Les réactions de la presse européenne à la décapitation du deuxième journaliste américain, Steven Sotloff

Cela fait la une partout, mais très peu de commentaires, ce qui en soi, constitue déjà une sorte de commentaire. Il n’y a guère que The Times qui a changé son principal éditorial hier soir, le remplaçant par un nouveau, intitulé « la barbarie, à l’état pur. Il n’y a plus de doute, si doute il y avait, sur le principal sujet de la réunion de l’OTAN demain au Pays de Galles, comment combattre de telles atrocités ? »

Certains journaux nuancent l’information sortie hier soir.

El Pais à Madrid : « l’Etat Islamique affirme avoir décapité un deuxième américain » ; The Guardian est encore plus neutre, titrant sur la vidéo qui « prétend » , « which purports », montrer une scène de décapitation.

The Independent n’est pas seul, à Londres, à titrer sur les nouvelles menaces de Djihadi John - le prochain, ce sera un britannique. Dans ce cas, affirme le journal, l’opinion en Grande-Bretagne serait davantage favorable à des frappes aériennes.

Autre angle dans Le Temps à Genève : « Non, je n’ai pas tué d’otage américain ! » Le journaliste Mohamed Hamdaoui parle au nom de cette majorité silencieuse des musulmans de Suisse et qui d’ailleurs, rappelle-t-il, comme tout le monde, sont horrifiés par les exactions de l’Etat islamique.

A Varsovie, Gazeta Wyborcska exige un signal clair contre Vladimir Poutine

La visite du Président Obama en Estonie aujourd’hui envoie un message clair au Président russe : « les états baltiques, n’y pensez même pas ! », avertit le journal.

Les Polonais se rebiffent également contre les sanctions russes portant sur leurs fruits, The Economist parle de la nouvelle campagne sur place, « mangez des pommes pour énerver Poutine ». Plus de la moitié des pommes polonaises étaient exportées vers la Russie, depuis le 1er août les Russes n’en veulent plus. Le journal britannique fait un calcul néanmoins un peu sobre, pour compenser le manque à gagner il faudrait que chaque Polonais digère 30 kilos de pommes d’ici la fin de l’année.

Les Allemands font leurs calculs aussi. « On pourrait survivre 5 mois sans le gaz russe », estime Der Spiegel dans sa « simulation de crise ». D’autres pays auraient des problèmes plus rapidement, prévient le journal.

Poutine a-t-il dit, oui ou non, qu’il pouvait « prendre Kiev en 2 semaines ? »

Le Kremlin le nie totalement et a même proposé hier de rendre publique la conversation téléphonique avec Manuel Barroso au cours de laquelle le Président russe s’en serait vanté, La Libre Belgique titre là-dessus ce matin.

La phrase, initialement fuitée lundi par La Repubblica , a fait la ronde des unes hier. De toutes façons, le journal italien semble affectionner les rumeurs en ce moment.

A Barcelone, les journalistes de La Vanguardia voient d’un très mauvais œil celle colportée par leurs collègues italiens hier sur l’imminence de la séparation de l’ancien roi Juan Carlos avec son épouse Sofia. « Ce couple a su », rappelle le journal catalan indigné, « naviguer dans des eaux turbulentes et des mers autrement plus orageuses, mais la normalité institutionnelle ne suffit pas pour apaiser la bête avide de sang (la presse italienne donc) ».

La Repubblica suggère aux prêtres d’être moins ostentatoires

« La bénédiction n’est pas un show », avertit le journal en reproduisant une nouvelle directive du Saint-Siège qui demande plus de sobriété et moins d’effusions pendant les messes. Celles-ci doivent se célébrer sans excès et sans circulation excessive de personnes d’un côté de l’autre de l’Eglise.

Il y a de la résistance déjà, le journal Il Tirreno rapporte la réaction de Massimo Toschio, prêtre toscan bien connu qui avertit que dans les célébrations liturgiques, on doit montrer la passion et non seulement la buona educazione .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.