« Je pourrais prendre Kiev en deux semaines si je voulais »: la phrase de Poutine que vous citiez hier est reprise partout

Hier, seule La Repubblica , en Italie, avait repéré cette phrase, prononcée ce week-end par le président russe dans une conversation téléphonique avec Manuel Barroso. Aujourd'hui, elle fait la ronde, reprise à la Une de pas mal de journaux continentaux, et confirmée par les sources bruxelloises du Spiegel entre autres.

C’est le début de la guerre, donc.

La question est posée très sérieusement par le correspondent en Ukraine duGazeta Wyborscka polonais.Les forces ukrainiennes se sont retirées de l’aéroport de Lougasnk, après avoir subi des attaques appuyées par des chars russe s. Information qui semble être confirmée sur place par le Kiev Post qui affirme ce matin qu’entre 10 et 20 mille soldats russes sont entrés sur le territoire ukrainien depuis une semaine, prêts à l’attaque.

La photo la plus impressionnante est dansThe Irish Times à Dublin, montrant des civils ukrainiens aidant leurs militaires à creuser des tranchées pour protéger la ville de Mairupol contre toute avancée des chars russes.

Tout ceci au moment où, en Pologne, on commémore le début de la Seconde Guerre Mondiale

Le président allemand Joachim Gauck était hier à Danzig pour les 75 ans, jour pour jour, le moment où l’Allemagne s’est attaquée à la Pologne. « Pendant que l’orchestre jouait l’ouverture tragique de Panufnik », je cite le Süddeutsche Zeitung , « on pensait entendre un survol de stukas, les avions allemands. Notre continent, depuis, n’est peut-être pas devenu aussi silencieux que l’on croit, je cite.

Pendant ce temps, les Allemands livrent des armes, non pas aux Ukrainiens mais aux Kurdes, choix qui étonne le journal populaire Bild qui fait ce constat à sa une : des chars pour les Kurdes et rien, même pas un sparadrap pour les Ukrainiens.

« Ils osent », c’est la une de Die Welt , surplombant une vaste image du Bundestag qui a dit oui, hier, dans un vote largement symbolique car la décision était déjà prise, pour que l’Allemagne arme le monde . Un véritable changement de cap pour notre pays, constate le journal munichois. La presse espagnole, El Mundo et El Pais titrent là-dessus beaucoup ce matin.

Et pendant ce temps, ambiance presque surréaliste dans la presse russe,Nezavissimaia Gazeta s’intéresse sur sa première page aux problèmes des touristes en Crimée. Face aux incertitudes actuelles, la saison 2014 a connu une grosse chute dans le nombre de visiteurs : 3 millions et 80 milliards de roubles en moins. En plus, une grosse panne a privé Yalta et Sébastopol de lumière ce dimanche en raison de « l’offre limitée d’électricité en provenance de l’Ukraine ». Fin de citation.

The Express exacerbé par les Français

Grande exclusivité à la une sur le projet de la maire de Calais, décrite comme une dame rudement déterminée, « a very determined lady », Natacha Bouchart, de transformer le fort de Nieulay en Sangatte 2.

Le journal est déjà pas mal furieux de cette situation, mais son ire semble encore plus exacerbée ce matin car cette forteresse du 16ème siècle était construite par nous, les Britanniques, et qu’elle va servir désormais à accueillir, nourrir et doucher tous ceux qui font la queue pour rejoindre Douvres par quelque moyen que ce soit ».

The Independent consacre sa une aux déboires du nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Grande Bretagne, Matthew Barzun, notamment avec la cuisine locale : « que d’agneau mal cuit avec des pommes de terres, agrémenté par une improbable sauce à la menthe, des desserts « stodgy » - consistents », se plaint-il.

Le journal s’amuse également de ses déboires phonétiques, à la veille du sommet de l’OTAN qui aura lieu en fin de semaine au pays de galles, l’ambassadeur enregistrant sur youtube ses tentatives de maîtriser la prononciation du nom de la gare la plus longue du monde :

« Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwyll-llantysiliogogogoch ».

__

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.