On a parfois tendance à penser que tout va mal. Souvent, c’est ce qu’on se dit en feuilletant la presse. On nous parle avant tout de ce qui débloque, de ce qui défrise, de ce qui fait polémique… Ce matin, pourtant, on trouve, çà et là, des nouvelles réjouissantes, des nouvelles qui rassurent ou redonnent de l’espoir...

Des espoirs pour un meilleur traitement du cancer. 

C’est à lire dans LE FIGARO : « La révolution de l’immunothérapie ». Ces dernières années, cette nouvelle façon de procéder a su démontrer son efficacité sur certains malades. En stimulant les défenses immunitaires de l’organisme, on obtient parfois des résultats spectaculaires. Des avancées récompensées par le Nobel de médecine. Désormais,  les grands laboratoires investissent massivement afin de s’imposer sur ce marché prometteur… 

Une bonne nouvelle pour la biodiversité. 

C’est à lire dans OUEST FRANCE : « Le sort des oiseaux migrateurs s’améliore ». Ces dix dernières années, la population des espèces migratrices a légèrement augmenté. Davantage de pélicans, de pingouins, de flamants, de cigogne, d’avocettes. Les avocettes, ce sont des oiseaux proches des échasses. Un bec long et courbé vers le haut. Et pourquoi ces espèces se portent-elles bien ? Tout bonnement parce qu’on les protège. Continuons de les protéger.

Cela étant, faut faire attention, tempère le journal. Même si c’est dur à entendre, il peut arriver qu’il y ait trop d’oiseaux migrateurs… L’Amérique du Nord fait ainsi face à une population d’oie des neiges qui devient problématique pour l’équilibre de la nature… En voie d’extinction au début du siècle dernier, cette grande oie blanche aurait dépassé le million d’individus et dans l’Arctique canadien, elle ravage la maigre végétation et menace la survie des autres espèces… Notamment le fragile bécasseau maubèche, dont la population a chuté de 90% aux Etats-Unis… Dès lors, certains s’interrogent : faut-il davantage chasser l’oie des neiges ? La grande oie blanche et le bécasseau ne font pas bon ménage.

Un député de l'Aude qui provoque une polémique.

"Bécasseau", le terme pourrait peut-être convenir au député de l’Aude Alain Péréa, qui n’a pas fait dans la mesure, comme on peut le lire sur le site de MIDI MIBRE… Alors que le weekend dernier, un vététiste a été tué en Haute-Savoie, tué par le tir d’un chasseur lors d’une battue au gros gibier, cet élu de la majorité s’est fendu d’un tweet qui a fait bondir bon nombre d’internautes. 

La chasse ne dure que quatre mois par an. Pourquoi ne pas interdire le VTT pendant la chasse ? 

Réactions par centaines sur les réseaux sociaux… 

Interdisons plutôt la chasse pendant la période de VTT !

Interdisons plutôt les députés de l’Aude !

Le premier fédéral du PS de l’Hérault l’a même traité de « débile » - bien plus violent que « bécasseau »… L’intéressé a reconnu que sa formule était, je cite, « maladroite »… 

La presse régionale du parle des seniors.

Retour aux bonnes nouvelles... LE BIEN PUBLIC a rencontré des plus de 70 ans qui se mettent à la page du web. Une formation pour ne pas rester des exclus du numérique. Et pour permettre aux plus âgés de rester le plus longtemps possible chez eux, LE TÉLÉGRAMME nous présente un petit robot qui surveille, prévient, et favorise le maintien à domicile… 

S’occuper des anciens… S’occuper des plus démunis… « Des boîtes qui font du bien »… C’est la Une de NORD LITTORAL… Ce sont des boîtes-cadeaux… A l’approche de Noël, une Calaisienne et sa fille relancent une opération en faveur de ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir autre chose que le stricte nécessaire… 

De la bienveillance, de la générosité...

Un message qui rappelle celui que portait Sœur Emmanuelle, à laquelle LA CROIX consacre ce matin un dossier de cinq pages, dix ans après sa mort, le 20 octobre 2008… Son « Yallah » retentit encore, nous assure le journal, qui nous offre les témoignages d’hommes et de femmes qui ont connu, réellement connu celle qu’on surnommait la chiffonnière du Caire. Ils évoquent son souvenir avec admiration. 

Mais où est la relève de Sœur Emmanuelle ?

C'est la question que pose de son côté LE PARISIEN. Le quotidien a fait réaliser un sondage : « Selon vous, qui incarne le mieux la lutte contre la pauvreté ? » Plus de la moitié des Français interrogés ne parviennent pas à citer le moindre nom hexagonal. Au sein de l’Eglise, note Vincent Mongaillard, aucun prêtre, aucun évêque, aucune religieuse ne s’est démarquée ces derniers temps auprès de l’opinion publique pour défendre les plus fragiles. L’Eglise, écrit-il, n’est plus la fournisseuse officielle de « saints » capables de lever les foules…

Aux Etats-Unis, ce sont des candidats à une prochaine élection qui apportent aujourd’hui l’espoir. Du moins, de l’avis, ce matin, de LIBÉRATION, qui applaudit le sursaut de la gauche américaine… 

"La nouvelle vague"... américaine.

C'est le titre dujournal à sa Une… Jeune, féminin et progressiste : tel est le nouveau visage affiché par le Pari démocrate pour les élections de mi-mandat le 6 novembre. Le nombre de candidates bat des records, et ce sont les démocrates qui en présentent le plus, espérant reprendre ainsi le contrôle du Congrès… Commentaire de Laurent Joffrin dans son édito : « Revigorés par l’adversité, les démocrates relèvent la tête aux Etats-Unis. Ils ont des idées, un projet, une énergie. Tout ce qui manque, pour l’instant, dans tant de pays à la gauche européenne. »

Evidemment, il n’y a pas que de bonnes nouvelles dans les journaux… Notamment les journaux en ligne. 

Sur LE BONDY BLOG, Sarah Smaïl revient ainsi sur la grève des femmes de chambre du Park Hyatt Paris Vendôme… 26ème jour de grève, pour tenter d’obtenir la diminution des cadences, l’ouverture d’un compte pénibilité et une augmentation de 3 euros par heure. Le sous-traitant qui les embauche vient enfin d’accepter une première réunion… 

Sur SLATE, Titiou Lecoq revient, elle, sur un autre phénomène de l’époque… « Ne laissons pas l’espace public aux mains de connards homophobes »… Pas un jour ne se passe sans que l’on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d’une nouvelle victime d’actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu’à quand continueront-nous de le supporter ? Nous ne le supportons pas. 

Mais pour ne pas finir sur cette note un peu grave, je vous conseille d’ouvrir l’hebdomadaire GRAZIA… Page 22, le dessin de Charles Berbérian… Dessin d’une fin de soirée dans un appartement… Des convives affalés, endormis sur un canapé, d'autres qui discutent sur le balcon, et la maîtresse de maison raconte ses tourments… 

Chaque fois que j’essaye de comprendre où j’en suis dans ma vie, je me rends compte que rien de ce que j’ai fait jusqu’à présent ne compte vraiment… 

L’homme face à elle la rassure.

Voyons, ne dis pas ça... Tout le monde s’est jeté sur ta salade d’endives ! »

Même quand on pense que tout va mal, il y a toujours un truc qui va bien. Yallah !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.