Les journaux regardent en arrière, avec les événements en « Tchécoslovaquie » de 1989 Le Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle qu’il y a seulement 25 ans apparut, sur le balcon de l’ambassade allemande à Prague, celui qui fut le ministre allemand des Affaires Etrangères, Hans Dietrich Genscher, "avec notre journal dans les mains devant ces milliers d’européens de l’est rassemblés et qui voulaient passer de l’autre côté du mur". LeBerliner Morgenpostenchaîne

Je vous recommande vivement le dossier interactif du Berliner Morgenpost ce matin.

« Une visite sur les lieux marquants de cette cicatrice dans notre ville qu’était le mur ». Ne serait-ce que la comparaison entre le pont Glienicke de l’époque, là où dans les brumes nocturnes Est et Ouest échangeait des espions, et puis le même pont, banal, d’aujourd’hui.

The Guardianen Grande Bretagne revient sur le même thème mais par rapport à une autre actualité, insistant sur la vision du monde de Vladimir Putin qui remonte à cette même époque : "36 ans, officier du KGB, il regardait les scènes tumultueuses à Dresde, là où commençait à s’écrouler l’ancienne RDA, scènes qui ont forgé l’imaginaire de l’homme qui dirige la Russie aujourd’hui".

Témoignages poignants dans La Repubblica Le journal romain a trouvé quelques documents inédits, des films privés datant de 1923 et tournés par des familles juives italiennes. Dans des images remarquablement bien restaurées on les voit s’amuser sur une plage ou fêtant un mariage à Pérugia, inconscientes de l’imminence du Nazifascismo, dans ce qui est, je cite, un prélude au film La Vie est Belle qui raconte la Shoah d’un point de vue italien. La Libre Belgique revient sur la 2nde Guerre Mondiale aussi avec un supplément sur le maréchal Pétain, ce fantôme que la France enterra deux fois. En février 1973, un « commando » amateur se rendait sur l’île d’Yeu pour voler la dépouille du maréchal Pétain.

Le journal raconte je cite « cet incroyable enlèvement »… et revient sur l’ « encombrant monsieur Pétain ». Des échos de notre passé sombre au parlement européen hier. Die Zeit est choqué mais comprend l’ironie avec laquelle un député européen allemand controversé a demandé au candidat hongrois au poste de commissaire de la jeunesse s’il allait recommander que l’on impose Mein Kampf dans les écoles européennes, vu l’antisémitisme actuel en Hongrie. D’autres traces du passé plus lointain, en Grande BretagneThe Express revient sur sa façon de traiter le naufrage du Titanic il y a 102 ans, et la grande confusion dans les nouvelles arrivées péniblement dans sa rédaction par le sans-fil – wireless.

The Mailressort des images en effet choquantes de la pauvreté qui régnait dans certaines villes britanniques comme Birmingham et Glasgow dans les années 60 – on y voit des photos de familles sans eau ni électricité dans des taudis aux murs moisis – et c’est là que The Maillance sa pique, où pauvreté ne signifiait pas qu’on avait les moyens de payer une Playstation à ses enfants. Drôle d’ambiance, donc, et retour vers notre passé puisque seul The Timesdit tout haut ce que d’autres journaux craignent tout bas, avec son titre presque chuchoté en bas de page : « Des djihadistes britanniques partis en Syrie menacent, en guise de représailles pour les frappes aériennes, un nouveau 7 juin » l’équivalent londonien du 11 septembre new-yorkais.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.