The Independent révélait hier que les Britanniques écoutaient les Allemands depuis leur ambassade à Berlin, la presse sur place réagit ce matin

Ce qui était un scoop hier n’est pas tombé inaperçu dans la capitale allemande. « Les Britanniques aussi! » titre le Berliner Morgenpost qui fait un zoom aérien sur cette curieuse construction cylindrique en forme de tente installée sur le toit de l’ambassade à Berlin.

Le trouble dans les relations entre les deux pays est perceptibles dans les mots ce matin -dans la presse allemande on lit que l’ambassadeur britannique a été convoqué au Ministère des affaires étrangères allemand, dans The Independent justement il a plutôt été « invited ».

« Ils sont tarés, ces Britanniques » c’est en tout cas la conclusion sur la première page du Tageszeitung , mais sur une tout autre affaire –la rédaction lit également la presse britannique, apprenant cette fois-ci que Tesco, le plus grand supermarché outre Manche prévoit d’installer des caméras à ses caisses capables de reconnaître la typologie des clients, dans le but de diffuser des publicités ciblées pendant qu’ils font la queue.

Il faut dire que l’idée n’enchante pas forcément tous mes compatriotes non plus. Lisez par exemple The Mirror ce matin –son principal éditorialiste prévient les dirigeants de Tesco’s– « lisez mon visage si vous voulez, mais ce n’est pas sûr que vos appareils soient à même comprendre l’expression anglaise que vos micros vont peut-être capter - BOGOF ! »

Je vous laisse imaginer la traduction…

Puis, on voit comment les relations historiques entre les Britanniques et les Allemands continuent à dominer la presse avec The Times ce matin, à sa Une toujours, qui a compris en consultant les archives comment les services secret nazis ont intercepté des centaines de cartes postales de boyscouts allemands ayant séjourné en Grande Bretagne juste avant la guerre, dans le but de mieux préparer une invasion.

Lorsqu’on parcourt la presse britannique, on peut conclure que leTageszeitung n’a pas tort sur le côté crazy de vos compatriotes

Il y a tout un débat, sur la première page de l’Express par exemple sur les bottes portées hier par la ministre de l’intérieur, Theresa May, connue c’est vrai pour ses chaussures parfois surprenantes.

La ministre, dans une réception donnée par la Reine pour le Président de la Corée du sud, a porté ce que le journal conservateur appelle des kinky boots, des bottes kinky - intraduisible, kinky veut dire « pervers » mais dans un sens positif, intraduisible en français pour des raisons qui dépassent peut-être le cadre de cette revue de presse.

Mrs May n’est pas la seule femme ministre qui fait la Une. En Italie, la ministre de la Justice lutte pour garder sa position. Annamaria Cancellieri , est-elle oui ou non intervenue pour obtenir la sortie de prison d’une détenue, malade certes, mais surtout la fille d’une famille très connue dans le milieu politique romain . L’Unità ce matin la cite « Je regrette d'avoir laissé mes sentiments l'emporter sur ​​le détachement auquel ma fonction m'oblige »__

La Stampa est plus sévère, rappelant qu’en politique, on n’a pas le droit d’avoir des amis et trouve que c’est une preuve de plus, s’il en fallait, « que l'establishment italien, doit se renouveler en bloc ». La ministre ferait bien de lire la une de la Gazeta Wyborcka à Varsovie ce matin, qui résume des affaires sombres actuellement au sein du pouvoir polonais sous le titre que je vous donne tel quel : « La politique se transforme en un gros tas. »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.