Les Britanniques ont commémoré les morts de toutes les guerres hier à l’occasion du Dimanche du Souvenir

« Remembrance Sunday », le dimanche le plus proche du 11 novembre. A la Une de nombreux journaux, l’image d’une vieille dame de 87 ans, le regard pénétrant, déposant une gerbe devant le cénotaphe à Londres en compagnie de son époux, 92 ans et vétéran de la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit du même geste au même endroit à la même heure très précise, après le coup des onze heures sonnées par Big Ben -en effet la Reine a dépose une gerbe au nom de la nation exactement comme elle le fait depuis 55 ans maintenant, pour que « nous n’oublions pas », comme titre The Express.

The Mail ne peut pas s’empêcher de virer vite dans les détails plus pittoresques, mettant à sa une la photo de Kate, au balcon, tressant des boucles dans sa chevelure sculptée de façon si artistique et regardant avec fierté alors que son propre époux, le Prince William, déposait sa gerbe à son tour. Puis histoire plus poignante : les obsèques ce matin d’un héros anglais de la Seconde Guerre Mondiale, mort dans une maison de retraite à l’âge de 98 ans, sans famille et sans ami. Suite à une campagne sur internet, des centaines d’inconnus vont assister ce matin à son enterrement.

Le conflit continue d’être à la Une pour des raisons parfois inattendues

Le journal populaire The Mirror, toujours en Grande Bretagne, est furieux que l’on ait continué à tourner le dernier film de Brad Pitt avec la reconstitution d’une invasion nazie dans un village anglais, justement hier, le dimanche du Souvenir.

En Allemagne même, pure coïncidence de date, mais le Berliner Morgenpost met à sa Une la fin d’une exposition qui a duré une année partout dans la capitale allemande, commémorant tous les artistes et intellectuels tués ou chassés par les nazis. Hier soir, des centaines de visages spectraux en noir et blanc ont été projetées sur la porte de Brandebourg.

Bild, le journal populaire, sur sa première page, est fasciné par le mystère de l’art de Munich. Le journal a appris que Cornelius Gurlitt, qui collectionnait les tableaux nazis avait un deuxième appartement dans la ville : que cache-t-il ?

Le visage d’Anne Frank est sur la première page du Aftonbladet à Stockholm ce matin : sous le titre « l’antisémitisme n’appartient pas qu’au passé » avec une manifestation d’une organisation d’extrême droite aujourd’hui dans les rues de Stockholm, soi disant pour protester contre le traitement de l’aube dorée en Grèce, mais le journal suédois trouve la coïncidence avec le 75ième anniversaire de la Nuit de cristal particulièrement troublante.

Le journal Trouw aux Pays-Bas titre sur le rapprochement de l’extrême droite en Europe

D’ailleurs non sans discerner le paradoxe que ces partis foncièrement anti-européens veuillent s’allier au niveau continental. Le journal annonce la venue donc de Marine le Pen mercredi aux Pays-Bas, mais annonce que tous les membres du parti de Geert Wilders ne sont pas forcément enthousiastes à l’idée d’un rapprochement.

C’est vrai que si on regarde par-ci par-là dans la presse européenne, les dissonances commencent déjà à paraître. L’extrême droite néerlandaise ne veut pas s’associer à un parti homophobe comme le Vlaams Belang en Belgique.

Puis la presse britannique donne la parole à Nigel Farage, le leader du parti d’Independence de la Grande Bretagne, qui excluait hier de s’associer à un parti avec "un passé antisémite comme le Front National français".

Sinonla France est toujours en Une : les journaux n’arrivent pas à trancher sur son rôle dans l’échec des négociations sur le nucléaire iranien.

La Libre Belgique titre : « Vive la France », citant le républicain américain John McCain, qui a tweeté hier : « La France a eu le courage d'empêcher un mauvais accord. »

The Independent britannique pose ce matin en revanche la question : La France, le nouveau Grand Satan ?

Au journal britannique de suspecter plutôt les liens business très lucratifs de l’Hexagone avec l’Arabie Saoudite et d’être derrière les prises de positions de Laurent Fabius.



L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.