Les Italiens ont un nouveau président

Sergio Mattarella sera investi ce matin au Quirinale comme douzième président de la République.

La Stampa est particulièrement content. Regardez les photos de sa famille pendant qu’elle suivait en direct le vote au parlement qui l’a désigné la semaine dernière. Sa fille, son neveu, des gens normaux regardent une télévision de taille normale. C’est le décor des bonnes maisons italiennes, quelques tableaux au cadres dorés, des chaises avec du tissu brodé. Tous regardent avec fierté, enthousiasme, mais retenue. « Avec cet homme sérieux, honnête, bien éduqué, aux cheveux blancs et aux yeux bleus, avec son air intelligentissimo qu’ont les Siciliens intelligents, on a de bonnes raisons d’espérer, conclut le journal, redevenir de bons Italiens normaux ! »

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, continue sa tournée des capitales

Son « roadshow » comme dit le Neue Zürcher Zeitung , pas entièrement convaincu par le côté show médiatique. Il suffit de tomber sur les photos dans la presse de Londres sur son accueil hier par son homologue britannique devant le 10, Downing Street, pour comprendre que les deux hommes ne sont pas près de s’entendre. Déjà sur les vêtements : le costard impec de l’anglais, le blouson de cuir de l’invité.

En plus, si on regarde de près la photo du Mail , au moment où les deux hommes s’apprêtent à se serrer la main pour les caméras, chacun regarde la main de l’autre plutôt que les yeux dans les yeux, signe d’une certaine méfiance.

A Athènes, Kathimerini est plus inquiet ce matin par autre chose : les liens obscurs entre le nouveau ministre des Affaires Etrangères grec, Nikos Kozias, et un nébuleux gourou de Vladimir Poutine qui soutient L’Aube Dorée, l’extrême droite, désormais le troisième parti du pays. « C’est inquiétant », commente le journal, « pour notre pays qui a souvent été sans frère, et qui se voit dans l’obligation de chercher du soutien auprès d’autres orthodoxes, mais cette-fois ci vraiment pas les bons ! »

Inquiétude à propos du prince Charles

C’est un peu partout, plusieurs journaux européens reprenant ce matin ce qui, hier, était plutôt un coup de pub pour un nouveau livre sur le futur monarque sorti hier en Grande Bretagne. Les journaux plus people comme The Mirror titrent sur la révélation que, et lui et Diana, avaient l’intention d’annuler leur mariage la veille.

D’autres comme The Times sont inquiétés par son engagement, « his activism » – sur plusieurs dossiers : la conservation de la nature, son effroi devant l’architecture moderne . Deux exemples, concède le journal, où il n’a pas entièrement tort, contrairement à sa foi dans les médecines parallèles. « Si notre Reine actuelle a duré si longtemps, c’est parce qu’elle a respecté l’idée selon laquelle ce n’est pas son rôle de changer quoi que ce soit dans le monde », faisant preuve de ce que le journal appelle un peu bizarrement « une stabilité gnomique ». « Si notre futur roi ne choisit pas entre activisme et retenue, son règne pourra être de courte durée, disgracieux et surtout le dernier du royaume ! »

Etrange photo dans la presse islandaise

J’y ai trouvé la photo la plus curieuse que j’aie jamais vue à la une d’un journal : celle dans Morgunbladid, sur les opérations de secours hier dans les montagnes au nord du pays pour venir en aide à une famille victimes d’un blizzard. La visibilité sur place était réduite à zéro. Du coup, apparemment, pour illustrer les très mauvaises conditions météorologiques sur place, le journal montre une photo complètement blanche, on n’y voit rien du tout.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.