C’est un petit article dans The Guardian qui a retenu le plus votre attention ce matin...

...Sur une rumeur selon laquelle Rupert Murdoch, grand magnat de la presse britannique, à qui appartient The Sun , le journal le plus lu, et The Times , le journal le plus prestigieux (la plupart du temps), - aurait-il changé d’avis sur L'Europe ? En tout cas, ce serait un virage spectaculaire. Murdoch a tweeté tard hier soir pour nier l’information, ce qui ne fait que la confirmer pour l’auteur à la source de l’information, qu’il faut écouter car c’est lui qui avait révélé la liaison entre l’épouse de Murdoch et Tony Blair, information également démentie avec force – au début.

En tout cas, si c’est vrai, la presse britannique sera peut-être un poil moins europhobe et les Britanniques resteront peut-être dans l'Union Européenne quand même.

David Cameron, lui, a d’autres chats à fouetter...

Pensant qu’il n’allait pas gagner une majorité et que ses partenaires centristes allaient le retenir, il avait promis allègrement de retirer la Grande-Bretagne de la Convention européenne des droits de l’homme, parce que… elle est européenne. Manque de pot, il gouverne seul. Selon The Mail , il y a un énorme différend au sein même du gouvernement, le Premier ministre en désaccord avec la ministre de l’Intérieur. Les conservateurs britanniques ne sont pas seuls à connaître ce genre de schisme.

La Vanguardia à Barcelone titre sur les différences de plus en plus publiques entre le gouvernement de Mariano Rajoy et son propre parti dont un dirigeant a sommé le premier ministre de changer, car ce qui est évident, après les élections municipales de dimanche dernier, c’est je le cite que les Espagnols ne nous aiment pas – « no nos quieren ! »

Elections régionales en Italie et Autriche

La Stampa est là pour ceux qui veulent tout comprendre des résultats en un seul titre : « Renzi souffre, Salvini, de la ligue du nord, fait la fête, Berlusconi ne meurt pas et le grand vainqueur inattendu, Beppe Grillo, le mouvement contestataire des 5 étoiles, dirigera désormais trois régions ».

Pareil en Autriche, avec l’extrême droite doublant ses voix dans certaines régions hier. L’éditorial demande, exaspéré, pourquoi, afin de protester, notre pays se croit toujours obligé de voter de plus en plus à droite ?

Un scoop : la « Hongrexit » !

C’est rare,une exclusivité du Süddeutsche Zeitung que je n’ai pas vue simultanément dans une vingtaine d’autres journaux, mais Jean-Claude Juncker menace la Hongrie d’expulsion –carrément- de l'Union Européenne si Viktor Orban réintroduit la peine de mort.

Bisbilles avec l’Allemagne aussi : Bruxelles entame une procédure contre les nouvelles taxes sur les autoroutes, procédure qui a le mérite d’être le mot le plus long de la presse européenne ce matin – « Vertragsverletzungsverfahren » – 28 lettres !

Sarkozy à la une

Là où on ne l’attendait pas, celle du Frankfurter Rundschau un peu incrédule sur le nouveau côté conciliateur de cet écorché vif. Le Temps en Suisse consacre également son éditorial ce matin au pugilat à la française. Nicolas Sarkozy veut remonter sur le ring. Il cogne déjà et attend la riposte pour cogner plus fort encore. Vu de l’étranger, ce pugilat anticipé engagé par l’ex-locataire de l’Elysée a tout du cauchemar.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.