Ce dimanche, la presse s'intéresse à la conférence de presse que donnera le chef de l'Etat jeudi. Il est aussi question de l'ambiance singulière des fêtes de Pâques. L'incendie de la cathédrale de Paris flotte dans l'esprit de tous les catholiques... Le JDD s'interroge... "Notre-Dame: Emmanuel Macron en fait-il trop ?"

Il y a quand même des gens qui ont des vies exceptionnelles… Ou des cerveaux exceptionnels. Et là, je ne parle pas de ceux qui sont dotés d’une intelligence formidable, je ne parle pas de ceux qui ont toujours été des génies, mais de ceux qui, alors qu’ils menaient une existence tout à fait normale, ont eu un accident, et suite à cet accident, se sont découvert des capacités nouvelles. C’est ce que nous raconte le quinzomadaire SOCIETY.

Incroyables talents

C'est l’histoire de l’Italien Franco Magnani. On est en 1960, il tombe gravement malade, forte fièvre, il délire et, une fois guéri, le voilà qui se met à peindre le village de son enfance avec une précision quasi photographique... 2002 : c’est l’histoire de l’Américain Jason Padgett. On l’agresse à la sortie d’un karaoké, sévère commotion cérébrale, mais l’incident l’a transformé en cador des mathématiques… Et puis, en 2012, c’est l’histoire d’un jeune Australien, Ben McMahon.Victime d’un accident de la route, il tombe dans le coma et, au bout d’une semaine, ses parents croient rêver quand leur fils se réveille : il parle en mandarin, un mandarin fluide à l’accent remarquable. Les scientifiques évoquent ici « le syndrome de la langue étrangère ». Il y a d’autres exemples. On ne les explique pas. Les mystères du cerveau, les mystères de la vie... 

Un autre grand mystère fait la Une ce matin. 

Les célébrations du dimanche de Pâques

Pâques, la plus importante fête chrétienne, qui, donc, commémore la résurrection du Christ… Passage de la mort à la vie… « Un dimanche pas comme les autres », titre en Une LE PARISIEN. Pourquoi pas comme les autres ? Parce que, nous explique le journal, dans l’esprit des catholiques, même d’ailleurs dans l’esprit des autres, flotte encore aujourd’hui l’ombre de Notre-Dame ravagée par les flammes… Un angle religieux pour le dossier du grand quotidien populaire, et des rencontres avec des prêtres et des fidèles qui font part de leurs peines, comme de leurs espoirs… L’espoir, bien sûr, qu’on réussisse à reconstruire la cathédrale et l’espoir que la communauté catholique, fortement ébranlée par de nombreux scandales, se reconstruise avec elle. C’est bien l’espoir d’un nouveau départ qu’on nous raconte ici. L’espoir d’une forme de résurrection.

L’émotion provoquée par l’incendie de la cathédrale se lit d'ailleurs encore dans la presse… LE MONDE reproduit des lettres de lecteurs. Il y a même quelques poèmes, qui disent l’importance historique de l’édifice et la nécessité de se réunir au lieu de se déchirer… De belles paroles, comme en a eu aussi lundi le président de la République, mais, ce matin, LE JOURNAL DU DIMANCHE s’interroge.

« Notre-Dame, Emmanuel Macron en fait-il trop ? »

Analyse d’une séquence dans laquelle, lit-on, il a voulu miser sur l’unité nationale pour améliorer son image… Confidences d'un dirigeant de la majorité. 

Il aime la dramaturgie et il a un sens de l’événementIl a vu tout de suite l’occasion qui s’offrait d’en appeler au rassemblement et il s’est engouffré…

Un autre élu, toujours de la majorité, se fait même plus malicieux.

Il a dû s’imaginer au milieu de la cathédrale en ruine, comme à Ground Zero après le 11 septembre, en rêvant que tout pouvait repartir de là… 

Là encore, comme un rêve de résurrection. L’hebdo nous apprend par ailleurs que le chef de l’Etat a appelé le pape mardi, pour tenter de le convaincre de venir à Paris au plus vite. Pour les images et la communication, cela aurait été merveilleux, mais sa prière est restée vaine… 

Un dimanche de Pâques endeuillé à l'autre bout de la planète. Selon un bilan provisoire, au moins 137 personnes ont péri ce matin dans une série d'attentats contre trois hôtels de luxe et trois églises du Sri Lanka.

Le chef de l'Etat prépare son grand oral

Après l’annulation de son allocution télé de lundi soir, place à la conférence de presse de jeudi prochain… C’est à lire, notamment, dans LE PARISIEN : « La parole est à Macron »… Très peu d'indications sur qu'il annoncera. Tout cela reste encore très mystérieux... Mais on découvre que l’ENA pourrait finalement simplement changer de nom, et devenir l’Institut Supérieur des Fonctionnaires, autrement dit : l’ISF… Pas forcément très opportun… Dans l’entourage du chef de l’Etat, on s’inquiète en outre de la durée du rendez-vous de jeudi…. Se souvenant de son interminable débat avec des intellectuels, un de ses amis plaisante.

Cette fois, on est parti sur du 4 heures du matin, avec des lits de camp pour ceux qui sont fatigués. »

La fatigue se ressent d’ailleurs dans certains récits que les journaux nous font de la 23ème journée de mobilisation des Gilets jaunes… « Regain de fièvre jaune à Paris », titre L’INDEPENDANT… « Gilets jaunes : pas trop de heurts », tempère CENTRE PRESSE… Les journaux qui relèvent la polémique provoquée par le slogan lancé par certains à l’adresse des Forces de l’ordre : « Suicidez-vous ! Suicidez-vous ! » Totalement révoltant… Ils relèvent aussi l'interpellation de deux journalistes. Le syndicat national de la profession a appelé le gouvernement à "respecter la liberté d'informer". 

Heureusement, d’autres histoires nous consolent.

Portraits d’hommes et de femmes dont la vie sort de l'ordinaire.

Le visage d’une militante féministe soudanaise dans M, LE MAGAZINE DU MONDE… Elle a 24 ans, et sous le nom d’Asadoya, un pseudo qui signifie lionne, elle raconte le courage de ses compatriotes sur Twitter. Elle y parle misogynie, patriarcat, sexisme et, ces dernières semaines, y faisait aussi le décompte des morts des manifestations. Une cinquantaine depuis le début de la révolution en décembre… Elle-même blessée à la jambe, elle a souvent craint pour sa vie – les Soudanaises qui parlent on essaie de les faire taire, mais avec l’éviction d’Omar El-Bachi, le climat semble avoir changé.

Enfin, je n’ai plus peur. Tout le Soudan me protège. 

Autre femme étonnante à découvrir dans PARIS MATCH... Portrait de Françoise Davari que, dans le milieu des malfrats, on surnommait « la baronne »… Accusée d’espionnage, proche du gang de la Brise de mer, elle a fait le tour des prisons de la planète mais assure ne rien regretter de sa vie d’aventurière… Cela étant, à 66 ans, elle mène désormais une existence loin des ennuis. Lisez ce papier que signe Gautier Battistella. Les mémoires d’une repenties recueillies par un romancier… Françoise Davari a revêtu, dit-elle, une trentaine d’identité. 

Même mon chien avait un faux passeport ! 

Cette phrase est quand même magnifique. 

Des photos magnifiques dans LE MAGAZINE L’EQUIPE.

Retour sur le Paris/Roubaix qui s’est couru dimanche dernier… Une course qui meurtrit les corps et les visages comme aucune autre épreuve, ainsi qu’on le constate sur les clichés de Laurent GudinIl a photographié des coureurs avant et après leur bataille contre les pavés. La fatigue et la terre… On les croirait sortis d’une mine, on dirait qu’ils ont pris dix ans. C’est absolument saisissant.

L’hebdo propose aussi le long portrait d’un footballeur : l'attaquant André-Pierre Gignac qui, depuis quatre ans, vit un rêve éveillé au Mexique… Il joue dans l’équipe des Tigres de Monterrey et, là-bas, Gignac est une star… Il a des centaines de milliers de fans mexicains, dont certains vont jusqu’à lui demander de signer un autographe sur leur peau, autographe qu’ils vont se faire tatouer dans la foulée – ça doit faire un peu drôle… 

Ici, donc, l’histoire du Tigre Gignac… Au Soudan, c’était une lionne… Terminons par un sagouin. C’est un singe le sagouin, mais c’est également le synonyme de « mufle »… L’histoire est à lire ce matin dans LE RÉPUBLICAIN LORRAIN. C’était sur l’autoroute A4 : un automobiliste qui se fait arrêter pour un contrôle par les gendarmes… Et qu’a fait homme ensuite ? Il a pris la fuite à pieds, en laissant sa copine en plan sur l’autoroute. Là, d’emblée, on a envie de dire : « Mademoiselle, barrez-vous aussi ! Et trouvez-vous un mec sympa ! » Sympa, c’est déjà bien, même si ce n’est pas exceptionnel.    

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.