L’Europe de la criminalité et de la fraude, à commencer par l’Allemagne

A la une, parfois derrière les unes, dans les premières et les dernières pages des journaux, c’est un thème récurrent ce matin.

«Augmentation claire et nette de la présence de la mafia italienne en Allemagne », c’est la une du Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Der Spiegel titre sur le nombre en croissance d’attaques on-line sur les comptes bancaires allemands , 19% d’augmentation l’année dernière. Quand ce n’est pas le vol, c’est la triche.

A la une du Berliner Zeitung,le vol des épreuves de maths ce week-end à destination d’écoliers berlinois . L'examen a lieu ce matin et on a dû en changer in extremis les questions dans la journée d’hier. Puis toute la presse allemande titre sur les mésaventures du nouveau jeu en access prime-time de l’ARD, la télévision allemande, où les téléspectateurs peuvent gagner de l’argent en utilisant leur smart-phones. L’animateur a été obligé d’interrompre le direct hier et constater que le jeu avait été victime de hackers.

__

La fraude made in Belgium__

La Libre Belgique titre ce matin surMichèle Defonseca, une Belge installée aux Etats-Unis et l’auteure d’un best-seller où elle avait inventé sa vie pour sa soit-disante autobiographie, et qui va devoir reverser 22 millions de dollars à son éditeur, après la décision d’un tribunal américain.

La triche made in Britain à la une des journaux britanniques

Et notamment les chanteurs du groupe Take That dont les efforts très impressionnants pour contourner le fisc ont été dévoilés hier. « De plus en plus de vedettes ont peur de la honte et déclareront désormais leurs vrais revenus avec plus d’honnêteté », c’est la traduction de la une un peu alambiquée du Times. Le titre de la tribune d’un journaliste du quotidien londonien l’est nettement moins, Gary Barlow, chanteur principal du groupe et principal juge de XFacto r en Grande-Bretagne :« regarde-toi ce matin dans la glace, combien d’écoles en moins avons-nous parce que tu ne paies pas ton dû ? »

Puis la petite triche commerciale à la une du Helsingin Sanomat à Helsinki

Tout un dossier ce matin sur lesmensonges dans le marketing des produits alimentaires de base dans les supermarchés finlandais.

__

Presumably we should now switch to English for the last bit ?

Je vous cite la une du Süddeutsche Zeitung ce matin, telle quelle : « let’s face it ». En anglais : l’Europe doit parler anglais. Le journal bavarois fait un plaidoyer vibrant, en allemand, pour que le continent adopte l’anglais comme lingua franca. Certes, les langues sont une question d’identité, mais au point de devoir payer 33 millions d’euros dans les institutions pour traduire frénétiquement tout dans toutes les langues ?

Le journal bavarois rappelle que l’allemand est la langue maternelle la plus parlée en Europe, mais concède que l’anglais est la seule langue à même d’être comprise partout.

Je n’oserais pas vous citer cet article si Abdel Diouf n’était pas de passage à Genève hier, du coup à la première page du Temps. Le secrétaire général de la francophonie lance un vibrant appel en faveur de la langue française, et de l’Organisation internationale de la Francophonie . Au-delà de la mission évidente de promotion du français, elle est devenue le porte-drapeau de la diversité linguistique, puisque le monde ne peut pas être dominé par une seule langue. « C’est l’enrichissement mutuel entre les différents pays qui permet d’avoir une culture réellement universelle », dit-il. Ouf !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.