Certains journaux informent et d’autres provoquent l’angoisse

Je ne sais pas pourquoi mais le journal britannique The Express semble déterminé en ce moment à maintenir ses lecteurs dans un état d’angoisse ahurie à l’égard des conditions météorologiques. La Une aujourd'hui est on ne peut plus cataclysmique, alternant lettres minuscules et majuscules pour prédire un Noël venu tout droit de l’ENFER, en raison de la plus grande tempête JAMAIS, majuscules aussi, enregistrée dans l’HISTOIRE. Ces lecteurs, plutôt âgés, frôleront la crise d’apoplexie en prenant conscience de l’étendue des dégâts prévus : une suite apocalyptique d’ouragans, d’averses torrentielles et de blizzards frénétiques qui font la queue en ce moment-même au-dessus de l’Atlantique, avant de décimer le Royaume Uni, et ceci jusqu’au printemps prochain. Ce qui est un peu bizarre, c’est que personne d’autre n’en parle. Cela donne l’impression d’un journal obligé de HURLER en majuscules pour occuper une journée un peu lente dans les rédactions.

D’autres titres cherchent par exemple leur inspiration en Uruguay, Der Standard en Autriche ou The Independent britannique dont je cite la une ce matin– et si nos députés étaient courageux, ils suivraient l’exemple pragmatique de l’Uruguay, qui vient de légaliser le cannabis. Cela réduit nettement la criminalité, enlevant leur principale source de revenus aux gangs, permettant à la police de s’occuper d’autre chose. Cannabis à la une du Berliner Morgenpost aussi avec un sondage où 45% des Berlinois se disent favorables à l’introduction des coffeeshops dans les quartiers trendy de la capitale allemande. 49% demeurent pour le moment contre.

En Italie le mouvement des « forconi » à la une

« Basta caos ! » Le premier ministre Enrico Letta le dit clairement à la une de La Repubblica . Né en 2011, ce mouvement comprend toutes sortes de catégories sociales frappées par la crise, les routiers et les petits entrepreneurs par exemple, mais aussi des extrémistes de droite et des hooligans . Ils ont le soutien de Silvio Berlusconi et du comico-politique Beppe Grillo. __

La Stampa constate les heurts avec la police dans plusieurs villes italiennes en ce moment avec mai 68. "A l’époque nous sommes descendus dans la rue pour des idéaux, là et pour la première fois en Italie, c’est à cause de la peur du ventre vide." Il ne serait pas surprenant, pour le journal de Turin, que dans les prochains jours, d’autres Italiens rejoignent les « fourchus », avec autant de rage et de violence, réduits à l'extrême par la crise, les impôts, la bureaucratie. Le désespoir peut transformer n'importe qui. Le journal rappelle les retraités qui se sont mis derrière les barricades récemment en Grèce. Il Corriere della Sera est un peu plus sceptique, avec la photo d’un des leaders du groupe qui quittait la manifestation hier...en Jaguar.

La presse néerlandaise pose les questions les plus inquiétantes

Surtout celle sur la première page du Volkskrant –les plus de 40 ans ne devraient plus être en vie, normalement. Le journal cite un professeur néerlandais qui tient une conférence en ce moment au sujet de l’évolution. Nous sommes destinés à grandir rapidement, à faire des enfants, à les nourrir puis Mère Nature n’a plus franchement besoin de nous après.

Puis toujours au Pays-Bas, Trouw est là pour demander, carte du monde à l’appui, et sans aucune raison particulière, si nous nous rendons compte à quel point notre continent européen est vraiment petit à l’échelle mondiale.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.