Un article sympathique à l’égard de la France dans la presse

D’habitude, la presse d’outre-Manche est comme une moissonneuse batteuse europhobe détruisant le moindre brin de sentiment vaguement europhile sur son chemin. __

The Economist constitue une exception ce matin qualifiant l’amende imposée par les Etats-Unis à BNP Paribas de « whopping », « monstrueuse ».

Oubliez le DDay. Les relations entre les Etats-Unis et la France vont de mal en pis. Lorsqu’ils dîneront ensemble jeudi soir, les sources d’acrimonie entre les Présidents Obama et Hollande ne manqueront pas, l’entêtement français à vouloir vendre des armes aux Russes n’étant pas la moindre, mais dans le secteur bancaire, il faut que Washington cesse de se prendre pour un tyran dans la cour de récré – « bully-boy ».

C’est une attitude que The Economist qualifie, avec un tournure on ne peut plus britannique, de peu attirante à l’extrême, unattractive in the extreme .

D’autres bons points pour la France ailleurs dans la presse européenne

« Les Italiens devraient adopter le modèle français en ce qui concerne le rôle du Sénat », c’est partout sur leurs premières pages ce matin, notamment l’Unità. Puis le nom d’une française, Christine Lagarde, fait irruption par-ci, par-là , l’Unità justement, ou dans de Volkskrant aux Pays-Bas, de Standaard en Flandres, son nom émerge de plus en plus comme future présidente de la Commission Européenne.__ The Timesne veut pas de Jean-Claude Junker , on le voit déjà dans le jeu de mots terrible en titre de son éditorial – « Junk Juncker » – « Juncker à la poubelle ! » C’est un homme du passé et Cameron, qui menace de quitter l’Union Européenne s’il est élu, doit prévaloir ! La presse allemande est avare de fuites ce matin quant à l’état d’esprit de la chancelière, reflétant plutôt l’incertitude qui règne à Berlin .Der Spiegel trouve que la menace du premier ministre britannique est un mauvais calcul ;Die Zeit , en revanche trouve qu’il a raison. Décentralisons ! Seule une Europe multifacette, non-uniformisée peut venir à bout des nostalgiques eurosceptiques. Du coup, je me retourne vers la presse luxembourgeoise où l’on apprend à la une duQuotidien que le Luxembourg a aidé à dépister une bande internationale debidouilleurs. Une lecture plus détaillée de l’article révèle qu’il ne s’agit pas de la Commission Européenne, hélas, mais d’un gang de hackers informatiques.### Une Europe multifacettes, donc, ce matin

Vous allez être aussi excité que moi en retournant vos futures pièces d’euros, de tomber sur les toutes premières avec Felipe 6 remplaçant son père Juan Carlos . La Vanguardia fait un papier là-dessus, et annonce qu’il va falloir débaptiser pas mal de rues et avenues « roi Juan Carlos » partout dans le pays. Sinon, nous avons la Une apocalyptique de The Express ce matin– je n’ai jamais vu autant de majuscules alignées pour annoncer ce week-end la pire tempête de grêle depuis 1843, « avec des morceaux gros comme des balles de cricket dévastant le paysage du Royaume-Uni, selon des experts en état de choc ».The Irish Independent est choqué par une dublinoise qui a contacté les urgences hier pour demander leur intervention suite à une altercation avec un vendeur de glace qui aurait mal disposé les toppings sur ses boules de vanille. Elle ferait bien de lire l’article sur la première page duDagens Nyheterqui nous incite, sous le titre « une infinité d’étoiles » , à regarder plutôt une magnifique image du cosmos que nous devons au télescope Hubble. Le journal de Stockholm nous rappelle que des millions de galaxies semblables à notre voie lactée contiennent des centaines de milliards d’étoiles chacune, distribuées comme autant de toppings, au-delà de la voie lactée.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.