Les Suisses ont dit « non » à la limitation de l’immigration dans un référendum hier

Massivement même. Le texte sur l'immigration, appelé Ecopop, qui visait à limiter l'immigration au nom de la protection de l'environnement, a été rejeté à 74%, plus que les sondages prédisaient.

Ceci rassure notamment les voisins allemands :« les Suisses ne sont pas si stupides », c’est la Une surprenante de Die Zeit , ou encore celle de Der Spiegel , accompagnée de l’image du drapeau rouge et blanc en haut des Alpes particulièrement photogéniques : « la Suisse peut faire autrement, écopop devient le grand écoflop ».

Quels sont les commentaires sur place, en Suisse ?

A Lausanne, Le Matin partage l’avis qu’on vient d’entendre : « nous avons voté avec notre cerveau ».

Tout en se félicitant que le peuple suisse soit de bonne humeur ce dimanche, Le Temps , à Genève, craint que le débat soit loin d’être fini. L’immigration, avec les profondes mutations de notre environnement qui en résultent, va encore envenimer longtemps le climat politique.

Même souci à Zurichdans le Neue Zürcher Zeitung . « Respirons ! La Suisse ne va pas devenir le Trabant du libre commerce en Europe, mais le débat n’est pas terminé pour autant ».

Immigration toujours et le débat actuel en Grande-Bretagne commence à inquiéter

Notamment l’Aftonbladet en Suède qui fait un éditorial sur le film Paddington qui vient de sortir, cet ourson venu du Pérou qui, avec son chapeau et son pot de marmelade, est le symbole même d’un immigré bien aimé des Britanniques.

Comment expliquer alors que ce pays si ouvert d’habitude soit devenu en deux ans complètement obsédé par l’immigration ? Le problème, en Grande-Bretagne, pour le journal suédois, est qu'il n’y a pas de carte d'identité. Par conséquent, il est très difficile de savoir qui est dans le pays et qui utilise son système de soins.

Voix solitaire dans la presse londonienne, The Guardian reprend ce thème avec son éditorial : voulons-nous vraiment être le pays où personne ne veut plus venir ?« Il suffit de lire The Daily Mail » , c’est The Guardian qui le dit, « pour voir à quel point notre vie politique est devenue bourrue et pessimiste ».

Il suffit de lire The Times , là c’est moi qui le dis, pour le confirmer sur un thème similaire. L’éditorialiste est choqué par les insultes d’un ancien ministre conservateur à l’égard d’un chauffeur de taxi londonien, qui a eu le réflexe d’enregistrer cette tirade, dont les extraits les plus juteux sont reproduits, criblées d’astérisques.

Brrrrrrrr !

La presse grelotte. Comme dit The Express britannique, l’hiver revient avec vengeance.

Ambiance de saison dans le Berliner Morgenpost avec une très jolie photo du marché de Noël de la Breidscheidplatz (qui a l’air d’être l’un des jurons du ministre anglais).

Le journal donne des conseils pour savoir où acheter pas cher son vin chaud ou sa saucisse de Noël.

Il suffit de parcourir le Morgunbladid à Rejvavik pour savoir que la tempête souffle en ce moment même sur les hautes montagnes au sud-ouest de l’Islande . Et ce n’est pas la seule chose inattendue qui atterrit dans les unes nordiques, prenez celle du Svenska Dagbladet à Stockholm : le seul journal non français qui titre ce matin que ”Sarkozys segertåg 
är långt ifrån säkrat”. Je vois Nathalie Schuck se précipiter sur Google translator où elle apprendra donc que pour les journalistes stockholmois, au moins, la victoire de Sarkozy est loin d’être assurée dans l’avenir.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.