Je ne sais pas si vous êtes particulièrement douillet ? Du genre à vous tordre de douleur au moindre bobo… Il y en a qui sont comme ça.

Des hommes, surtout, parait-il. Il paraît que les hommes sont plus douillets que les femmes… On se plaint quand on a mal au crâne, on se plaint quand on a mal au dos, on crie lorsqu’on se cogne le tibia dans la table basse, on hurle lorsque l’on marche sur un Lego ! En même temps, le pied sur un Lego, ça fait extrêmement mal. Je parle d’expérience… Mais il y existe aussi des personnes qui, elles, ne ressentent jamais la douleur : des personnes totalement privées de sensibilité. Une pathologie grave, qui réduit l’espérance de vie… 

Et puis il y a le cas de la famille Marsili. C’est à lire dans LE POINT. Les Marsili habitent à Sienne et souffrent d’un syndrome auquel on a donné leur nom : le syndrome Marsili. Eux, ils ne sont pas totalement insensibles. Ils ressentent la douleur, mais de façon infime. Dominique Dunglas est allé rencontrer cette famille toscane. 

Rencontre avec Letizia, biologiste de 52 ans. Elle raconte que petite, elle ne criait jamais quand ses copines lui tiraient les cheveux. Elle n’avait pas mal et elle n’a jamais froid non plus. Elle se baigne dans les lacs en toutes saisons, fait de la moto sans gants, même l’hiver, porte des mini-jupes y compris lorsqu’il gèle. Jamais froid, jamais chaud. Pendant des heures, elle peut faire du tennis en plein soleil sans transpirer. Et quand, en 2011, elle a fait une chute à ski : « J’ai entendu un crac, dit-elle, _j’ai compris que c’était sérieux. Mais je n’ai pas senti la nécessité d’appeler les secours. J’ai continué à skier toute la journée et le soir, j’ai fait un bon dîner ! »_Ce n’est que le lendemain qu’elle se rend à l’hôpital, situé à trente kilomètres. Diagnostique des médecins : double-fracture de l’omoplate, ce qui normalement ce caractérise par des douleurs insoutenables…  

Alors, pourquoi n’a-t-elle pas mal ? Eh bien grâce à ses gènes. Ou à cause de ses gènes. Des chercheurs ont constaté chez elle une étrangeté : une mutation congénitale, qui la rend plus résistante à la douleur, mais aussi à la fatigue. Elle ne dort que trois à quatre heures par nuit. La mère de Letizia est atteinte du même syndrome. Sa sœur, sa nièce et ses deux fils aussi. Et si leur cas intéresse la science, c’est parce qu’en étudiant le patrimoine génétique de la famille Marsili, on pourrait peut-être enfin trouver des remèdes contre les douleurs chroniques ! Des douleurs qu’on soigne aujourd’hui avec des opiacées, mais qui reviennent chaque fois qu’on arrête le traitement… Pour l’heure, les Marsili sont encore un mystère pour la science, mais ils vont donc, peut-être, faire avancer la médecine ! 

Le titre de l’article, trois mots : « Même pas mal ! » Ce qu’on dira peut-être un jour lorsque l’on marchera sur un maudit Lego que n’auront pas rangé les enfants… 

C’est d’ailleurs aux enfants que s’intéresse ce matin LE PARISIEN, avec ce titre un peu moqueur : « Nos enfants sont-ils si intelligents ? », une enquête sur les tests de QI… De plus en plus de parents en font passer à leurs bambins, pensant qu’ils sont surdoués. Or, c’est souvent loin d’être le cas… Bien sûr, oui, ça arrive. Des enfants qui souffrent de ne pas être adaptés au système scolaire. Ils s’ennuient, ils sont turbulents, ont parfois du mal à se faire des copains. Il existe des enfants précoces, des enfants « à haut potentiel », des « zèbres » comme on les appelle, et dans ce cas, le diagnostic peut ensuite les aider, et aider leurs parents à mieux les accompagner. Mais, ces derniers temps, comme c’est à la mode de penser son enfant surdoué, cela entraîne quelques  dérives. Des parents qui viennent consulter avec leur bébé de 18 mois, et puis des coaches qui s’improvisent experts en la matière. C’est devenu un business, un business florissant : jusqu’à 600 euros pour le test de QI ! Parfois pour découvrir que notre rejeton n’a vraiment rien d’un génie. Là, bien sûr, ça fait mal. 

Lui, il considère que c’est le président de la République qui fait mal. Qu’il fait mal à la France, qu’il fait mal aux Français. C’est Jean-Luc Mélenchon, qu’on retrouve ce matin en Une de LIBERATION. Cela faisait plus de cinq ans que le leader de la France Insoumise n’avait pas accordé d’interview à LIBERATION. Après un titre qui lui avait vraisemblablement déplu, il s’était brouillé avec le quotidien… Fin de la brouille ce matin. Quatre pages d’entretien, et cette citation à la Une : « Macron n’a pas gagné »… 

On cherche la citation dans les pages intérieures. Jean-Luc Mélenchon y évoque les luttes du moment : celles des étudiants, des cheminots, des fonctionnaires… Et là, on découvre que non, il ne dit pas « Macron n’a pas gagné », mais« le monde de Macron n’a pas gagné ». Jean-Luc Mélenchon ne conteste donc pas la victoire du chef de l’Etat, mais conteste le fait que sa vision de monde se soit imposée dans le pays… Violent réquisitoire contre la politique actuelle. « Nous affrontons, dit-il, un stratège déterminé et rusé. De plus, jamais un président n’avait eu autant de médias dans sa main. On vit dans une ambiance d’apologie permanente. » Raison pour laquelle, estime-t-il, « la lutte est rude ». _« Macron est continuellement en mouvement. C’est un mélange de Sarkozy et Giscard. Ce n’est pas Hollande, cet ectoplasme flottant sur l’eau tiède qui ne bougeait pas en attendant que tout le monde s’épuise. »Après « Hollande, le capitaine de pédalo », voilà donc Mélenchon qui le qualifie d’ectoplasme flottant sur l’eau tiède. « Même pas mal »_, dira peut-être l’intéressé… 

L’interview fait donc quatre pages. Une interview à l’occasion des défilés organisés ce samedi. Cette « marée populaire », à laquelle ont appelé plus de 60 organisations syndicales et politiques… Il y aura un défilé à Paris, et d’autres manifestations çà et là en France. « Les gauches défient Macron », titre ainsi LE PROGRES… « Des marches contre les privilèges et pour l’égalité », commente LA MARSEILLAISE, tandis que LE HUFFINGTON POST nous présente l’invention d’un cheminot : une tireuse à bière sur vélo, afin de rendre les manifs plus conviviales. Comme le note Pierre Tremblay, « tous les moyens sont bons pour contribuer à la lutte sociale »… 

Dans la presse régionale, on parle aussi de la violence des hommes… Des hommes qui font mal. Les violences faites aux femmes. LA DEPÊCHE DU MIDI, la rubrique « faits divers » : un viol collectif, trois suspects arrêtés. L’ECLAIR DES PYRENEES, la rubrique « faits divers » : à Pau, un homme jette de l’huile bouillante sur sa compagne. L’INDEPENDANT CATALAN, à la rubrique « justice » : « 18 ans de réclusion pour avoir poignardé son ex ». La victime avait reçu 12 coups de couteau sur le parking d’un magasin à Perpignan.

Nettement plus léger dans LE PETIT BLEU D’AGEN… Là, c’est le récit d’une bagarre dans une pizzéria du Lot-et-Garonne : deux clients éméchés qui en viennent aux mains, et le propriétaire du restaurant qui entre dans la mêlée. Avec les dents, il a arraché un morceau d’oreille de son adversaire. Une petite escalope de trois centimètres. Ça doit quand même faire mal. 

A la rubrique des infos insolites, j’ai aussi relevé cette tendance dans LE FIGARO… Sur les podiums des défilés : le retour de la banane pour homme ! Vous savez, cette mini-pochette qu’on pensait totalement ringarde : eh bien, elle est de retour dans le dressing masculin. Pas sûr que ce soit une bonne nouvelle.

Sur le fil AFP, j’ai aussi découvert que marcher en mâchant du chewing-gum peut aider les hommes de plus de 40 ans à mincir. C’est une étude scientifique. Explication : lorsqu’on mâche du chewing-gum, il paraît que l’on marche plus vite… 

Enfin, sur le site SLATE, autre étude scientifique : faire la grasse matinée le week-end pourrait bien augmenter l’espérance de vie ! La grasse mat’ le week-end ? On est mal. 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.