Focus sur les transports ce matin dans la presse européenne

Vous suivez certainement le bras-de-fer qui oppose, en gros depuis un an, les chauffeurs de taxis officiels - dans pratiquement tous les pays européens - à des particuliers, affiliés à la multinationale américaine UBER, et qui leur font concurrence à bord de leur voiture personnelle, en toute illégalité, évidemment.

Alors, si vous ouvrez ce matin le quotidien belge La Dernière Heure , deux jours après la première condamnation en justice ici d'un conducteur UBER, vous découvrirez le désenchantement de quelques-uns de ces individus, qui pensaient faire une bonne affaire, mais qui se plaignent, dit mon confrère, "de tarifs variables, de primes rabotées, et de dégâts aux véhicules non-remboursés".

Mais, pendant ce temps, aux Pays-Bas, c'est un tout autre son de cloche : le Telegraaf d'Amsterdam nous apprend que le gouvernement publie aujourd'hui un projet d'assouplissement de la réglementation sur les taxis, dont le premier bénéficiaire serait... UBER.

__

Autre chose sur les transports ?

Pas tout-à-fait - car ce serait plutôt d'absence de transports qu'il faudrait parler, en Allemagne. Vous le savez sans doute, une grève des chemins de fer paralyse le pays depuis lundi : cinq jours de grève pour obtenir cinq pour cent d'augmentation des salaires, voilà ce que réclament les cheminots Outre-Rhin. Et la Süddeutsche Zeitung de MUNICH recueille les témoignages de ses lecteurs ; je n'en cite qu'un : c'est l'histoire d'un congrès qu'il a fallu annuler - alors qu'il était parrainé à grands frais par la Deutsche Bahn elle-même, la compagnie nationale de chemins de fer allemands.

Et comme si cela ne suffisait pas à perturber la circulation, une tempête d'une rare intensité s'est abattue depuis quelques heures sur tout le nord du pays : photographies de scènes d'apocalypse à voir à la une de Bild , sous le titre Un ouragan ravage la moitié d'une petite ville . Les journaux danois et néerlandais mettent également leurs lecteurs en garde : les vents violents continueront à se manifester encore aujourd'hui de la Mer du Nord à la Baltique.

__

C'est tout sur les transports ? __

Presque, voyez plutôt. Après l'absence de transports, voici le voyage inutile (et coûteux) : le quotidien belge néerlandophone De Morgen annonce le retour au pays de la très efficace équipe de Protection civile nationale B-FAST, envoyée au Népal - mais, compte tenu de la désorganisation des autorités locales, elle n'a pu accomplir aucune des missions pour lesquelles elle s'était portée volontaire. Sentiments mitigés titre notre confrère - c'est bien le moins, en effet.

On imagine que la presse étrangère ne parle tout-de-même pas que de transports ?

En effet. Elle parle aussi de votre bien-être. Et si je vous dis : dans quel pays trouve-t-on les mères de famille les plus épanouies, vous me répondez ?...

... la Norvège, où notre confrère Verdens Gang s'enorgueillit à juste titre du classement annuel de l'ONG Save The Children , qui fait passer les mères norvégiennes de la deuxième à la première place cette année. Pour mémoire, les mères françaises se trouvent en 23e position.

Autre rapport du jour, cité non sans fierté par Trouw et par d'autres médias néerlandais : l'OMS prévoit un accroissement spectaculaire du nombre d'obèses en Europe, à l'horizon 2030. Je vous rassure : les Français ne seront pas les plus atteints, mais un seul pays parvient à inverser la courbe de l'embonpoint : c'est - vous l'aurez deviné - les Pays-Bas.

Et un dernier mot de diététique : plusieurs quotidiens allemands saluent en ce mercredi 6 mai le Tag des deutschen Brotes , la Journée annuelle du Pain allemand. Et l'on découvre que nos voisins ont le choix entre pas moins de 3.000 types différents de pain, dont, on peut le supposer, la bière, appelée Outre-Rhin pour ses qualités nutritionnelles das flüssige Brot , le pain liquide.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.