Le 26 février, il fêtera ses 100 ans. Il les fêtera une première fois avec ses amis dans le bistrot où il a ses habitudes, et une seconde avec sa famille, ses filles et ses petits-enfants. Ce presque centenaire n’est pas une célébrité mais il a pourtant droit à son portrait dans OUEST FRANCE, les éditions du Finistère.

Il s’appelle Marcel Simon, il habite Ergué-Gabéric, à côté de Quimper, et si le quotidien a choisi de l’interviewer, c’est parce que Marcel a plein de choses à raconter… En l’occurrence, sa vie, qui a débuté en 1919 à Brest… _« J’ai une grande mémoire pleine de trous ! »_s’amuse-t-il, en s’étonnant de son si long parcours sur terre… 

Militaire de carrière, il a frôlé la mort au moins vingt fois, mais elle n’a, jusque-là, jamais voulu de lui…

Il l’a notamment frôlé en Indochine. 1939-1946. Marcel Simon y a attrapé le paludisme, avant d’être fait prisonnier par les Japonais dans ce que l’on nommait « les camps de la mort lente »… Il a survécu, comme il a survécu ensuite aux forces armées communistes du Front national de libération du Sud Vietnam, qui voulaient lui couper la tête… En Indochine, il a aussi connu l’amour ; une petite fille est née, Denise, avec laquelle Marcel rentrera en France… Puis il épousera Renée, qui lui donnera deux autres filles… Après quoi, le Brestois embarque pour le Pacifique, puis passe six années en Afrique du Nord… Sur un dragueur de mines, il doit ramasser les torpilles lancées en mer… Quand sonne la retraite militaire, il devient magasinier chez Armor-Lux. Il se retrouve avec cinq hommes au milieu de 250 femmes. 

C’était terrible... J’ai découvert les cancans…

Voilà donc la mémoire d’un Breton qui a traversé, non seulement le siècle dernier mais également les continents… Lire ce qu’il raconte est touchant ; finalement, c’est aussi la mémoire du pays… Un jour, il a voulu écrire ses souvenirs. Il a pris un cahier… 

Je suis né à Brest le 26 février 1919…

Marcel Simon s’est arrêté à cette simple phrase… La flemme d’aller plus loin. On remercie le journal de lui avoir permis de nous en dire davantage… Et ce matin, c’est à lui, à Marcel que l’on pense en feuilletant les journaux ; on rêverait d’être à ses côtés pour les feuilleter… Qu’aurait-il à en dire ? Que pense-t-il du monde d’aujourd’hui ?

Des messages audio envoyés par un faisceau laser.

Un laser sonore. C’est une invention que nous présente LE POINT. Dans un futur proche, plus besoin d’oreillette ni de casque pour recevoir des messages audio : des chercheurs du Massachusetts ont mis au point une machine qui, à l’avenir, pourra, grâce à un faisceau laser, délivrer des messages sur plusieurs centaines de mètres en visant précisément notre système auditif. Des messages que seule la personne visée entendra… Une invention qui plaira sans doute aux militaires, aux espions, comme d’ailleurs aux publicitaires... Est-ce une bonne nouvelle ? C’est un peu effrayant.

Une imprimante 3D sur le porte-avion Charles-de-Gaulle.

Une machine de plus lors d’une mission au mois de mars… C’est à lire dans L’EXPRESS… Mais alors, pourquoi faire, cette imprimante 3D ? Eh bien, pour fabriquer des petites pièces du quotidien, « le genre de choses qu’on trouverait dans un magasin de bricolage » précise un marin. Par exemple des clenches de portes. Et l’on apprend ainsi que les clenches de portes ont tendance à se casser sur le porte-avion Charles-de-Gaulle… Décidément, décidément...

On nous raconte d’autres navires sur le site LES JOURS… 

Le tourisme de glace fond sur le Svalbard.

Leïla Miñano nous explique les conséquences des croisières qui déferlent sur l’océan arctique. Grace, ou à cause de la fonte des glaces - à cause, donc, du réchauffement climatique  - les bateaux peuvent désormais y naviguer un mois de plus qu’il y a deux décennies... Mais la multiplication de ces croisières aggrave la catastrophique écologique. Risques de marées noires, pollution due aux carburants, espèces locales perturbées… Les ravages du tourisme. Voilà notre monde. 

Très loin de celui qu’a connu Marcel, notre centenaire, quand il était jeune.

Le monde politique a beaucoup changé également… Il pourrait se transformer encore. Pour preuve, la Une du PARISIEN…

Doit-on revenir sur le non-cumul des mandats ?

C'est ce que préconisent de nombreux parlementaires, estimant que la sur le non-cumul les a finalement éloigné du quotidien des Français… Est-ce réellement une bonne idée. Le journal s'interroge. Les avis sont partagés. 

De son côté LE FIGARO, nous parle de sécurité. « La police du quotidien prend ses marques »… Un an après son lancement, la « PSQ » comme on l’appelle, réinvestit le terrain, dans les zones rurales comme dans les quartiers difficiles… « Au plus près de la population, elle répond aux particularités des territoires », commente le quotidien. Un dossier de trois pages qui salue donc le travail de ces unités.

De son côté LIBÉRATION nous emmène dans le Golfe persique… « Voyage au cœur de l'Iran, 40 ans après la révolution » Passionnants reportages dans une société bouillonnante, malgré la dureté de la dictature islamiste et malgré les sanctions économiques américaines… On découvre une jeunesse qui rêve éperdument de liberté.

Dans la presse régionale, c’est la vie de notre pays ; ses joies, ses drames, ses faits divers… 

  • Un médecin soupçonné d’attouchements.  Ça se passe à Jarnac, c’est à lire dans LA CHARENTE LIBRE. Une affaire similaire dans l’EST – un médecin de la police qui tripotait les jeunes recrues… A lire dans LIBÉRATION CHAMPAGNE.
  • Un demandeur d’asile passé à tabac à Grenoble. A lire dans LE DAUPHINE. 
  • Un jeune homme qui poignarde son frère et son père à Rivesaltes. A lire dans INDÉPENDANT.
  • Un homme qui tire sur son ex avant de se suicider. A lire dans LE RÉPUBLICAIN LORRAIN : « un drame de la rupture », commente bizarrement le journal… Non, c'est un suicide après une tentative de meurtre.
  • Les parents d’un élève qui tabassent un enseignant de lycée à Béziers. Ils sont en garde à vue… A lire dans MIDI LIBRE, qui nous raconte aussi l’étrange histoire d’un inspecteur des impôts de l’Hérault ; il est  soupçonné de fraude fiscale. 

On se console à la lecture de NORD LITTORAL, qui met en avant l’acte de bravoure d’un Calaisien : il a sorti d’un feu l’homme qui l’avait vraisemblablement allumé. 

Enfin, dans SUD OUEST : un dossier sur le vin.

Les nouvelles habitudes des Français avec le vin.

Les goûts tout comme les couleurs changent. Les jeunes générations zappent de plus en plus le Bordeaux… En revanche, les rosés bios ont, nous dit-on, le vent en poupe… Quelque chose me dit, mais je me trompe peut-être, que notre ami Marcel doit préférer le Bordeaux. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.