La guerre des sanctions de l'U.E contre Moscou commence déjà à avoir des effets dans L'Union Européenne

On le voit à la une de la presse autrichienne ce matin. La plupart des employés, 2.000 personnes travaillant chez le fabricant de camions MAN, en Autriche, seront obligés de travailler à mi-temps dès le mois prochain, à cause de la perte de contrats avec la Russie, c’est la une de Der Standard . Du coup, Die Presse , également à Vienne, demande à sa une : " L’Europe, dérive-t-elle vers une vraie guerre économique ?"

La Russie pourrait prendre d’autres mesures, nettement plus draconiennes

"Moscou menace de fermer son espace aérien aux vols européens", c’est un titre que j’ai vu plusieurs fois ce matin. Le Algemeen Dagblad fait sa une sur une émission de la BBC hier soir, prétendant apporter des preuves selon lesquelles les Russes utilisaient des lance-roquettes de type BUK dans la région où a été abattu le vol de la Malaysia Airlines en juillet, quand 196 passagers néerlandais ont été tués.

Sinon, angle lplus curieux :Bildfait sa une ce matin sur les larmes de Poutine, ou plutôt celles que les téléspectateurs russes n’ont pas vu, enlevées au montage lorsque le Président pleurait pendant l’hymne russe lors de sa visite récente en Mongolie. Rien n’échappe à l’œil rudement vigilant de la rédaction du journal populaire allemand qui compare les versions diffusées à la télévision mongolienne et russe. "Vladimir Poutine vit sous le stress permanent des sanctions et se sent extrêmement seul", explique quelqu’un que le journal identifie comme un expert de l’est de l’Europe.

Kate est enceinte !

Les contradictions de ce qui est toujours la Grande-Bretagne sont montrées à merveille dans un article de The Independent sur la façon dont la chaîne d’info en continu de la BBC a donné la nouvelle, le « breaking news » de sa grossesse coupant en plein milieu la retransmission du discours de la présidente des syndicats britanniques sur les inégalités du système de classe.

On a rarement connu The Times aussi mielleux – le journal de Londres accueillant cette information adorable,"this lovely piece of news"," un petit spermatozoïde atteignant un œuf qui pourrait sauver l’Union entre nos deux pays".

Le ton monte sinon. The Express sort de ses gonds en apprenant que le leader du mouvement indépendantiste écossais s’est félicité de la nouvelle, tout en désignant l’heureux couple non pas comme les Cambridge mais par leurs titres écossais, le vicomte et la comtesse de Strathearn.

Le Financial Times a d’autres soucis : la livre dégringole et le journal financier discerne de nombreux mouvements de fonds depuis les banques écossaises.

The Telegraph « urge » la Reine d’intervenir, tandis que The Guardian ironise sur les tentatives de la classe politique anglaise depuis hier de bombarder l’Ecosse avec de l’amour, "to lovebomb Scotland", et affirme "qu’il ne faut surtout pas envoyer David Cameron sur place, il y est moins populaire même que Windows 8".

C’estLe Temps , en Suisse, qui résume au mieux le sentiment général avec sa une sur l’Ecosse :"le futur n’a jamais été aussi excitant".

ABC à Madrid est très excité par la superlune

Le journal enjoint ses lecteurs à sortir ce soir, à 20h45, pas une heure de moins, ni une heure de plus, pour voir la plus grande des superlunes qui va poindre à l’horizon .

Le journal espagnol rappelle que l’orbite de notre satellite est on ne peut plus elliptique, et la lune plus proche de nous que jamais en ce moment sera 14% grande et 30% plus brillante que "la luna normal – que no es poco", qui n’est pas peu ! conclut le journal, médusé.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.