Je déconseille la lecture duTageszeitung à mes compatriotes

Le journal de gauche allemand n’en peut plus de l’attitude britannique à l’égard de L'Union Européenn e."Haut doch ab !" C’est plus ou moins fuck off en allemand.

Personne n’a besoin de votre nourriture, ni de vos gémissements sans fin – et en plus, dans la finale de la Coupe du Monde en 66 contre vous, le but allemand disqualifié était bel et bien dans le filet, merde ! Daniel Cohn Bendit renchérit dans le même journal, si vous voulez vous en aller, faites donc – just do it !

A ma droite, en revanche, nous avons Die Welt qui titre que« l'Union Européenne d’Angela Merkel est britannique, et c’est très bien comme ça » . « Nous, Européens, nous devons beaucoup aux Anglais », celle que le Frankfurter Allgemeine Zeitung appelle donc notre « chancelière britannique » et qui l’a rappelé hier devant le Bundestag.

Les Britanniques le rendent bien au quotidien allemand

Die welt cite unsondage de la BBC où l’Allemagne sort en première place dans un vaste sondage sur la perception de l’influence positive de chaque pays sur la scène internationale . 60% d’opinions positives. La France est 4ième avec 50%. Parmi les perdants, les Etats-Unis.

Et les surprises continuent car The Times de Londres critique dans son éditorial, c’est rare au possible, les Américains pour leur isolationnisme et plus spécifiquement pour le marchandage sordide d’Obama avec les Talibans pour libérer l’otage américain . The Times utilise le même genre de tournure queThe Economist hier à propos de Washington, « it’s not appealing », « ce n’est guère attrayant ».

Quant à Christine Lagarde pour la Présidence de la Commission, allons à Bruxelles pour les dernières fuites. Est-ce une coquille ou un belgicisme dans La Libre Belgique, mais sa nomination est « peu peu probable ».

Hier, au parlement britannique, le discours du trône de la Reine…

C’est le discours de programme politique. The Mail signale que le vicomte Aithrie, un garçon de 12 ans - est tombé dans les pommes sous le poids des habits et accoutrements traditionnels pendant que la Reine déclamait le discours .

The Guardian trouve cette cérémonie ancienne encore plus bizarre que d’habitude cette année. Faut-il vraiment toutes ces pompes et circonstances pour que la Reine nous annonce que le gouvernement compte interdire les sacs en plastique dans nos supermarchés ? Les unes italiennes sont toutes sur l’arrestation du maire de Venise dans une affaire de corruption atteignant un million d’euros, mais c’est peut-être le Neue Zürcher Zeitung à Zurich qui trouve le mot qui résume au mieux ses escroqueries car le journal zurichois bénéficie de toute la sonorité du mot allemand qui désigne un marécage boueux : « Sumpf ».

D’autres bizarreries dans la presse

C’est difficile de partager l’enthousiasme du Jornal de Noticias au Portugal à propos d’une équipe universitaire qui vient de créer un vélo doté d’un système révolutionnaire qui vous permet de vous équilibrer.

Exploit nettement plus spectaculaire dans le Morgunbladid à Rejkjavik, avec une photo qui ne l’est pas moins, du plus long tunnel sous la glace en Europe, de 500 mètres, qui va bientôt permettre aux visiteurs de descendre jusqu’à 30 mètres au sein d’un glacier, pour se promener, dîner, se marier ou tout simplement s’émerveiller.

Puis, dans le genre bizarre, la palme revient ce matin à l’Algemeen dagbladnéerlandais qui nous montre l’oreille reconstituée, grâce à des prélèvements d’ADN effectués auprès de l’un de ses successeurs, de Van Gogh. L’appendice est exposé actuellement dans un musée de Karlsruhe, où l’on encourage les visiteurs à lui parler dans le but, si l’on en croit le journal néerlandais, de nous sensibiliser à la substituabilité des choses.

Puis, pour finir, un visage ressort de la presse ce matin et il faut le chercher dans le journal du soir de Manchester,The Manchester Evening News et qui donne à sa façon, inconsciemment certes, une petite réponse à Daniel Cohn Bendit tout à l’heure. C’est celui de Nigel Coleman, un jeune homme que l’on voit dans une photo vieillie, et qui en 44 a risqué sa vie sur les plages d’un pays qu’il ne connaissait pas, sans savoir s’il allait survivre ou pas. La réponse est oui, car à côté de cette vieille photo, une autre prise hier, plus souriante, et à 91 ans, juste avant qu’il ne revienne une deuxième fois en France, cette fois-ci pour recevoir la Légion d’Honneur.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.