L’argent est sur les premières pages ce matin

Commençons par les Belges. Le Roi Philippe a donné en tout 129.000 euros pour venir en aide à 650 Belges dans le besoin. La Libre Belgiqueprécise que « le service Requêtes du Palais décide d'octroyer une intervention du Roi sur base du rapport d'un service social qui gère le dossier de la personne qui demande de l'aide ».

L’argent, celui des loteries à la Une au sud de notre continent. La Stampa demande où est le gagnant du « corcosone », la grande loterie nationale italienne ? 5 millions d’euros et le ticket gagnant vendu au tabac Valsecchi de la rue Cairoli dans la ville de Lecco et toujours pas réclamé.

En Espagne, c’est plus énorme encore, la loterie « del nino », celle du petit garçon: 40 millions d’euros, le bulletin magique vendu dans le bar Anduriña de Monforte.

ABCmontre les scènes de liesse sur place, même en l’absence pour le moment du moindre gagnant.

Argent toujours, ou plus spécifiquement l’or qui perd sa valeur . Son mauvais cours plombe les comptes 2013 de la Banque Nationale Suisse , selon la première page du Temps. Les 1.040 tonnes d’or ont fait perdre 15 milliards de francs à cette institution ô combien helvête.

Puis l’argent des contribuables qui fond à vue d’œil à la Une du Svenska Dagbladetà Stockholm avec toute une polémique sur le coût de déneigement de la ville. Comment se fait-il, demande le journal, perplexe, que le budget explose alors que 2013 était l’année la plus douce en température depuis 1860 en Suède ?

Réponse hermétique des autorités compétentes : il est clair que le déneigement coûte de l’argent, même sans neige, notamment parce qu’il faut équiper les véhicules anti-neige de GPS.

Comment la presse allemande commente-t-elle la chute au ski de la chancelière ?

Plutôt de façon un peu moqueuse, il faut bien le dire, comme le Frankfurter Rundschau. Angela Merkel a déclaré ne pas pouvoir respecter tout son agenda dans les 3 semaines à venir. La chancelière passe partout pour un modèle de la stabilité, fiable, tout sous contrôle. Maintenant elle doit se promener à travers le Bundestag à l’aide de béquilles -pardon !– avec des « aides à la marche », car son porte-parole a banni hier le terme béquille.

Die Zeit veut savoir si elle doit déclarer son repos maladie et si oui, à qui ? Qu’est-ce qui se passe avec son salaire ? La loi allemande n’admet pas qu’un dirigeant politique soit alité, et le journal s’étonne qu’une chancelière qui ne peut mener à bien ses fonctions reçoive les mêmes émoluments qu’une chancelière qui travaille 18 heures par jour.

Le retour des elfes islandais

Je lis cela bizarrement dans Le Matin, journal suisse. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, les elfes bloquent un projet d’autoroute en Islande en ce moment . Celle-ci doit relier la banlieue de Reykjavik à la péninsule d’Alftanes. C’est sans compter les revendications écologistes et mystiques des « friends of lava », de fervents défenseurs du « peuple invisible ». Ces derniers réclament l’arrêt de la construction de la voie rapide afin de préserver l’habitat naturel des elfes, trolls et autres personnages invisibles qui vivent dans les montagnes et les roches islandaises. Il faut savoir que nous parlons d’un pays où 62% de la population croit en la possibilité d’une vie elfique. La bataille s’annonce rude et c’est à la cour suprême de Rejkjavik de juger de l’impact de la construction de l’autoroute sur la vie des elfes.

L’administration des routes fait preuve apparemment de diplomatie en suspendant les travaux, « le temps de permettre aux elfes vivant là de... déménager ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.