La mort de l’opposant au régime de Poutine, Boris Nemtsov, fait la une partout

Avec les mêmes photos impressionnantes partout de centaines de drapeaux russes hier dans les rues de Moscou ainsi que cette banderole en anglais : « A Hero Never Dies – un héros ne meurt jamais. »

Sur place, la photo de cette marée humaine fait la une du journal Novaye gazeta , journal très critique à l’égard de Poutine et qui publie un entretien récent avec le dissident.

Nemtsov prévient que bientôt, il n’y aura aucune voix qui pourra s’élever contre Poutine à la Douma, et en appelle à une opposition basée sur les Droits de l’Homme. Il parle notamment d’une vidéo qu’il venait de produire sur les mensonges du régime de Poutine sur l’Ukraine, sur Gazprom, sur la corruption des Jeux Olympiques de Sotchi regardés par plus de 20 millions de Russes.

« Ces balles atteignent chacun d’entre nous »

Ce slogan de la manifestation est partout présent, notamment dans Nezavissimaia Gazeta qui concède que « le monde entier a des doutes sur notre capacité à mener une enquête objective et indépendante dans l’ambiance délétère générée par la situation actuellement en Ukraine ». __

Izvestia, journal pro-Poutine se borne, à sa une, à un examen minutieux des faits autour de l’assassinat.

Que dit-on en Occident ?

Partout les mêmes photos, voire les mêmes titres. __

The Financial Times et le Neue Zürcher Zeitung intitulent leurs éditoriaux : « les sombres machinations à l’ombre du Kremlin ».

La plupart des journaux sont pour le moins sceptiques sur la non-implication de Poutine dans le meurtre.

Comme dit The Times : « Au moins sous Staline il y avait un simulacre de procès contre les opposants au régime. Maintenant, on les abat froidement dans la rue, la nuit ».

Bisbilles entre la Grèce et les pays du sud

Ta Nea , à Athènes, parle même à sa une d’une « guerre civile des idées au sud de l’Europe » .

Ce weekend, Alexis Tsipras avait accusé les gouvernements espagnols et portugais de mener un front contre Athènes, reproches jugés « absurdes » par le Frankfurter Allgemeine Zeitung . « Nous ne sommes pas responsables de la frustration que vous avez vous-même créée chez vous » s’indigne le premier ministre espagnol Mariano Rajoy à la une d’ABC .

Bisbilles en Belgique

En déplacement officiel à Schaerbeek dans les locaux d’un centre de logement pour les personnes défavorisées, le Prince Laurent (le frère du roi) a interpellé un jeune photographe sur sa coiffure.

« Il est à vous le rasta là ?», demande-t-il à l'équipe de journalistes sur place.
 « C'est un stagiaire », répond alors un membre de l'équipe.
 « Aaaaah ! Et vous fumez un peu des pétards ? », interroge le Prince Laurent.
 « Ce n'est pas mon genre, monsieur », répond le jeune homme.
 « Non parce que les rastas, ça consomme, hein », insiste le Prince.
 « De la musique ?» , demande alors le jeune rasta.
 « Non, pour faire de la musique, il faut...», conclut le Prince Laurent en faisant le geste de fumer. Ce qui m'étonne, c'est que personne n'a recours à cette expression qui pourtant, s'impose : «Fume, c'est du belge ».

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.