Swissleaks, les fuites sur la filiale suisse de HSBC, font la Une de la presse européenne

HSBC fait souvent irruption dans ma lecture des journaux avec ses banderoles publicitaires mais là, dans le genre "coup de com’ raté", on ne fait pas mieux.

«La banque qui thésaurise de l’argent noir», c’est la Une duSüddeutsche Zeitung qui, comme souvent, annonce des informations exclusives qui n’en sont pas du tout. C’est la Une partout.

Corriere della Sera parle d’unemaxi-lista de 7 000 Italiens , y compris des personnalités du sport et du spectacle qui font de l’évasion fiscale.

Les Unes bruxelloises sur des milliards qui ont échappé au fisc belge.

Des Irlandais aussi impliqués dans le commerce de diamants de sang,« blood diamonds ». Le siège britannique de HSBC réagit mollement. The Guardian est loin d’être convaincu par ses explications comme quoi la banque concède ne pas avoir procédé à une due diligence, à un contrôle scrupuleux de sa clientèle internationale.

Dans les Unes suisses...

Le Matin propose une plongée dans les entrailles d’une banque qui, en plus de l’évasion fiscale, « accueillait l’argent de narcotrafiquants, de financiers du terrorisme et de proches de potentats ».

Le Temps , surtout, évoque la sulfureuse clientèle politiquement exposée de HSBC Suisse, rappelant que tout a commencé par une affaire totalement rocambolesque, je cite, « quand HSBC Private Banque s’est fait soustraire en 2008 des données par l'un de ses informaticiens ». Pas beaucoup de noms pour le moment sur le site du journal, mais un article assez intéressant sur les agissements d’un ministre libanais, entrepreneur à ses heures creuses, et les valises pleines de billets qui transitaient par le foyer du Noga Hilton à Genève.

A Zurich,Le Neue Zürcher Zeitung , d’habitude si prompt à fustiger la moindre incartade à la morale d’autres pays, reste curieusement muet ce matin sur cette affaire, préférant parler de l’Ukraine.

Les journaux ne sont guère optimistes après l’échec de la conférence de Munich, en attendant, mercredi, celle de Minsk.

Le Tageszeitung résume le pessimisme général avec son titre apocalyptique sur l’effondrement du désordre, « L’ambiance entre Est et Ouest devenue froide comme la glace », « eiskalt ».__

The Economist estvolontiers provocateur si on en est vraiment là, détournant la chanson de Lennon, sur la solution qui semble se dégager après l’échec des pourparlers – « give war a chance » – « donnez une chance à la guerre ».

De plus en plus de femmes britanniques se rasent le matin

Article dans The Mail , sur ces femmes qui sont persuadées que c’est la façon de garder une peau propre et jeune. Lame de rasoir jetable à la main et le menton enduit de mousse, Angela d’Essex, une lectrice qui, il faut le dire, ne semble pas avoir une vie très palpitante, explique que la meilleure décision qu’elle ait prise dans sa vie c’est de se débarrasser chaque jour de son poil duveteux car désormais, son maquillage glisse à merveille. The Mail cite des femmes qui adoptèrent cette pratique : Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor voire la Reine Cléopâtre. Tout ceci, conclut The Mail , pour avoir la peau la plus douce, "the smoothest skin ", un petit défi phonétique, pas seulement quand on se rase.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.