Un article frappant dans le Süddeutsche Zeitung sur les préparatifs de guerre

Rien à voir avec le conflit actuel, mais dans un article consacré aux prémices de la Première guerre mondiale, le journal bavarois publie un papier sur celui qui voulait à tout prix déclencher les hostilités. L’empereur Wilhelm II, guerrier, imbu de sa personne, le dernier empereur de notre pays : « le sang doit couler, beaucoup de sang », disait-il.

On voit une photo en noir et blanc de l’empereur, de son secrétaire d’état et de l’amiral von Tirpitz, les trois hommes gloussant visiblement à l’idée d’un conflit. Cette vieille photo glaçante sied bizarrement au milieu de tant d’autres ce matin de nos dirigeants actuels…

Au sujet de la situation en Crimée

Die Welt n’est pas seul à trouver des éléments tragico-comiques à la façon dont le ministre des Affaires Etrangères russe et son homologue par intérim ukrainien se sont évités hier dans les coulisses des négociations à Paris.

Sinon, preuve s’il en est que la situation s’enlise, les unes plutôt dramatiques de ces derniers jours deviennent plus laborieuses aujourd'hui. La Libre Belgique :« Ukraine: Occidentaux et Russes vont poursuivre les négociations ».

The Irish Times :l’OTAN et l’Union Européenne intensifient la pression sur Moscou . Plus on s’approche de la frontière ukrainienne, en revanche, plus la tension monte.

A Varsovie, la Gazeta Wyborscka somme à sa Une l’Ouest de « choisir son camp ».

Petite anecdote qui illustre en revanche les indécisions du moment : pas mal de journaux européens ce matin voient Hillary Clinton comparant Vladimir Poutine à Hitler. La presse néerlandaise, elle, titre que l’ancienne secrétaire d’état refuse de faire cet amalgame.

D’autres journaux frôlent le ridicule. The Daily Mail britannique a obtenu la vidéo d’une petite confrontation à Donetsk hier, scène que le journal décrypte de la façon suivante : les babouchkas se rebiffent, les vieilles mémés ukrainiennes s’attaquent aux loubards pro-russes.

__

Quelques articles à contresens de l’opinion majoritaire, de part et d'autre

Plusieurs journaux à l’Ouest parlent ce matin de cette journaliste de la chaîne Russia Today (l’équivalent de France 24) qui, dégoûtée par ce qu’a fait la Russie, a démissionné hier en direct pendant son émission.

Puis une rare tribune pro-russe dans The Guardiance matin qui met tout sur le compte de l’expansionnisme de l’Ouest, attitude qui a mis des fascistes au pouvoir à Kiev, et qui devient une parodie . Ainsi il ne faut pas envahir des états sous des prétextes inventés de toutes pièces, Mr. Kerry ? Ah bon ? L’Iraq alors, l’Afghanistan, la Libye ?

Et pendant ce temps imperturbable, Izvestia à Moscou refuse toujours de mettre l’Ukraine à sa Une , titrant ce matin sur le droit des étudiants étrangers à étudier en Russie.

Pendant ce temps, un journal meurt...

Le Münchner Abendzeitung, le journal du soir de Munich, a annoncé sa faillite hier. Un journal, comme le dit son grand confrère le Süddeutsche Zeitung, qui faisait fi du sérieux et de l’angoisse de ce monde, restant résolument positif afin d’appâter ceux qui se dirigeaient vers les jardins de bière, ou plus récemment la brigade bavaroise des kir royal.

Même dans son dernier exemplaire, le journal s’en va proposant un verre de Prosecco proposé par une serveuse aux attributs pigeonnants ( « Holz vor der Hûtte », des buches devant la hutte !).

Le Süddeutsche Zeitung, conclut : notre confrère s’en va, mais comme diraient ses journalistes, la vie continue, dans la bonne humeur.

Et dans la catégorie "’information la plus frustrante de la journée",La Tribune de Genève apporte d’abord la bonne nouvelle à ses lecteurs . Envie de faire pipi ? AirPnP, une nouvelle appli, vous dit tout de suite où sont les toilettes les plus proches. Ensuite vient la mauvaise nouvelle : pour le moment, sur ce site international, il n’y a qu’une seule adresse en Suisse... à Lausanne !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.