Manuel Valls est à Varsovie pour deux jours : interview dans Gazeta Wyborcza ...

...où le Premier ministre tient notamment à exprimer la gratitude des Français aux Polonais dans leur effort pour avoir aidé à faire de l'Union Européenne « Une grande équipe de 500 millions d’habitants, première puissance économique mondiale ».

Ensuite, le journaliste insiste sur l’Ukraine : « Nous avons été aux côtés des Français lors des opérations au Mali, ne faudrait-il pas armer les Ukrainiens contre la menace russe ? ». Le Premier Ministre reste vague, tout comme sur l’idée de ressusciter le triangle de Weimar, les rencontres Paris-Berlin-Varsovie, même s’il concède que le moteur franco-allemand ne peut plus continuer à être la seule force motrice de l’Europe.

La France est aussi en Une des journaux en Roumanie

A cause d’une bourde du ministre des Affaires Etrangères roumain, tout fier d’offrir devant les caméras une grosse carte de l’Europe à son homologue allemand, en visite à Bucarest. Manque de pot, la France y est recouverte du drapeau allemand. Ce moment est à la Une du journal, et on imagine que le visage du ministre soit recouvert de rouge.

La France figure dans un éditorial que le Frankfurter Allgemeine Zeitung ressort régulièrement : "De l’autre côté du Rhin, le mot « libéral » est une injure sensée clouer le bec à tout adversaire politique. La France a néanmoins besoin de réformes, qu’on les appelle libérales ou pas ".

Autre bourde en Irlande

La Haute-Cour de justice du pays a stipulé hier qu’une loi contre la possession de drogues dures comme l’ecstasy était anticonstitutionnelle, rendant provisoirement ces drogues légales .

"Le Parlement a été obligé de siéger en urgence ", je cite la une du Irish Times , jusque tard dans la nuit pour les re-rendre illégales, mesure qui prendra effet demain jeudi, mais pour aujourd’hui, mercredi c'est space !

Berlusconi acquitté !

Le visage tiré par le stress et les liftings du Cavaliere avait provisoirement quitté les unes italiennes, et les titres d’autres journaux européens, bouche-bée devant son acquittement en appel hier soir dans l’affaire Rubygate, où il était accusé d’inciter à la prostitution de mineures.

La Repubblica en tout cas n’a pas trop d’empathie à l’égard de la jeune top model au centre des accusations, profitant de ce verdict pour sortir tout un papier sur sa nouvelle vie de luxe entre Dubaï et le Mexique.

Le présentateur le plus polémique de la BBC s’est fait virer hier

Jeremy Clarkson a été interdit d’antenne après ce qui est partout désigné ce matin comme « a fracas », où il aurait tapé son producteur, parce que, si l’on en croit The Mail , son dîner n’était pas prêt à l’heure.

The Telegraph revient sur quelques-uns de ses propos les plus outranciers : « tout comme notre correspondant à Bruxelles a un raccourci clavier pour « La Grande Bretagne est isolée dans les négociations européennes parce que … » nous en avons un autre « la BBC obligée de s’excuser parce que Jeremy Clarkson a …. ».

Il a par exemple traité l’ancien premier ministre Gordon Brown de « connard borgne écossais ». Il s’est excusé auprès des Ecossais et des associations d’aveugles, mais pas auprès des « connards ».

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.