Le 3 avril 2018, sous un violent orage, Nadia Karmel ramène ses trois enfants à la maison. Elle roule sur une départementale de l’Aisne, qu’elle emprunte tous les jours. Mais, soudain, une Maserati vient percuter sa voiture. Ses filles, Lila, 3 ans ½ et Adélaïde, 2 ans, sont tuées dans l’accident.

Nadia Karmel (capture d'écran : https://www.tf1.fr/tf1/sept-a-huit/videos/sept-a-huit-nadia-karmel-a-lhomme-qui-a-tue-mes-filles-42145462.html)
Nadia Karmel (capture d'écran : https://www.tf1.fr/tf1/sept-a-huit/videos/sept-a-huit-nadia-karmel-a-lhomme-qui-a-tue-mes-filles-42145462.html)

La jeune mère et son fils Isaac, alors âgé d’un mois, survivent, mais ils en garderont des séquelles à vie. Dans un livre, Elles s’aimaient très, très fort, Nadia Karmel raconte les mois qui ont suivi. L’enterrement, d’abord, puis son face-à-face à l’hôpital avec le conducteur, lui également blessé, qui crie « au secours » quand elle entre dans sa chambre… Elle raconte les procédures judiciaires, sa tentative de suicide, et puis sa décision de redevenir, coûte que coûte ce qu’elle était avant le drame… En l’occurrence, « une maman louve », lit-on sous la plume de  Marie Quénet dans LE JOURNAL DU DIMANCHE. Une maman qui a choisi de relever la tête en s’engageant corps et âme dans la lutte contre les violences routières…

Le conducteur de la Maserati, chef d’entreprise, père de famille, roulait très largement au-dessus de la vitesse autorisée, et son permis lui avait déjà été retiré à deux reprises. Nadia Karmel suggère de faire davantage pour éviter les accidents : imposer un suivi psychologique à tous les chauffards récidivistes, mais aussi responsabiliser les assureurs. Elle aimerait également qu’on revoie les règles d'indemnisation des victimes… Elle, on lui a proposé une trentaine de milliers d’euros pour chacune de ses petites filles. 

La vie d’un enfant ne doit pas valoir moins que la voiture qui l’a tué.  

Le procès du conducteur de la Maserati s’ouvre jeudi prochain à Laon. 

Et le même jour, un autre procès s’ouvrira au tribunal de Bobigny. Celui de Jean-Luc Mélenchon, qui comparaîtra pour les incidents survenus lors de la perquisition des bureaux de son mouvement, il y a maintenant près d'un an... Le même jour, sortira son nouveau livre, Et ainsi de suite, dans lequel il présente sa défense et, ce matin, dans les colonnes du JOURNAL DU DIMANCHE, le leader de La France Insoumise s'exprime sur sa stratégie, ses idées, ses emportements.

« Mélenchon, ce qu'il a dans la tête »

Il répète que son procès est, à ses yeux, "un procès politique"...

Ce n'est ni du droit, ni de la justice. C'est juste une exécution politique. Le but est de nous nuire le plus longtemps possible.

Il dénonce la "dérive autoritaire" du pouvoir en place, s'en prend au chef de l'Etat "qui détruit les conquêtes sociales", et s'en prend aussi à deux de ses ministres : Christophe Castaner et Nicole Belloubet, "deux incapables qui n'assument plus l'autorité de leur fonction".. Les journalistes qui l'interrogent relèvent alors : "Si l'exécutif ne contrôle plus ni la police, ni la justice, votre procès n'est pas politique..." Réponse de Jean-Luc Mélenchon : 

C'est la méthode qui fait le procès politique. 

A la Une du PARISIEN, s'affiche un autre visage, celui de Cédric Villani. 

« Villani fait-il vraiment le poids ? »

Candidat pour les municipales à Paris, le mathématicien, sans soutiens politiques majeurs, est pour l’heure surtout entouré d'intellos et de technocrates, mais on découvre qu'il a créé cet été une association pour financer sa campagne et que des levées de fond sont organisées régulièrement, notamment lors de dîners. Dans le JDD, sondage intéressant pour lui : si les municipales avaient lieu ce dimanche, Anne Hidalgo arriverait largement en tête (24% des voix), loin devant Benjamin Griveaux (17% des voix), mais le dissident Villani talonne le candidat désigné par la République en Marche, puisqu’il est crédité de 15% des intentions de vote. Mais bon, ce n'est qu'un sondage. Les municipales, ce sera au printemps.

Les journaux évoquent aussi la mort d’un petit garçon. 

La mort de Nolan, intoxiqué par un steak haché en 2011

Il avait dix ans, et avait été intoxiqué à l’âge de 23 mois… Un steak contaminé par une bactérie. Une quinzaine d’enfants des Hauts-de-Seine étaient tombés malades. Mais Nolan, lui, après cette intoxication, avait gardé de graves séquelles neurologiques. Handicap moteur et mental. Hier, le petit bonhomme est donc décédé.  

Le sort d’autres enfants dans LE JOURNAL DU DIMANCHE, qui fait le point sur l’enquête sur le chirurgien de Jonzac. Déjà renvoyé aux assises pour viol sur deux mineures, et pour agression sexuelle sur deux autres, Joël Le Scouarnec pourrait avoir fait des dizaines de victimes. La  justice a mis la main sur ses journaux intimes, dans lesquels il recense les noms, prénoms, coordonnées de 246 filles et garçons qu’il a auscultés sur une période de trente ans… Pour chacun, il décrit les exactions commises, la plupart du temps quand ils étaient endormis. Reste à savoir s’il s’agit uniquement de fantasmes ou de la chronique obsessionnelle de ses sévices. D’après l’hebdomadaire, s’il s’agit d’un décompte réel, on serait alors face à la plus grande affaire de pédophilie mise au jour en France

On ne peut pas toujours protéger ses bambins, mais parfois, malgré tout, il est possible de les prémunir contre certains fléaux ; ceux des nouvelles technologies, par exemple. Avec un appel qu’on découvre dans TELERAMA. 

« Éloignez les enfants des écrans ! »

De plus en plus d’études soulignent que l’exposition des enfants aux écrans a atteint un niveau dramatique, provoquant chez certains des troubles de la motricité, du langage ou bien de la socialisation… Et l’hebdo s’intéresse à une école californienne, qui bannit les ordinateurs jusqu’à la classe de quatrième. Une école qui voit affluer de très nombreux enfants de cadres de la Silicon Valley. L’ingénieur qui dirige l’établissement explique que les machines, désormais super intuitives, empêchent les enfants de mobiliser tous leurs sens. Elles n’éduquent pas le cerveau à fonctionner au maximum de ses capacités. Et il prend un exemple : dans son école, au CP, tous les élèves apprennent à tricoter… Les compétences requises sont bien plus nombreuses que s’ils restaient devant un écran. Lorsque vous tricotez, vous suivez un algorithme. Ensuite, vous comprenez plus facilement son fonctionnement… 

Pour faire de bons matheux, une solution, donc : le tricot ! 

Eh oui, on découvre parfois des choses étonnantes en feuilletant les journaux. Enfin, je vous conseille la lecture du très bel entretien donné par le chanteur Alex Beaupain dans LE MONDE. 

Alex Beaupain raconte son amour de jeunesse

Et la brutale disparition de cet amour de jeunesse. Elle s’appelait Aude. Il avait 26 ans. Un premier amour fusionnel, très fort… 

Un soir, nous étions avec des mais en boîte de nuit, à Paris, et elle a eu un arrêt cardiaque. Mort subite. On n'en connaît toujours pas la raison. C'était en novembre 2000 et ce décès brutal a enclenché deux choses. En partant de cet événement, j'ai commencé à écrire de bonnes chansons, plus intéressantes, plus profondes. Et devant l'absurdité de cette situation, je me suis dit : puisqu'on peut mourir du jour au lendemain, quel risque je prends à tenter de faire ce qui me plaît ? 

Puisqu'on peut mourir du jour au lendemain, quel risque prenons-nous à tenter de faire ce qui nous plaît ? Gardons cette phrase en tête. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.