Vous conseillez à Najat Vallaud-Belkacem de lire la presse européenne

Pour se sentir moins seule. A la Une en Italie, les syndicats manifestent contre le projet du gouvernement en faveur de ce que Matteo Renzi appelle « la buona scuola », « la bonne école ». Il s’agit de nombreuses réformes dont davantage de fonds privés dans l’enseignement ou la paie des profs en fonction de leurs résultats.

Les syndicats sont loin d’être d’accord, menaçant notamment de boycotter les examens. La ministre de l’Education s’est enfermée hier, « mur contre le mur » comme dit Corriere della Sera avec les représentants du Cgil, du Cisl et autre UIL, des syndicats très remontés.

La ministre de l’Education belge est, elle aussi, menée à rude épreuve

Sous le feu des critiques au Parlement, « essuyant hier une véritable volée de bois vert de l'opposition », je cite La Libre Belgique , à l'occasion d'une série d'interpellations sur sa « gestion dossier » de la dispense des cours philosophiques dans l'enseignement officiel.

Le ton monte d’un cran dans la presse britannique

C’est la guerre contre l'Union Européenne. « It’s war with the EU ». The Express poursuit avec ses unes apocalyptiques sur David Cameron drapé de rouge blanc et bleu, comme on dit outre-Manche.

The Financial Times est l’une des rarissimes voix pro-européennes , et note que le ministre allemand des Finances a déjà rejeté hier à Bruxelles les exigences de son homologue britanniques qu’il a qualifié de « stupides », « silly ».

The Irish Independent réussit à réunir plusieurs thèmes à sa une

Des personnes manifestant contre les hausses dans le prix de l’eau, grand thème sur place – ont hier bloqué la voiture d’une députée travailliste qui sortait d’une réunion à Dublin pour le « oui » au mariage gay, autre grand thème du moment.

Le premier ministre espagnol défend les idées du parti populaire contre la « frivolidad » des frondes internes. « Gouverner, c’est autre chose que parler, c’est tenir des idées claires et agir », explique Mariano Rajoy dans ABC .

Quant aux Grecs, c’est toujours la même chose, sauf que par sa troublante banalité, le titre del’éditorial de Kathimerini détonne : « l’avenir n’a pas l’air bon ».

Vous avez été ému par des images portugaises

Celles dans Diario de Noticias sont magnifiques des 200.000 et quelques pèlerins avec leur bougies , une mer de lumières lors de la procession traditionnelle autour du sanctuaire de Fátima.

J’ai été ému par cela, mais étonné par l’éditorial du Times qui défend les pigeons, trop souvent décriés comme de la vermine volante . Ce sont parmi les oiseaux les plus intelligents, on peut leurs apprendre à jouer au ping pong et on a prouvé qu’ils suivent nos autoroutes, y compris les bifurcations.

Puis j’ai été interpellé par un article dans Trouw au Pays-Bas sur le mouvement Nouveau Républicain qui veut en finir avec la monarchie . On voit un manifestant solitaire avec son panneau entouré d’une mer de personnes habillées d’oranges pour la fête du roi fin avril. Les anti-monarchistes ont retenu une appellation de la langue anglaise pour leur mouvement : « fuck the King » ! Eric vous allez me demander, cela veut dire quoi ? Je vous réponds, la monarchie « es una mierda ! »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.