Si nous sommes là, Patricia, en studio devant un micro, c'est parce que nous sommes vivants... Vous êtes vivante, je suis vivant. Et ceux qui nous écoutent le sont également. Mais il peut arriver que tout en étant vivant, on soit considéré comme mort. C'est la mésaventure qui vient d'arriver à un père de famille de Créteil dans le Val-de-Marne... Il s'appelle Christophe Dehennin, et il y a quelques jours, il a reçu un drôle de courrier en provenance de la Direction Générale des Finances Publiques. Enfin « drôle », façon de parler, car ce courrier était adressé « à sa succession » et il stipulait, en substance, que ses descendants devaient de toute urgence s'acquitter du restant de son impôt sur le revenu, lui-même ne pouvant plus le faire, puisqu'il était décédé... « Sur le coup, raconte-t-il, j'en ai rigolé... Mais après j'ai réalisé : si, en mon absence, c'était ma femme ou mes enfants qui avaient ouvert ce courrier, ils auraient pensé quoi ? Et imaginez que ce type de courrier arrive dans la famille de quelqu'un de malade ! » C'est à lire dans LE PARISIEN, sous la plume d'Agnès Vives : « Déclaré mort par les impôts. » Depuis, Christophe Dehennin, qui est donc bien vivant, tente de comprendre ce qui s'est passé. « Un bug », répond le fisc, évoquant une possible erreur de sa banque... C'est elle qui aurait informé l'administration qu'il avait passé l'arme à gauche. Pas d'autre explication. « Un bug ». Point final.

Et c'est également par un bug que s'est ouvert hier l'élection pour la présidence de l'UMP...

Et c'est Laure Equy qui raconte, sur le site de LIBERATION. « A peine une demi-heure après l'ouverture du scrutin électronique ouvert aux militants, certains ont eu des sueurs froides au siège du parti... Et ils ont dû voir défiler les souvenirs du fiasco de l'élection Copé-Fillon... Première demi-heure, premier bug : impossible d'accéder au site, sur lequel les adhérents doivent s'inscrire pour pouvoir désigner leur nouveau chef... Saturé de connexions, celui-ci aurait fait l'objet d'une ‘cyber-attaque’... » C'est en tout cas ce qu'a expliqué la Haute-autorité chargée de veiller au bon déroulement du scrutin. Mais à 22H30 hier soir, ladite autorité prévenait que des « dispositions » avaient été prises et que près de 12.000 personnes avaient déjà voté... Sauf qu'une heure plus tard, commente ma consœur : le site piraté continuait de ramer...

Ca rame, donc, mais le bug paraît désormais maîtrisé, et tous les journaux, ce matin, s'interrogent sur le résultat. Non pas sur le nom du vainqueur. Ce sera Nicolas Sarkozy. Mais « Pourra-t-il crier victoire ? » , se demande SUD-OUEST. « Quel score pour Sarkozy ? » , se demande LA PROVENCE. Même question à la Une du FIGARO, qui précise que ce score est bien le principal enjeu de ce scrutin. Analyse de Judith Waintraub : si Nicolas Sarkozy atteint 75% des voix, on parlera de "retour gagnant" ; à 65%, on dira "encore du travail" ; à 55%, ce sera un "retour raté". Les deux autres candidats ont également droit à leurs estimations : si Bruno Le Maire atteint 30% des voix, on parlera d'un choc ; à 20%, on dira "pari gagné" ; à 10%, "pari perdu"... Quant à Hervé Mariton, il pourra s'estimer heureux s'il atteint un score à deux chiffres...

Sarkozy sera donc le nouveau président. Président de l'UMP. Et cela suscite, ce matin, l'ironie d'une bonne partie des éditorialistes... Exemple avec Daniel Muraz dans LE COURRIER PICARD : « Se choisir comme président quelqu'un qui a laissé son parti exsangue, qui a les juges aux trousses et qui, de surcroit, ne paraît pas intéressé par le poste, cela s'apparente à un suicide politique. » Jean-Marcel Bouguereau, dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES, évoque, lui, sa campagne de « bonimenteur » , entièrement faite de tromperies, de falsifications et de mensonges...

Quant à Jean-Paul Brunel, dans LE COURRIER DE L'OUEST, il se demande « Quel est le message de renouveau ? La chance de Sarkozy, dit-il,repose sur son orgueil, son ambition démesurée, et la violence de ses propos, laquelle sied actuellement à l'atmosphère du pays... En cela, il reste en phase avec une approche décadente de la politique, qui privilégie la démagogie et lui fait emprunter ses recettes d'arrière-cuisine chez ses voisins de pallier, à l'extrême-droite du couloir... »

Personne, en tout cas, n'envisage bien sûr la défaite de Nicolas Sarkozy, qui, dès ce soir, dès l'annonce de son élection, a prévu de cogner "Pignouf" , comme l'explique Benjamin Sportouch dans les colonnes de L'EXPRESS... "Pignouf" : le dernier sobriquet en date dont Sarkozy gratifie l'actuel chef de l'Etat... "Pignouf" , c'est élégant... Dans l’article, on apprend que le futur patron de l'UMP fait son venin de tout ce qui touche, de près ou de loin, à François Hollande... Que cela soit d'ordre public ou privé... Ainsi se vante-t-il souvent d'avoir des infos top secrètes sur sa vie intime... « Vous savez que Julie Gayet a une voiture de l'Elysée avec chauffeur ? », aurait-il balancé à ses proches récemment... « Ah non, vous n'étiez pas au courant ? » Sarkozy sait tout, et il veut que ça se sache...

Mais alors, pourquoi sait-il tout ? Toujours ces rumeurs de taupes infiltrées dans le personnel du président de la République... Ce matin, dans LIBERATION, Grégoire Biseau nous apprend que cinq membres du personnel de l'Elysée ont été mutés. Pas virés, mais mutés... Cinq personnes qui étaient, jusque-là, habilitées à travailler dans les appartements privés de François Hollande... Problème de confiance, après l'affaire des photos publiées dans la presse. « Photo Hollande-Gayet : coup de balai au palais… » Sur les cinq personnes mutées, quatre avaient embauchée sous l'ancienne présidence, celle de Nicolas Sarkozy.

Libération, qui fait toutefois sa Une avec d'autres photos... Deux hommes. Deux Américains...

A droite : Barack Obama, visage fermé, regard baissé... A gauche, Martin Luther King...

Je rêve qu'un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la réalité de son credo : "Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont égaux..." Voilà donc quel était le rêve de Martin Luther King... Un discours plein d'espoir, qui paraît bien loin désormais, commente le journal, sous ce titre « Racisme : le rêve perdu » ... Pour le quotidien, la mort impunie du jeune Michael Brown est le révélateur d'une Amérique déchirée, minée par une fracture raciale à laquelle Barack Obama n'a pas su s'attaquer, craignant trop d'apparaître comme « le président des Noirs » . Résultat : aujourd'hui, pour l'historien Andrew Diamond, l'Amérique est « aussi raciste que dans les années 60 » ... Et il suffit, ici, de donner quelques chiffres. L'espérance de vie d'un Afro-Américain est inférieure de quatre ans à celle d'un Blanc. Et les foyers blancs gagnent en moyenne 70% de plus que les foyers noirs, écart plus large encore que dans l'Afrique du Sud des années d'Apartheid...

Les autres titres de la presse, ce matin…

  • Sur le site MEDIAPART, une enquête de Laurent Mauduit sur l'un des projets du ministre de l'Economie : en l'occurrence, la première privatisation concrète du quinquennat Hollande. Emmanuel Macron envisage ainsi de céder l'aéroport de Toulouse-Blagnac à deux groupes étrangers : un groupe chinois implanté dans des paradis fiscaux, et un groupe canadien radié pour dix ans par la Banque mondiale, pour des faits graves de corruption. Laurent Mauduit dénonce un scandale, même une "affaire d'état" ...

  • Quatre morts et une disparue... Photos à l'appui, tous les journaux reviennent sur les pluies diluviennes qui se sont abattues hier dans le sud du pays, en particulier dans le Var. CORSE-MATIN évoque "un jour cataclysmique" . Pour NICE-MATIN, c'est "le chaos" . "Quelle tempête !" , se désole MIDI-LIBRE, tandis LE TELEGRAMME parle d'une "série noire" ... « Dans le Sud-Est , écrit le journal, les dérèglements climatiques provoquent d'importants dégâts matériels et humains » . Confirmation dans LE PARISIEN : « En 2014, la météo devient folle » ...

  • LE PARISIEN, qui nous offre également deux pages sur le footballeur Thierry Henry, qui pourrait jouer ce soir son tout dernier match. « Quelle trace laissera-t-il dans l'Histoire ? » , s'interroge le quotidien... Les réponses sont dans L'EQUIPE, qui lui consacre la totalité de son supplément magazine. Un magazine « spécial Thierry Henry », où vous lirez cette citation de l’intéressé, modeste et terre-à-terre : « Non, je ne suis pas un héros. J'ai juste tapé dans un ballon. »

  • A la Une de L'UNION : "Après avoir été déchue, la Miss Champagne-Ardenne décide de porter l'affaire devant les tribunaux..." Bien évidemment, nous suivrons cette affaire.

  • Enfin, en manchette du COURRIER DE L'OUEST, on peut lire que "Le père Noël arrive aujourd'hui à Angers" ... Il est un petit peu en avance, non ? Je pense qu'il y a un bug.

Revue de presse ce samedi 29 novembre

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.