La droite… et les gauchers.

Quel est le point commun entre Franck Ribéry, David Cameron et Kurt Cobain ? Quel est le point commun entre Nicole Kidmann, Philippe Delerm et Michel Leeb ? Entre Bill Gates et Hugues Auffray ? Hugo Chavez et Stéphane Bern ? Bill Clinton et Lady Gaga ? Leur point commun, c'est que ce sont tous des gauchers – comme l'est également l'ex-tennisman français Michaël Llodra, qui signe une tribune sur le HUFFINGTON POST, dans laquelle il explique ce que le fait d'être gaucher a pu lui apporter dans tennis de haut niveau. En l'occurrence, dit-il, « les gauchers sont des joueurs qui déstabilisent les droitiers, et d'après certains scientifiques, ils ont un temps de réaction plus rapide que les droitiers » ... Et puis il y a le fameux slice du gaucher – très déstabilisant aussi, quand l'adversaire est un droitier. « Moi, si j'avais été droitier, je n'aurais jamais fait la carrière que j'ai faite » , confie celui qui maintenant devenu commentateur du tournoi de Roland-Garros. D'ailleurs, « Nadal, c'est pareil. » Sa carrière, ses exploits, c'est parce qu'il est gaucher...

Déstabiliser l'adversaire : c'est aussi l'une des règles qui prévaut en politique, et ce samedi, c'est la droite qui fait la Une des journaux, avec l'UMP, rassemblée en congrès fondateur, et qui va donc officiellement changer de nom. « Un congrès de reconquête pour les Républicains » , titre ainsi ce matin L'UNION. « Les Républicains enterrent l'UMP » , titre LA DEPÊCHE DU MIDI. Six mois après son élection à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy souhaite donner l'image d'une famille rassemblée. Et pour Alain Dusart, de L'EST REPUBLICAIN – tiens oui, républicain – « Le retour sur la scène de Nicolas Sarkozy, un retour qui était, certes, poussif, au départ, est un retour réussi. Néanmoins , ajoute-t-il, il lui reste à convaincre que le changement de nom n'est pas un simple tour de passe-passe pour faire oublier les affaires... »

Et convaincre, ce n'est pas gagné, comme en témoigne le sondage ODOXA publié dans les colonnes du PARISIEN. « Pensez-vous que la transformation de l'UMP en Républicains permettra au parti de connaître un nouveau départ ? » : les sondés répondent "non", à près de 80%. Et les trois-quarts estiment qu'en changeant ainsi son parti, le principal objectif de Nicolas Sarkozy, c'est de « mettre en place une structure visant à le favoriser lui-même pour 2017 » ...

Mais non, mais non, rassure, sans rire, son ami Brice Hortefeux : « Sa seule préoccupation, c'est le collectif » , dit-il... Mais dans LE MONDE, d'autres fidèles de l'ancien chef de l'Etat confient ses réelles intentions – intentions qui ne sont, du reste, qu'un secret de polichinelle : pour eux, ce congrès ne serait que la fin de la fin de la première séquence devant le ramener jusqu'au palais de l'Elysée. D'où le titre du quotidien : « Sarkozy va lancer sa nouvelle machine de guerre » ...

« Les Républicains » - le nom a été validé par les adhérents de l'UMP - ce serait donc une machine de guerre. « Et en l'orchestrant , note Stéphane Siret dans PARIS NORMANDIE, c'est bien plus qu'un changement de nom que Sarkozy met en musique : il solde carrément l'ère Juppé, le président-fondateur de l'UMP. »

Lequel Alain Juppé s'exprime ce matin dans LE FIGARO. Il dit que c'est un jour « émouvant » , parce qu'une page se tourne. Mais cette page, explique-t-il, « il fallait la tourner » ... « J'ai aimé l'UMP, je suis sûr que j'aimerai les Républicains... » Prière de le croire sur parole. L'ancien Premier ministre en profite pour glisser quelques mots sur ce qui le différencie de Nicolas Sarkozy : « Je suis un homme de droite ouvert, pas sectaire et je l'assume. » Il assume également de concourir pour la primaire qui désignera le candidat de la droite pour 2017. La bataille pour la primaire chez « Les Républicains ». Mais comme avant, comme du temps de l’UMP, le nerf de la guerre, ça restera l'argent. Tous les candidats déclarés font la quête depuis plusieurs mois, non seulement dans l'Hexagone, mais également à l'étranger, à Londres et à New-York, où se sont expatriées nombre de grosses fortunes françaises. C'est ce qu'explique Alain Auffray dans LIBERATION ce matin : « Foire de pognon chez les candidats » ... La foire, car les candidats n'ont droit à aucune subvention du parti pour mener campagne.

Une enquête similaire à lire dans LE POINT – LE POINT dont, soit dit en passant, on ne cachera pas l'étrange odeur de renfermé qui se dégage de la Une. Le titre : « Les Arabes » . Sous-titre : « L'histoire méconnue d'une civilisation » . Second sous-titre : « Aux origines de la tragédie d'aujourd'hui » . Ce qui donne, quand on lit l'ensemble : « Les Arabes, l'histoire méconnue d'une civilisation aux origines de la tragédie d'aujourd'hui » ... Légère impression de malaise... Mais il y a donc cette enquête : « La quête chez les expatriés » . Récit des déplacements de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Le Maire, François Fillon... Tous se sont donc lancés, avec plus ou moins de succès, dans une course aux dons qui dépasse les frontières... Des chèques de 1.000 euros, 3.000 euros, 7.500 : le maximum autorisé. D'ailleurs, même Jean-François Copé, qui, pourtant, ne vise pas la primaire, aurait récemment décidé de réactiver ses réseaux, à travers son micro parti... Là aussi, il s'agit de récolter des fonds... L'ancien président de l'UMP plancherait, de surcroit, sur un livre, à paraître en janvier prochain. Bref, malgré les affaires, Copé bouge encore.

Toujours dans LE POINT – une info qui n'a rien à voir – encore qu'en politique, on boit beaucoup de café – eh bien sachez que la caféine pourrait éviter à certains de prendre du Viagra. Conséquence d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université du Texas : un homme qui boit deux ou trois tasses de café par jour connaîtrait, selon cette étude, nettement moins de problème d'érection qu'un homme qui n'en boit pas. Jusque-là, la formule, c'était : « Un café, l'addition ! » Dorénavant, ce sera donc : « Un café, une érection ! » Ce n'est pas moi qui le dis, c'est écrit dans l'hebdomadaire.

A ce propos, je vous conseille la lecture du très coquin numéro de printemps de la revue L'ALPE – revue consacrée aux Alpes, le massif des Alpes et ce titre à la Une : « Le sexe de l'Alpe » ... Voyage dans les représentations, érotiques parfois, de ces paysages que les touristes disent pourtant si pures : de l'image d'Epinal des bergers priapiques aux femmes posant en tenue d'Eve au sommet du Mont-Blanc. D'ailleurs, ce n'est sans doute pas pour rien qu'on dit que l'on grimpe une montagne. Parfois sur son versant droit, et parfois sur son versant gauche.

Et à gauche, se trouve également le président de la République – c’est, du moins, ce que disent certains. Mais, ce matin, LIBE s'interroge : « Où est donc passée la diplomatie de gauche ? » La politique extérieure de François Hollande, d'après le quotidien, est, sur le fond, plus proche de celle de Nicolas Sarkozy, que de la tradition gaullo-mitterrandienne. Pragmatisme diplomatique. Interventionnisme assumé.

Mais comment intervenir face aux troupes du groupe Etat Islamique n'ont de cesse de gagner du terrain ces dernières semaines. Patrick Forestier analyse leur stratégie dans les colonnes de PARIS-MATCH. La cité antique de Palmyre est maintenant aux mains des vandales. Ils y ont massacré plus de 200 personnes, dont des dizaines de civils – des fonctionnaires et des médecins, la directrice de l'hôpital. Et avec cette prise, ils contrôlent désormais la moitié du territoire syrien. Ils ne sont plus qu'à 200 kilomètres de Damas. Rien ne paraît les arrêter, et ce n'est pas tout : d'après le magazine en ligne de l'organisation terroriste, celle-ci pourrait bien, d'ici quelques mois, s'offrir une bombe nucléaire. C'est en tout cas ce qu'elle annonce : une bombe made in Pakistan, qu'elle achèterait grâce aux moyens financiers colossaux dont elle dispose. Son budget de fonctionnement, d'après certaines estimations, serait d'un million d'euros par jour. Un million par jour... Récemment, Barak Obama a promis de livrer un millier de lance-roquette anti-char à l'armée irakienne, afin de tirer sur les véhicules piégés. « Une décision qui ne changera pas le cours de la guerre » , se désole mon confrère. « Rien n'arrête DAECH » : c'est le titre du papier...

Dans MATCH, on apprend également que les abeilles sont encore plus performantes que les chiens pour détecter les explosifs. Raison pour laquelle on les utilise déjà dans les gares et dans les aéroports américains, afin de déjouer d'éventuels attentats. Les abeilles sont précieuses, on ne le dira jamais assez... Mais malgré leur bonne volonté, elles non plus ne peuvent rien contre l'avancée des barbares du groupe Etat Islamique.

Quoi d'autre à retenir dans la presse ce matin ?

Un fait divers macabre dans LE PARISIEN... A Sainte-Sigolène, en Haute-Loire, un homme de 84 ans avait disparu en début de semaine. Son corps a été retrouvé, au bout de quatre jours, dans l'un des ascenseurs en panne de sa maison de retraite. L'histoire ne dit pas s'il était droitier ou gaucher.

La réélection de Joseph Blatter à la tête de la Fifa... Malgré le séisme provoqué par l'arrestation d'une quinzaine de hauts responsables de l'organisation – le président en exercice depuis 17 ans rempile pour un cinquième mandat... « Et à la fin, c'est Blatter qui gagne » , soupire LE TELEGRAMME, tandis que L'INDEPENDANT se désole : « Blatter comme si de rien n'était » ... On notera que dans LE NEW YORK TIMES, le patron du service des enquêtes du fisc américain déclare qu'il s'attend à de nouvelles inculpations... « Sur le papier, Blatter a donc gagné , commente Patrice Chabanet dans LE JOURNAL DE LA HAUTE- MARNE. Mais le président de la Fifa siège désormais sur un fauteuil complètement vermoulu. Le parrain du football mondial peut encore tenir quelques mois, mais le carton rouge de la Justice n'est certainement pas très loin... »

« Parrain » : on retrouve le mot cette semaine à la Une de L'HUMANITE DIMANCHE... « Ces parrains qui font la loi » . Mais cette fois, plus question de sport. Ce sont les banquiers que l'hebdomadaire accuse. Affaire Société Générale, affaire HSBC, scandale UBS. Pourquoi les géants de la finances se croient intouchables...

Enfin, le foot côté terrain : PSG - Auxerre en finale de la Coupe de France... La photo d'un duel à la Une de L'EQUIPE. A gauche, Sébastien Puygrenier, avec le maillot blanc d'Auxerre. Et à droite, Ibrahimovic - le maillot bleu du PSG. « L'histoire les attend » , titre le quotidien sportif. Sachant que dans les tribunes, les photographes pourront aussi immortaliser un autre duel... A gauche, François Hollande. A droite, Nicolas Sarkozy... Tous les deux devraient être assis quasiment cote à cote ce soir. Le président de la République et l'ex-président de l'UMP, qui sera devenu, à cette heure-là, président des « Républicains » ... N'en déplaise à ceux qui s'opposent à l'appropriation du terme... « Monsieur Sarkozy, s'il-vous -plait, mettez un adjectif à votre République ! Nous sommes tous des Républicains, mais pas ceux d'un parti » , lançaient ainsi trois philosophes dans une tribune publiée par LE MONDE le mois dernier. Et parmi ces trois philosophes, figurait Marcel Gauchet...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.