Bergé versera personnellement 2 millions d’euros par an, pendant 5 ans, au Sidaction. Le JOURNAL DU DIMANCHE est plus partagé et croit savoir que 40 % des Français seront moins généreux cette année. Du fait de la polémique peut-être mais aussi de la crise économique, qui affecte tous les porte-monnaies. Christian de Villeneuve, le directeur de la direction du JOURNAL du DIMANCHE s’en prend néanmoins à Pierre Bergé, pour ce qu’il appelle une mauvaise querelle. Polémique stérile, écrit-il, avant de demander pourquoi Pierre Bergé s’indigne à une semaine du Téléthon… on n’avait pas besoin de ça.. Voire ? J’ai découpé vendredi dans le FIGARO, une passionnante enquête avec des chiffres qui parlent, même s’ils ne disent pas tout… Ainsi donc, il y aurait dans l’administration du Téléthon, plus de 500 personnes engagées. Et dix des salaires les plus élevés seraient en moyenne de 8.000 et quelques euros. Bon ! Le débat ouvert, n’est pas fermé… Je préfère vous renvoyer ce matin au PELERIN et au portrait d’Odon Vallet par Catherine Ogier. Vallet, vous le connaissez, c’est un historien des religions, professeur à la Sorbonne, présent souvent à la radio et à la télévision. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il avait 7 ans quand son père, brillant universitaire, devenu DG d’une compagnie d’assurances, meurt dans un accident de voiture et lui laisse un héritage de 320 millions de francs. 50 millions d’euros. Il y a 10 ans Odon Vallet a choisi, non pas le luxe ou le superflu, mais d’aider avec cette fortune les jeunes en difficultés. Et depuis 10 ans, la fondation Vallet - 120 millions d’euros de capital aujourd’hui – délivre, chaque année, sous l’égide de la Fondation de France, plus de 3.000 bourses, de montants divers (de 300 à 3.900 euros), à des élèves méritants issus de milieux modestes. Des collégiens, lycéens ou étudiants originaires, pour l’essentiel, de France, du Bénin ou du Vietnam. La sélection est rigoureuse et les conditions, imposées par le mécène, drastiques. Ce ne sont ni des prodiges ni des surdoués, mais des élèves appliqués et volontaires. Sur ceux-là, ils sont aujourd’hui une dizaine, Odon Vallet veille « comme un adjudant-chef et une mère tigresse ». Chaque semaine il leur donne du temps, les accompagne dans leurs études, écoute leurs joies, partage leurs problèmes, les invite au restaurant. d’Alix Girod de l’Ain,L’argent et la générosité ne suffisent pas. A trois mille lieues de chez eux, plongés dans un environnement qu’ils ne connaissent pas, les jeunes sont vulnérables. Je ne peux pas les laisser livrés à eux-mêmes. Sur les raisons de sa générosité, Odon Vallet est lucide. « Si j’avais eu une famille à charge, je n’aurais pas créé cette fondation. Ces jeunes m’aident à vivre, à donner un sens à mon existence ». Cette « absolue nécessité » reçue en héritage. Un mot encore dans TELERAMA. Emmanuel Anizon évoquent les journalistes qui quittent le navire. « Nous avons le regret de vous part de la désertion de Françoise Degois, journaliste à France Inter, et de Véronique Lafont, journaliste à TF1, passées à « l’ennemi ». La nouvelle est tombée dans les rédactions, mardi 17 novembre. Après avoir vaillamment lutté pendant des années au côté des leurs, les deux ex-combattantes de l’information ont succombé : l’une part conseiller la présidente de la Région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, l’autre la ministre de la Santé et des Sports, Roselyne Bachelot. Leur départ fait suite à d’autres : Catherine Pégard (ex-Point) et Patrick Buisson (ex-LCI) à l’Elysée, Myriam Lévy (ex-Figaro) à Matignon, Jean-Marc Plantade (ex-Parisien) à Bercy, Gaël Tchakaloff (ex-Nouvel économiste) à la justice, ou encore, dernièrement, Emile Josselin (ex-20 minutes.fr) pour le PS".

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.