"Ici, c’est un petit paradis..." L’homme qui parle est cultivateur. Il s’appelle Maurice Feschet, et son "petit paradis", c’est la plaine drômoise sur laquelle il est né. Sa maison est bordée de champs de lavande. Un bleu-mauve, un parfum typique de la Provence.

La lavande, c’est le gagne-pain de la famille Feschet depuis cinq générations. Mais ces dix dernières années, la récolte a été quasiment divisée par deux. Idem pour le chiffre d’affaire. A cause de la chaleur et du manque de pluie. Des plants de lavandin brûlés par le soleil. L’hiver, il y a le gel. La surface cultivable se réduit saisons après saisons. Le « petit paradis » s’assèche et Maurice Feschet s’en désole dans LE JOURNAL DU DIMANCHE.

Je trouve ça sinistre de penser que mes enfants pourraient finir par vivre dans un désert… 

Sachant, bien sûr, que les lavandes ne sont pas des cactus. Maurice connaît le coupable : le réchauffement climatique. Et il met en cause l’inaction des politiques qui, dit-il, « ne savent pas envisager le très long terme »

Mauice Feschet a décidé d’assigner en justice l’Union Européenne

Il a déposé une plainte au printemps, avec dix autres familles, des juristes, des associations. Ils attaquent l’Europe afin de la contraindre à faire plus et mieux. Ils ne réclament pas d’argent mais des actes, notamment sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il y a quelques semaines, la Cour de justice a jugé leur dossier recevable et a lancé la procédure. Le Parlement et le Conseil européen ont jusqu’à mi-octobre pour répondre aux arguments des plaignants. C’est « la bataille de la lavande », titre le JDD.

Des actes, c’est aussi ce qu’ont réclamé de nombreux manifestants hier.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé pour le climat

A l’échelle de la planète, ça ne pèse peut-être pas grand-chose, mais selon les ONG, il y avait plus de 100.000 manifestants en France. Justine Brabant, sur MEDIAPART, laisse entre que les organisateurs ont réussi leur pari. 

C'est un chiffre historique dans l'histoire des mobilisations écologistes françaises.

Le titre de l'article évoque « un espoir de sursaut ». Grande photo du rassemblement lillois à la Une de LA VOIX DU NORD. Le rassemblement marseillais à la Une de LA PROVENCE et celui d’Amiens à la Une du COURRIER PICARD qui, souriant, a noté « un climat propice à la mobilisation »… On retrouve le mot "mobilisation"' en Une de PRESSE OCÉAN : 2.000 personnes se sont retrouvées à Nantes pour exiger des gouvernements qu’ils agissent contre le dérèglement climatique. Des cortèges à l’ambiance familiale, bon enfant... Sur les affiches, on pouvait lire « Planète en danger », ou « Glyphosate, bas les pattes », ou encore des slogans hostiles à l’énergie nucléaire.

A ce propos, jetez un œil au dossier du MONDE. 

Les coulisses de la bataille sur le nucléaire

Ce n'est plus "la bataille de la lavande", mais "la bataille du nucléaire"... Où l’on découvre que, plus encore que les chasseurs, c’est, dixit le journal, « la machine EDF » qui aurait eu raison de Nicolas Hulot. Ces tout derniers mois, la tension était à son comble entre le groupe public et son ministère de tutelle. Quand il présidait l'Assemblée, François de Rugy, ancien d'Europe-Ecologie, répétait souvent que le groupe n'était pas tout puissant.

Ce n’est plus EDF qui fait la politique de l’énergie en France !

On suivra ce qu’il dira maintenant qu’il est ministre. Et puis, toujours dans LE MONDE, il faut lire l’ultime chapitre de la formidable série consacrée aux territoires contaminés.

Le Pacifique, un océan de plastiques

On le sait, mais le lire fixe les choses plus encore. En apparences cristallines, les eaux du plus vaste océan du globe sont contaminées par des milliards de micro-plastiques, qui forment « la grande plaque d’ordures du Pacifique », un cloaque grand comme quatre à six fois la France. La faune marine confond le plastique avec le plancton. Chaque année, l’homme rejette plus de 8 millions de tonnes de plastique à la mer. L’homme détruit sa planète. Il la pollue, il la saccage, ses activités la réchauffent et l’on en perçoit au quotidien les conséquences : la lavande se meurt, les richesses de l'océan se meurent et les sportifs trinquent aussi. C'est ce qu'on lit dans les pages du magazine de L'EQUIPE.

Le sport survivra-t-il au changement climatique ?

Une enquête de Thibaut Shepman. C’est précis. C’est concret. C’est flippant. L’impact du réchauffement sur les pelouses des terrains : à la faveur des grandes chaleurs, un champignon prolifère qui rend les terrains de foot impraticables. L’impact du réchauffement pour les skieurs : ils avaient l’habitude de venir s’entraîner sur le glacier de Tignes, mais le glacier fond, on ne pas skier sur les pierres, il faut maintenant monter plus haut. L’impact du réchauffement sur les marathons : à cause de la chaleur, plusieurs marathoniens sont morts ces dernières années. Et en tennis, depuis la semaine dernière, pas moins de cinq abandons à l'US Open dus à la canicule ! Avec, en coulisse, des malaises, des nausées, des vestiaires devenus hôpitaux. Quand la nature s’effondre, les sportifs s’effondrent aussi.

De la politique à la Une des journaux dominicaux

A la Une du JOURNAL DU DIMANCHE : une photo montrant Emmanuel Macron et Edouard Philippe. L'hebdo nous livre, je cite, « les secrets de l’impôt à la source »… Des révélations concernant ceux qui ont voulu influencer le chef de l’Etat, ceux qui souhaitaient que le projet soit abandonné… Christophe Castaner et Jean-Yves Le Drian étaient de ceux-là, mais aussi le financier Alain Minc, qui reconnaît lui-même avoir bombardé Emmanuel Macron de textos. 

A la Une du PARISIEN : une photo de Xavier Bertrand. Le président des Hauts-de-France accuse celui de la République d’être « un technocrate déconnecté » de la réalité. Il s’en prend aussi à ceux qui, chez les Républicains, voudraient s’allier avec le Rassemblement national, nouveau nom du FN. 

La fusion des droites serait une hérésie.

Pour Xavier Bertrand, ce rapprochement des deux partis serait « un danger terrible pour le pays »… Plus tendres sont les papiers consacrées ce matin à des mères de famille.

Des mères formidables

Des mères de banlieues qui montent en première ligne pour éviter les débordements dans leur quartier. C'est à lire dans VERSION FEMINA. La maman de Clément Méric, digne et forte lors du procès des meurtriers de son fils. Elle rappelle le garçon qu'il était ; ses convictions politiques, sa leucémie dont il parlait peu, et sa passion pour la guitare… Le récit des audiences est à lire sur le site LES JOURS. C’est signé Camille Polloni. C'est bien. Abonnez-vous aux JOURS.

Pour finir, deux infos glanées dans LE PARISIEN. 

Une info télé. Changement d’animateur pour l’émission de reportage « Rendez-vous en terre Inconnue ». Après quatorze années à sillonner la planète, Frédéric Lopez a décidé de passer la main à Raphaël de Casabianca. Il dit que les moments bouleversants qu'il a vécus lors des tournages commençaient à devenir de plus en plus douloureux.

Et puis, puisqu'on parle de voyage, une info qui intéressera ceux qui angoissent à l'idée de prendre l'avion. Pour atténuer le stress des passagers, un laboratoire de Toulouse vient d'inventer un casque diffusant des parfums apaisants. Par exemple, des parfums de lavande. La lavande, c'est connu, ça apaise. Encore faut-il qu'il reste de la lavande... 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.