"Les séries nous rendent dingue", titre ce samedi 19 octobre le Parisien/Aujourd'hui en France. L'actualité aussi a des airs de feuilleton, comme le Brexit par exemple, dans Libération, ou les derniers soubresauts de la présidence Trump, sur lesquels revient le Figaro.

"Les séries nous rendent dingues", titre en Une Le Parisien/Aujourd'hui en France, qui s'appuie sur un sondage inédit de l'institut YouGov. Deux français sur trois regardent des séries une fois par semaine. Près d'un sur trois en visionne tous les jours. Un appétit qui ne date pas d'hier, souligne le quotidien. Avant Game of Thrones, il y a eu Thierry La Fronde, ou encore Belphegor dans les années soixante. Mais depuis, les usages ont bien changé. Avant, les feuilletons se regardaient en famille, devant la télé, dans le salon. Depuis quelques années, et l'arrivée de plateformes comme Netflix, on les visionne plus en solo. Sur son téléphone par exemple. C'est le cas de Faustine, interviewée par le quotidien. Au départ, pour elle, les séries étaient un moyen de passer le temps dans les transports, entre son appartement et la fac. Maintenant, c'est devenu un "petit moment précieux", explique cette étudiante parisienne. Un moment hors du temps, au point qu'il lui est déjà arrivé de louper son arrêt. Alors oui, Faustine regrette de ne plus lire dans le métro. Se concentrer est devenu trop dur pour elle. Mais dans le même temps, elle trouve des vertus à son rituel, dans les transports. J'ai fait de vrais progrès en anglais avec ma série préférée, dit elle. Cette série, c'est The Crown, sur la Reine d'Angleterre.

Un autre feuilleton anglais, dans la presse ce matin

Un feuilleton pas encore adapté par Netflix. Mais qui sait, ça arrivera peut-être un jour. Le Brexit occupe une page entière, dans Libération. Car les députés britanniques devraient se prononcer cet après-midi sur le nouvel accord entre Londres et Bruxelles. Charge à Boris Johnson de les convaincre. Le premier ministre du Royaume-Uni a besoin de 320 voix pour gagner ce vote. Certains parlementaires n'auront toutefois pas besoin de se laisser persuader. Il pourraient dire oui, par lassitude explique Libération. Trois ans en effet que le mauvais feuilleton du Brexit dure, et nous ne sommes pas à l'abri d'un nouveau rebondissement. 

Un rebondissement dont les usagers de la SNCF se seraient bien passés

Nouvelle journée de perturbations aujourd'hui. C'est la une du Parisien.fr ce matin. Aucun TGV Ouigo ne circule, par exemple. Plusieurs journaux régionaux reviennent sur la pagaille d'hier. "Une pagaille partie des Ardennes", titre l'Ardennais. C'est effectivement le cas. Des conducteurs et contrôleurs font valoir leur droit de retrait après un accident de train, près de Charleville-Mézières mercredi.  

Le site Lesjours.fr, qui raconte l'actualité en séries, met Patrick et Isabelle Balkany à sa Une. Lesjours.fr racontent l'actualité en séries, et celle qui leur est dédiée s'appelle "The Balkanys". Ça sonne bien à l'anglaise. Le dernier épisode est consacré à leur deuxième condamnation hier. Cette fois-ci pour blanchiment de fraude fiscale. Nouvelle peine de prison ferme, de cinq ans, pour l'ancien maire de Levallois Perret, déjà sous les verrous. Quant à sa femme, qui assure l'intérim à la mairie, elle écope de 4 ans ferme mais échappe à l'incarcération, pour raisons de santé. Ajoutez à ça une nouvelle peine de dix d'inéligibilité pour tous les deux. Les Balkany ont décidé de faire appel, ce qui rend possible une nouvelle candidature de Patrick Balkany aux municipales à Levallois Perret, en mars. Et c'est bien là ce qui intéresse Lesjours.fr. Le site explique que dans sa majorité, à la mairie, tout le monde n'est pas prêt à le suivre. Derrière les larmes de crocodiles... Les lames sont sorties de leur fourreau, depuis quelques semaines expliquent Lesjours.fr. Les personnages de la série Dallas n'ont qu'à bien se tenir. L'univers de Levallois-Perret aussi est impitoyable. 

De Dallas, filons à la Maison Blanche, à Washington

Où la présidence Trump est une source inépuisable d'inspiration pour les scénaristes en manque d'idées. Un titre en Une du Figaro: le monde déboussolé par les foucades de Donald Trump. Le quotidien fait sur trois pages le portrait d'un pouvoir en pleine crise de nerfs, et revient sur l'une des décisions impulsives du chef d'Etat. Le retrait précipité des forces spéciales du nord de la Syrie. Décision qui a permis l'offensive éclair de l'armée turque contre les kurdes. Opération au cœur d'une réunion, racontée par le journal. La cheffe des démocrates fait face au président américain. Nancy Pelosi lui reproche sa décision. Donald Trump pique une colère: "je déteste le groupe Etat Islamique plus que vous", lance-t-il. Son opposante n°1 lui rétorque qu'il n'en sais rien. Le chef d'état américain finit par traiter Nancy Pelosi de politicienne de troisième ordre, ou de politicienne d'école primaire. Les versions diffèrent. La fébrilité du président est évidemment liée à l'affaire ukrainienne. Les démocrates s'en sont saisis, et ont lancé une enquête pour destitution. Tout part d'un coup de fil entre Donald Trump et le nouveau président ukrainien. Où le chef d'état américain demande à son homologue d'enquêter sur l'un de ses rivaux à la prochaine présidentielle, l'ex vice-président Joe Biden. Un appel qui évoque plus un épisode des Soprano, série mettant en scène une famille de gangsters qu'une conversation diplomatique écrit le Figaro.  

Le Figaro qui pose une question ce matin: la Nasa a-t-elle trouvé la vie sur Mars ?

Un scientifique affirme que oui, et que la découverte ne date pas d'hier. Gilbert Levin a participé à la mission Viking, en 76. Du nom d'une sonde envoyée sur la planète rouge, et qui a mené des expériences sur place. L'une d'entre elles était son idée: mettre quelques gouttes de nutriments dans un échantillon du sol. Voir ensuite si elles sont transformées par un processus biologique, ce qui impliquerait la présence de microbes et donc de vie sur Mars. Gilbert Levin affirme que son expérience a fonctionné. Sérieux doutes dans la communauté scientifique. Y compris chez ses anciens collègues de la mission Viking. Reste une question, pourquoi a-t-il attendu 43 ans pour annoncer sa découverte ? Voilà un cas à soumettre aux agents spéciaux Mulder et Scully, de la série X Files. Qui sait, la vérité est - peut-être - ailleurs.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.