Ce matin, dans la presse, flotte un parfum d'inquiétude ; des craintes et des peurs sur de nombreux sujets : la tension entre les Etats-Unis et l'Iran, la pollution des plages, les noyades dans les piscines, les lignes à haute-tension. Il est aussi question des nouvelles règles à respecter lorsque l'on se marie à Nice.

A Nice, on ne jette plus de riz sur les mariés
A Nice, on ne jette plus de riz sur les mariés © Getty / wundervisuals

Le lundi, c’est ravioli ! Ce n’est pas moi qui le dis, mais la géniale Hélène Vincent, alias Marielle Le Quesnoy dans La vie est un long fleuve tranquille« C’est lundi, c’est ravioli », lance-t-elle au père Aubergé qui, bizarrement, refuse de rester dîner… Le lundi, c’est donc ravioli… Le mercredi, c’est le jour des sorties - les sorties cinéma… Le vendredi, tout est permis – nom d’une émission de TF1… Et, le samedi, en France, c’est le jour des mariages ! Je précise « en France » car, à Bamako, c’est plutôt le dimanche, le jour de mariage. 

Or, dans LE FIGARO, on découvre qu’à Nice, ces fêtes-là sont de plus en plus réglementées. 

A Nice, il faut rester sage quand on se marie

Depuis 2012, les Niçois convolant en justes noces devaient déjà, sous peine d’ajournement de leur union, signer une charte engageant au respect d’un certain nombre de dispositions : interdiction de déployer un quelconque drapeau, interdiction de courir ou de crier dans la cour d’honneur de la mairie… Et, cette semaine, la sévérité est montée d’un cran.

Nouveau règlement doté de vingt articles rédigés, dixit Christian Estrosi, le premier magistrat de la cité, afin « que cette cérémonie reste inoubliable pour chacun. » Désormais, dans la ville, interdiction des fumigènes et de l’utilisation intempestive des klaxons. Dans la mairie : interdiction de toute tenue burlesque, interdiction des déguisements et, devant la mairie, lors de la sortie des mariés, interdiction de jeter du riz ! L’adjoint à l’état-civil a fait le calcul.

A raison d’un demi-kilo de riz, au moins, par mariage pour une trentaine de cérémonies, ça fait entre 15 et 30 kilos de riz sur le parvis. 

Samedi dernier, une passante a d’ailleurs glissé sur des grains… Certes, le lancer de confettis, comme celui de pétales de rose, est toujours autorisé… Mais du côté de l’opposition, on s’époumone, à l'instar d'un des trois socialistes du Conseil municipal. 

Interdire le déguisement au pays du carnaval, c’est d’un ridicule achevé, là, on dépasse les bornes ! Estrosi veut réglementer le bonheur, c’est assez compliqué, et il veut interdire l’humour, ce qui est impossible, en tout cas par un arrêté municipal. 

Plus de riz, plus de klaxons, plus de tenues burlesques quand on se marie à Nice… Certains, je les entends déjà, pesteront qu’on ne peut vraiment plus rien faire, ma bonne dame. Et plus rien dire non plus ! Souvent, ce sont les mêmes… Mais le débat, toutefois, ne manque pas d’intérêt… Le débat sur la liberté d’expression. 

Qu’a-t-on le droit de dire ? Et qu’a-t-on le droit de dessiner ? 

C’est le dossier de LIBÉRATION ce matin. Retour sur la récente décision du NEW YORK TIMES qui, après avoir publié un dessin jugé antisémite, dessin qui a déclenché la politique, a choisi, après s’être excusé plusieurs fois, de ne plus jamais publier de caricatures. « Le New York Times ne cartoon plus », commente cette semaine LE CANARD ENCHAÎNE, en proposant une case vide à sa Une… Case blanche avec ce commentaire : « Voilà à quoi ressemblerait Le Canard s’il se mettait à ne plus publier de dessins sous prétexte que l’un d’eux a déplu. » « Presse en dessin miné », titre de son côté LIBE, où Laurent Joffrin s’en prend au politiquement correct qui tend à aseptiser le contenu des journaux…

Précisément parce qu’il est lapidaire, drôle, impertinent, parfois fulgurant, le dessin de presse est l’une des modalités les plus emblématiques de la liberté d’expression, sans laquelle une démocratie n’en est pas une. 

Evidemment, CHARLIE HEBDO revient sur le sujet. Double page pour dénoncer un journalisme « antivagues ». Riss, le directeur de l’hebdo, estime même que LE NEW YORK TIMES, en supprimant le dessin politique, a « signé l’arrêt de mort de tous les dessinateurs de presse du monde. »

Qui pourra critiquer les dictatures qui les exécutent, puisque le NEW YORK TIMES fait la même chose en les jetant aux oubliettes ? 

Un jeu de mot qui résume tout dans LIBÉRATION : « En France, les dessinateurs se font un sang d’encre. »

Et l’on trouve d’autres inquiétudes dans les journaux ce matin. Pour preuve, la Une d’AUJOURD’HUI LE PARISIEN.

« Iran-Etats-Unis : faut-il avoir peur ? »

Hier, on a appris que Donald Trump avait renoncé de justesse à une attaque militaire contre l’Iran, après la destruction d’un drone américain par Téhéran. « A 10 minutes près, Trump bombardait l’Iran » commente ainsi L’ALSACE.

Faut-il avoir peur des lignes à haute-tension ? Le sujet fait la Une d’une partie de la presse régionale… « Ligne à haute tension : les enfants en danger ? » s’interroge OUEST FRANCE… C’est en tout cas l’avis d’un rapport rendu public hier. « Rapport choc » nous dit LA DEPECHE : ces lignes représentent un risque « possible » de cancer pour les enfants qui habitent ou sont scolarisés trop près.

Faut-il avoir peur de la pollution sur les plages ? Oui, répond LA PROVENCE, qui craint une nouvelle saison noire sur les côtes méditerranéennes… Quinze interdictions de baignade ont déjà été prononcées à Marseille depuis fin mai. 

Et des piscines aussi, on doit en avoir peur… Cette fois, c’est à lire dans SUD OUEST : « Noyades : il y a urgence ! » Un Français sur cinq ne sait pas nager… La ministre des sports vient de lancer une campagne pour enrayer la forte augmentation des noyades, notamment chez les plus jeunes. Situation inacceptable, dit-elle. 

Ce matin, la France a peur... de tout

Et faut-il avoir peur de la météo ? Réponse « oui », là encore. Temps caniculaire annoncé à partir de demain ; jusqu’à 38 degré dans le Maine-et-Loire. La préfecture appelle d’ores et déjà la population à la plus grande vigilance, relève LE COURRIER DE L’OUEST… « La canicule arrive sauf en Bretagne », précise toutefois LE TÉLÉGRAMME qui, malgré tout, nous offre un dossier sur les crèmes solaires… Attention, toutes ne se valent pas. 

Faut-il avoir des GPS ? Oui, éventuellement, si l’on en croit LE DAUPHINE : _« Lorsque les GPS n’ont font qu’à leur tête… »_Sur la route, la majorité des automobilistes leur fait pourtant confiance. Ils permettent souvent d'éviter les bouchons. Mais à force de préconiser des itinéraires de délestage, ils provoquent d’autres bouchons, ce qui agace les communes concernées. 

Faut-il avoir peur des chasseurs ? Oui, éventuellement, si l’on en juge par l’info que nous donne L’EST RÉPUBLICAIN… « A Chaligny, un chasseur à l’affut tire sur son ami ! » 

Heureusement, on trouve également un sourire dans la presse.

Le sourire du boulanger Sébastien Lagrue

L'ECLAIR DES PYRENEES nous apprend qu'il vient de remporter le premier prix de la Coupe du monde de chocolatine, la première du genre. « Il fabrique la meilleure chocolatine du monde. » Et celles-ci, peut-on lire, se vendent« comme des petits pains » ! Chocolatine, autrement dit : pain au chocolat. Oui, on peut dire les deux. Le samedi, c'est aussi le jour des chocolatines, et des pains au chocolat.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.