Le Luxembourg, cible de toutes les attaques ce matin

Le Süddeutsche Zeitung met à sa une un rapport exclusif et secret que l’on doit au consortium international de journalistes d’investigation sur comment plus de 300 grandes entreprises comme Amazon, Pepsi, Fedex ou Ikea fuient devant le fisc dans l’oasis fiscale de ce pays. Rapport tellement exclusif et secret que je l’ai vu à la une duGuardian à Londres, de l’Irish Times à Dublin, de Politiken à Copenhague, du Matin à Lausanne, de Ta Nea à Athènes, en gros d’une trentaine de journaux ce matin !

Les Belges sont les plus remontés

Se sentant visiblement trahis par leurs petits voisins, le ton est shakespearien. « Des deals secrets qui nous coûtent des milliards ! » c’est la une de De Standaard . C’est le Soir de Bruxelles qui a fuité hier soir vers 22h ce qu’on appelle les « Luxleaks », les fuites luxembourgeoises, autrement dit comment le Luxembourg siphonne les revenus belges grâce à un dumping fiscal . L’éditorialiste est très remonté. « Un marché unique, sans unité fiscale, est un marché de dupes. Alors que la Belgique est dans la rue, crucifiée par l’austérité, notre journal révèle comment le Grand-Duché nous rit au nez, passant en douce des accords fiscaux qui permettent à des sociétés belges de s’acquitter de moins de 2 % d’impôt ! Le scandale est planétaire. Aujourd’hui, nous sommes plus de trente journaux à dénoncer le dumping fiscal indécent accordé par le Luxembourg à plus de 340 sociétés multinationales avec des taux si bas qu’ils ne se comptent parfois plus en pourcent ». « L’Europe, elle aussi, doit rendre des comptes », poursuit le journal. « En premier lieu, l’ancien Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois Jean-Claude Juncker, qui a avalisé ces montages et préside désormais la Commission. Est-ce ainsi qu’il conçoit la compétition fiscale intracommunautaire ? »

Qu’en dit-on au Luxembourg ?

Pas grand-chose. Pour le moment c’est le seul pays dont les journaux n’en parlent pas, du moins sur leur site. Le Luxemburger Wort se félicite du taux d’inflation rudement bas tandis que Le Quotidien vante « la tradition multilingue dont notre petit pays peut être, à juste titre, fier ».

Les Allemands, eux, ont d’autres chats à fouetter

Les cheminots, qui font grève à partir d’aujourd'hui. Les mots ne sont pas assez durs, même en allemand, pour le chef de leur syndicat : « intraitable », « incorrigible » pour Der Spiegel dans ce mouvement social des plus antipathiques, unsympatischst ! Die Zeit est plus désespéré, se résignant à mettre en Une l’image bleuâtre d’une gare la nuit, aussi anonyme que désœuvrée.

PuisEleftherotypia est furieux également

Le journal d’Athènes a vu le film qui vient de sortir et qui marque la nouvelle stratégie de communication en matière de tourisme grec. « Ah non, pas les Dieux encore ! » Cette vidéo poussive et ringarde montre, une fois de plus, au cours de ses onze longues minutes stéréotypantes, Hercule au milieu de l’Olympe, sur une musique façon Dynastie ou Dallas, « le tout ne servant qu’à démontrer hélas, que notre pauvre pays est un pays plein de richesses dirigé par des esprits appauvris ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.