Ce dimanche, il est question de rébellion dans les journaux : celle des Gilets jaunes, celle des élus de la Mairie de Paris, celle d'une aide-soignante qui dénonce la maltraitance des résidents des EHPAD, celle d'un chauffeur de tram qui refuse l'ennui de son métier. Toute la presse rend aussi hommage à Michel Legrand.

On connaissait ‘les Gilets jaunes’, il y a maintenant ‘les Gilets rouges’… On connaissait ‘les stylos rouges’ – pas encore de ‘stylos jaunes’, mais ce matin, j’ai découvert l’existence de ‘bracelets jaunes’ : des bracelets jaune fluo distribué vendredi à certains spectateurs de l’émission Touche pas à mon post animée sur C8 par Marlène Schiappa et Cyril Hanouna…

Une secrétaire d’Etat qui donne la réplique à l’un des clowns les plus décriés de la télé : on a beaucoup glosé cette semaine sur ce programme, qui avait pour projet de s’inscrire dans le cadre du grand débat national… Programme qui a d'ailleurs réalisé une belle audience. Plus d’un million de personnes étaient devant leur poste. Satisfaction de Cyril Hanouna dans LE JOURNAL DU DIMANCHE. 

Que le public réponde présent, c’est une réussite, on a fait avancer les choses ! 

L’animateur en profite pour lancer une invitation à Emmanuel Macron, lequel lui a, dit-il, envoyé un texto sympathique il y a quelques semaines, texto où il disait apprécier sa démarche auprès des Gilets jaunes… Des Gilets jaunes qu’il a plusieurs fois fait s’exprimer dans ses émissions. Le président de la République a le temps d’envoyer un texto à Cyril Hanouna : c’est une information. 

Et l’autre information, celle sur les 'bracelets jaunes', on la doit à Elsa Freyssenet sur le site des ECHOS, qui nous raconte les coulisses de l’émission de vendredi soir... Elle s’est glissée dans le public, et le public, dit-elle, s’est montré assez agacé.

« Balance ton post » avec Marlène Schiappa : quand le public se rebelle.

Oui, les porteurs de bracelets jaunes se sont rebellés… A l’entrée du studio, on leur avait dit que s’ils avaient droit à ce bracelet-là, c’est parce qu’ils avaient été sélectionnés pour prendre la parole… Or, finalement, un seul d'entre eux a pu intervenir, l’essentiel des questions étant posé par ceux qui avaient la chance de porter… un bracelet rose ! Et ma consœur raconte la colère des 'bracelets jaunes'… Celle d'Audrey, venue de La Rochelle.

Quand même, fallait prévenir ! Le voyage et l’hôtel, ce n’est pas gratuit !

Oui, ils sont venus à leurs frais… Elle menace de partir au moment de la coupure pub, mais non, on ne quitte pas l’émission en cours : un membre de la sécurité le lui fait savoir. Nouvelle coupure pub et la colère devient la révolte des 'bracelets jaunes'. Un Nantais se lève et interpelle Cyril Hanouna.

Ce n’est pas un grand débat ! Faîtes votre boulot, les mecs !

L’animateur rétorque : « On ne peut pas faire parler tout le monde… » Les vigiles interviennent. Tout le monde doit se rasseoir puis, de nouveau, c’est un 'bracelet rose' qui s’exprime… L’émission déborde et se termine sans que le troisième thème ai pu être abordé, celui de la démocratie. 

Mais, ce matin, dans la presse, ce sont bien 'les Gilets' qui continuent de faire parler. 

La onzième journée de mobilisation des Gilets jaunes.

Une mobilisation en baisse et de nouveaux heurts çà et là… « Une guérilla urbaine à Montpellier », note à sa Une MIDI LIBRE… « Des scènes d’émeute en Normandie », relève PARIS NORMANDIE, tandis que LE COURRIER DE L’OUEST évoque « Un défilé qui a encore dégénéré à Angers »… Tous les journaux parlent aussi de Jérôme Rodrigues, l’un des leaders du mouvement grièvement blessé à l’œil place de la Bastille à Paris. Son portrait est à lire sur le HUFFINGTON POST. La police des polices a été saisie. Nouveau blessé qui s’ajoutera au décompte des violences policières qu’effectue le journaliste David Dufresne, décompte à retrouver notamment sur le site MEDIAPART…Au moins 17 personnes ont été éborgnées depuis le début du mouvement et plus de 150 ont été blessées à la tête. 

La révolte des élus de la mairie de Paris. 

Ici, pas de problème de bracelets jaunes ou roses... C’est à lire dans LE PARISIEN: « Police municipale : crise ouverte au sein de la majorité »… L’annonce, par Anne Hidalgo de créer une police municipale dans la capitale à partir de l’an prochain soulève une bronca à l’hôtel de ville, tant de la part de l’opposition que de ses partenaires de gauche qui dénoncent l’absence totale de concertation. « Méthode inacceptable », s’insurge notamment Yves Contassot, coprésident du groupe Génération.s. 

Dans le JOURNAL DU DIMANCHE, c’est une autre rebelle qui prend la parole… 

Le cri d’alarme d’une soignante.

Elle s’appelle Anne-Sophie Pelletier et fut à l’origine d’une grève de 117 jours à l’établissement des Opalines dans le Juras. Une grève pour dénoncer les trop nombreux dysfonctionnements dans certaines des structures qui accueillent nos aînés… Trop peu de personnel et des résidents maltraités ; pas bien nourris, à peine lavés… Des toilettes « FFF » : figure, fesse, fauteuil… Et c'est ce que cette aide médico-psychologique décrit aujourd’hui dans un livre : Ehpad, une honte française, qui vient de paraître chez PLON… 

Les vieux sont les oubliés de la République !

Elle raconte notamment la peur des familles, qui n’osent pas parler, pas se plaindre auprès des directions, craignant que leurs parents ne soient mis de côté. Elle raconte des résidents que l’on fait régresser, faute de temps pour les faire marcher. Elle raconte également l’histoire Fantine, qui n’avait plus les moyens de payer sa chambre. Dans certains Ehpad, on ne connaît pas la trêve hivernale. La vieille dame a expulsée. Direction l’hôpital, mais on lui a fait croire qu’on l’emmenait à un concours de tricot... 

Autre histoire, ce matin, à la Une de L’EST RÉPUBLICAIN, de VOSGES MATIN et du RÉPUBLICAIN LORRAIN. 

Soupçons d’euthanasie dans une maison de retraite.

Une mortalité anormalement élevée à l’Ehpad de Pontarlier… On lit que la ville est aujourd’hui sous le choc et qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République, enquête pour homicide volontaire… 

De son côté, LE TÉLÉGRAMME s’intéresse aux plus jeunes : la précarité qui sévit chez les étudiants… Selon les estimations, 20% d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, et ne mangent pas à leur faim… 

Et puis, dans LE PROGRÈS, là, nettement plus joyeux : vous lirez le portrait d’un sympathique conducteur de tramway lyonnais… John a 30 ans et réconforte les passagers en leur adressant des messages de bonne humeur… 

Ici, capitaine John, je vous souhaite un agréable voyage à bord de mon vaisseau spatial ! 

Forme de rébellion contre l'ennui de son métier, et surtout, contre l'ennui des usagers... Ces derniers apprécient, sourient… Le bonheur, parfois, tient à très peu de choses. 

Parfois, il peut tenir à quelques notes de musique... 

Pluie d'hommages pour Michel Legrand. 

Tous les journaux reviennent sur le parcours et les succès du compositeur mort à 86 ans... Un "compositeur de génie"… Un "maestro qui ne se prenait pas pour un maestro"… Un homme gentil, très gentil, "qui enchantait le monde"… Un "géant de la musique", dont la deuxième passion était le tennis… « Les balles de son cœur », titre ainsi ce matin L’EQUIPE, qui nous rappelle qu’il avait même écrit une chanson sur le sujet. 

La disparition de Michel Legrand a fait passer au second plan celle d'un autre artiste : l'écrivain Eric Holder est mort à 59 ans... Auteur, notamment, de L'Homme de chevet, de Mademoiselle Chambon, La saison des bijoux, Les sentiers délicats, il écrivait « de petites histoires à suçoter comme des bonbons anglais, des tableautins en demi-teintes qui happent ou attendrissent, de fraternels portraits en mineur des cabossés de la vie », note ce matin le blogueur Didier Pobel. 

Des portraits "en mineur" dans les livres d'Eric Holder. 

Des portraits de Michel Legrand, artiste "majeur" dans la presse... Une pleine page dans LE MONDE évoque « la mort d'un rebelle ». Décidément, beaucoup de rébellions ce matin.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.