La presse espagnole qui revient sur le vote symbolique sur l’indépendance de la Catalogne ce weekend, avec environ 80% de « oui »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce scrutin ne laisse pas la presse madrilène indifférente. On peut toujours compter sur ABC pour s’emporter. Le journal conservateur de Madrid dénonce à sa une cette farce illégale dans lequel ont « voté » (le verbe est entre d’énormes guillemets) 2,2 millions de Catalans.

Plus à droite, (si une telle chose est possible) le journal La Razon est plus vitupératif encore , parlant à sa une de « desobediencia, prevaricion y malversacion ! » Même les titres madrilènes plus mesurés font passer le même message, El Mundo rejetant « la ficcion democratica » qu’essaie de nous vendre le Président de la Catalogne.

Tout autre point de vue dans la presse catalane

Notamment le journal El Punt qui adopte évidemment un point de vue différent sur « ce vote massif pour le droit de décider du sort de notre nation en dépit du mépris montré par les partis au pouvoir en Espagne » .

Conscient de l’immobilisme qui caractérise la position du premier ministre espagnol, le Président de la Catalogne lui adressera une lettre lui proposant une ultime chance pour un vrai dialogue sur un changement de la Constitution qui permettra, enfin, un référendum légal sur notre indépendance.

Revenons à Madrid pour le ton le plus modéré, et comme souvent, c’est dans El Pais . « Seul le dialogue peut conduire à des négociations pour trouver des solutions avec un consensus le plus large possible », affirme le journal dans un éditorial qui n’enflammera sans doute pas beaucoup de ses lecteurs.

__

Les Suisses sont fiers d’être européens

Ce sont souvent les seuls, hélas. En tout cas, Le Temps est le seul journal que j’ai vu ce matin à mettre en haut de sa première page les exploits de notre continent dans le cosmos. « Pour la première fois, on va se poser sur une comète ! », proclame la une, excitée.

Demain, pendant sa mission fantastique, la sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne va larguer un petit robot, nommé Philae, sur une comète appelée 67P/Churyumov-Gerasimenko, pour l’étudier dans ses plus infimes détails, notamment dans sa composition chimique; puis petit cocorico helvétique, les images de ces événements seront prises par des caméras de conception suisse : « Nous serons donc les « yeux » de l’atterrisseur ».

Le journal Le Temps est donc tout chose…

« Ce projet a pour but de décrypter l’origine du système solaire et de percer le mystère de l’apparition de la vie sur Terre ».

« Que l’atterrisseur se pose sur la comète constituera la cerise sur le gâteau d’anniversaire de l’Europe spatiale, qui vient de fêter ses 50 ans . Une Europe qui –du moins dans ce domaine– doit son succès à son unité d’action ainsi qu’à la constance de sa vision de l’enrichissement des savoirs humains fondamentaux » (ce n’est pas dans un journal de l'Union Européenne qu’on lira cela).

Néanmoins, si vous voulez partager cette aventure, je vous conseille vivement La Repubblica à Rome qui propose ce matin un album de nombreux « selfies » pris par Rosetta au cours de son périple solitaire , ainsi que des clichés superbes des paysages de 67P/Churyumov-Gerasimenko, un panorama, nous rappelle le journal, jamais aperçu par des yeux humains, des paysages qui de loin en tout cas, ont l’air rudement inhospitaliers.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.