Une image fait le tour de la presse ce matin: la chute de la statue de Lénine à Kiev

Elle est tombée à 18 heures hier soir, la photo est sur toutes les premières pages européennes ce matin. Sur place, le Kiev Post donne les réactions : selon les communistes : « c’est une révolte néonazi ». Les manifestants affirment en revanche exécuter un décret datant déjà de 2009 autorisant le démantèlement de la statue.

Le Süddeutsche Zeitung fait tout un papier sur qui détient les rênes du pouvoir en Ukraine –surtout l’homme d’affaires Viktor Medvetchouk . Lorsque Vladimir Poutine s’est rendu à Kiev cet été, il ne s’est entretenu qu’un quart d’heure avec le président Ianoukovitch, et beaucoup plus celui que l’on surnomme ici "le cardinal" ou "le parrain". Poutine est d’ailleurs le parrain de sa fille.

A Moscou, justement, la presse russe est la seule que j’ai vue ce matin où l’image de la statue de Lénine est absente –Izvestia titre plutôt sur le fait que les Russes comptent interdire désormais les I-phone, en faveur de la marque russe Yotaphone.

4 jours après sa mort, quelques angles nouveaux sur la mort de Mandela

Photo très émouvante dans The Mirror , celle de la mère d’un jeune garçon tué par les forces de l’apartheid à Soweto en 63. La photo est devenue légendaire, et Dorothy Molefi une inspiration pour Mandela pendant qu’il était en prison. « Hector adorait aller à l’école et aujourd'hui je suis fière de savoir, dit-elle au journal britannique, qu’il fait partie des cours de l’histoire qu’on y enseigne ».

D’autres pays reviennent sur leur passé parfois confus à l’égard de l’apartheid.

A la une duSvenska Dagbladet , tout un débat en Suède où la gauche réclame que le Premier ministre présente, avant de se rendre à l’enterrement de Mandela, les excuses de son parti pour leur attitude ambiguë à l’époque.

Puis The Independent examine en long et en large ce matin le passé complexe de la Grande Bretagne, entre Margaret Thatcher qui traitait Mandela de terroriste , et le quartier de Brixton à Londres, chef lieu du mouvement international contre l’apartheid.

Quelques nouveaux visages politiques

La presse italienne montre celui, très télégénique, de Matteo Renzi, 38 ans, élu hier nouveau chef du Parti Démocrate. Le maire de Florence, que l’on qualifie de « Tony Blair de la gauche italienne » estime que « les Italiens ont montré qu'ils valent bien mieux que leur classe dirigeante ».

A l’autre extrême, El Mundo, en Espagne, montre le visage et surtout les biceps très tatoués d’Antonio El Nino , posant torse nu sur une plage dans une photo que l’on croirait tout droit sorti d’un magazine gay avant d’apprendre qu’il s’agit du nouveau leader de l’extrême droite espagnole, Antonio el Nino, 29 ans, fan de l’Aube Dorée en Grèce tout juste sorti de prison et prêt, dit-il, à endosser le manteau de martyr de l’extrême droite espagnole.

Cette image quelque part sur la Méditerranée contraste avec celle d’un homme poilu, torse nu lui aussi, mais en tutu, posant un pied délicatement dans la neige de Berlin hier –dans une nouvelle expérience photo-artistique à la une du Berliner Morgenpost , puis surtout avec la photo d’un baromètre à la une du Dagens Nyheter .

Hier soir, à 22 heures, le mercure à carrément gelé à Nikkaluokta, au nord de la Laponie, où il y a 9 heures donc, il faisait moins 40,7 degrés.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.