Il est donc précisément 8 heures 30, mais dans 24 heures, il sera une heure de moins

7 heures et demi – heure d’aujourd’hui – mais 8 heures 30 – heure de demain… Car c’est donc cette nuit qu’en France, on passe à l’heure d’hiver. « A 3 heures, il sera 2 heures », nous rappelle à sa Une LE PARISIEN. Une heure de sommeil en plus, une bonne nouvelle, a priori – surtout pour ceux qui, comme nous, doivent se lever très tôt… Mais attention, le changement d’heure a aussi son côté obscur, ainsi que nous l’explique ce matin LIBERATION : mis en place pour des raisons d’économie d’énergie, il s’accompagne en effet d’une augmentation des accidents de la route. Mais oui.

La Délégation à la sécurité routière s’est d’ailleurs fendue d’un communiqué un brin anxiogène : « Ces cinq dernières années, le nombre d’accidents corporels des piétons en novembre est supérieur de 3% à celui d’octobre. Et pour la tranche horaire 17H/19H, l’augmentation atteint même 40%. » La raison, c’est que la nuit tombe plus tôt, au moment des sorties des bureaux et des classes. Or l’éclairage public et celui des voitures ne suffisent pas toujours à bien voir les cyclistes ou bien ceux qui traversent sur les passages piétons.

Il semblerait toutefois que le corps s’adapterait mieux et plus rapidement à l’heure d’hiver qu’à l’heure d’été. On relève çà et là des troubles du sommeil, voire des changements d’humeurs lors du passage à l’heure d’hiver, mais rien à voir avec ce qu’on constate quand on doit de nouveau régler nos montres six mois plus tard. Selon une étude américaine, il y aurait ainsi 25% d’infarctus en plus le lundi suivant le passage à l’heure d’été…

Des infarctus pour l’heure d’été, des accidents pour l’heure d’hiver… « Pourquoi le changement d’heure tue » : c’est le titre du papier. Pas très réjouissant pour débuter la journée.

Il est, cependant, un pays qui a décidé de rester à l’heure d’été toute l’année : ce pays, c’est la Turquie. Fini le réglage des pendules deux fois par an : dorénavant, on ne touche plus aiguilles. C’est ce que nous apprend Marie Jego dans M, LE MAGAZINE DU MONDE, précisant que l’initiative a été prise par le ministre de l’Energie, qui est aussi le gendre du président Erdogan. D’après lui, cela permettra de faire de substantielles économies, sans compter que ses concitoyens pourront « profiter plus longtemps de l’ensoleillement »…

Une mesure, à dire vrai, pas du tout anodine car, jusqu’ici, les 75 millions de Turcs partageaient la même heure que leurs voisins européens. « Comment pourrons-nous ajuster notre temps de travail ? », s’interrogent, du coup, certains hommes d’affaire du pays… En Turquie, les ¾ du secteur textile commercent avec l’Union Européenne. Or donc, à partir de demain, quand les entrepreneurs d’Istanbul arriveront au bureau à 8 heures du matin, il ne sera que 5 heures à Londres, et 6 heures à Paris, à Madrid et Berlin. Difficile, pour les exportateurs, de joindre leurs principaux interlocuteurs avant le début de l’après-midi…

Mais il en est également qui applaudissent, à l’instar des théologiens et des masses pieuses qui servent de socle au parti islamo-conservateur au pouvoir. Tous ceux-là jubilent à l’idée de vivre à l’unisson avec les frères du Golfe et de l’Arabie Saoudite. Désormais, les prières et les grandes fêtes religieuses auront lieu en même temps qu’à la Mecque et Médine. Il apparait donc qu’il s’agit là davantage d’un choix religieux qu’économique…

La Turquie reste à l’heure d’été, mais pour les journalistes turcs, c’est franchement l’hiver avant l’heure. C’est ce qu’on perçoit à la lecture de l’hebdomadaire LE UN. Un numéro entièrement consacré au combat que mène notamment le journaliste Can Dündar, que Recep Erdogan essaie de faire taire depuis maintenant des années… « Un journaliste contre le président », titre l’hebdomadaire, qui présente la Turquie comme la plus grande prison de journalistes au monde. Depuis la tentative de coup d’Etat de juillet dernier, 130 journalistes ont été jetés en prison, et des centaines d’autres contraints au chômage, avec l’interdiction des chaînes de télés et des journaux se permettant de critiquer le pouvoir. C’est aussi ce que se permet donc Can Dündar, dont le quotidien, quelques jours après l’attentat à CHARLIE HEBDO, eut le courage de publier quelques pages du numéro écrit par les journalistes survivants. Il raconte longuement cet épisode dans LE UN… Les menaces, les pressions… Et la rage d’Erdogan quand Dündar publia par la suite des documents prouvant que les services secrets turcs avaient livré des armes à des groupes djihadistes en Syrie. Des révélations qui lui valurent des poursuites judiciaires de la part du gouvernement, plusieurs mois de prison ainsi qu’une tentative d’assassinat… Lisez ce récit. La lutte pour l’information. Pour la liberté d’informer.

A la Une du FIGARO, une nouvelle nettement plus joyeuse. Et une photo joyeuse aussi ! Grande photo de manchots déambulant sur la banquise. Ils ont l'air très heureux et, à dire vrai, ils ont de quoi, comme l'explique le titre : « 24 pays créent la plus grande réserve marine du monde en Antarctique ». Une excellente décision pour l'environnement : hier, après des années de blocage – principalement par la Russie, la communauté internationale a trouvé un consensus pour mettre en place le plus grand sanctuaire marin de la planète. Une vaste réserve protégée d'un 1 million ½ de km² dans les eaux glacées de la mer de Ross. Une réserve d'ores et déjà baptisée « Le jardin d'Eden polaire ».

Lui, certains de ses proches le trouvent de plus en plus manchot. Photo de François Hollande à la Une du PARISIEN. Avec ce mot en quatre lettres : SEUL. Même aux yeux de ses plus fidèles soutiens, le chef de l'Etat n'apparaît plus comme le candidat naturel de la gauche pour la prochaine présidentielle... « Il a tout cassé », estime ainsi le député des Hauts-de-Seine Sébastien Pietrasanta. Tout cassé, notamment, avec ses confidences malheureuses accordées aux auteurs du livre Un président ne devrait pas dire ça. Un livre qui m'a « ébranlé et choqué, tant sur la forme que le fond », confie l'élu du PS. « C’est, dit-il, un immense gâchis, car on peut être fier de notre bilan, fier de la façon dont le chef de l’Etat a géré les attentats. Mais, donc, avec ce livre, Hollande a tout gâché. Et nous, on rame derrière… »

Ils rament, et les experts électoraux les plus optimistes prédisent au PS moitié moins de députés après les législatives de juin prochain. Les plus pessimistes en prédisent même juste une trentaine’, avec une cinquantaine de députés du FN… A propos du livre, si l'on en croit LE MONDE, Manuel Valls a même, lui aussi, évoqué sa "colère" et la "honte" ressentie selon lui par les militants socialistes. La honte, la colère, mais aussi l'abattement chez les parlementaires qui craignent donc une véritable débâcle électorale.

« Mais ne l'enterrons pas trop vite ! », estime cependant le chiraquien Jean-Louis Debré dans LE PARISIEN. Pour l'ancien président du Conseil Constitutionnel, François Hollande est, certes, « très mal parti, et il a mis beaucoup de talent à détruire ce qu'il avait, mais il reste - dit-il - un bon technicien de la politique et un vrai combattant ».

Lorsque les compliments viennent des adversaires, je ne sais pas si c’est très bon signe. Pas de compliments, en revanche, dans la bouche de Nicolas Sarkozy, mais une nouvelle explication de texte dans les colonnes de NICE MATIN. Jeudi, il expliquait qu'en cas d'un second tour opposant François Hollande et Marine Le Pen, il irait voter pour le premier. Il le redit ce matin, mais redit également que c'est un cas de figure « hautement improbable », et que voter Hollande serait pour lui « une douleur extrême ».

Dossier douloureux à lire également dans LIBERATION. Douloureux pour les gourmands et les gourmets. Profitant de l'ouverture du salon du chocolat, le quotidien a décidé d'explorer « la face sombre » de ce qu’on appelle "l'or brun"... Vieux de 400 ans, le modèle économique de l'industrie du chocolat est en train vaciller, notamment parce que les ressources en cacao s’épuisent, et les grands groupes industriels tentent de trouver la parade. Notamment en imaginant des produits de substitution : farine de caroubier, graisse végétale, arome chimique… Pas sûr que les consommateurs gagnent au change.

Et puis, pour conclure, deux infos culturelles.

Tout d’abord, Bob Dylan a finalement annoncé qu’il acceptait le Prix Nobel de Littérature… Il était resté silencieux depuis le 13 octobre, mais que DAILY TELEGRAPH, il explique qu’il ira recevoir cette récompense qu’il qualifie de « stupéfiante et incroyable ». On ne connait pas encore l’horaire.

Enfin, dans la presse people, j’ai lu que Diane Kruger avait quitté le comédien canadien avec lequel elle vivait depuis dix ans. Elle est donc de nouveau célibataire. Il était temps !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.