Les frasques du Président français amusent certains journaux européens, et inquiètent les autres

Commençons par les premiers, surtoutDie Welt qui essaie de contextualiser l’affaire pour un lectorat allemand. Imaginez donc Angela Merkel amoureuse de Götz Georg (un acteur très sexy d’un feuilleton policier), qu’elle rejoint plusieurs fois par semaine sur sa Vespa dans un appartement appartenant à Bushido, un rappeur allemand très controversé. Le journal demande ensuite à ses lecteurs un effort considérable, certes, en imaginant les deux amants dégustant des pains au sésame ensemble au petit matin. Ensuite, Herr (monsieur) Merkel apprend la nouvelle dans le magazine trash Super Illu pour être immédiatement envoyé au plus grand hôpital de Berlin, la Charité. Ensuite, dîtes-vous bien que c’est ce matin même que la chancelière doit donner une conférence de presse internationale. « Parbleu » - la chute est en français dans le texte.

A Londres, The Evening Standard ironise : « tout est dans les chaussures, il est de bon ton d’avoir davantage de paires de chaussures que de partenaires sexuels en cours ". Ce n’est pas le cas du président français visiblement.

Puis, en Italie, La Stampa consacre tout un papier à Julie Gayet, la passionaria qui plait aux socialistes, belle et militante, et un scandale qui pourrait rajeunir même François Hollande.

Et ces frasques présidentielles n’amusent pas tout le monde

A commencer par Le Temps, en Suisse : «François Hollande, la Nabilla de la Ve République ».

Les Français respectent la vie privée de leur Président, mais pas forcément son pitoyable spectacle.

Parmi les plus irrités, les journaux conservateurs, et nul ne l’est autant que le Frankfurter Allgemeine Zeitung , très méprisant à l’égard de ces mots d’amour chuchotés dans le pays voisin qui parle de passion plutôt que des problèmes urgents.

Même son de clochedans The Times : « Change the subject ! » Changez de sujet, son éditorial principal ce matin, axée sur la croissance bien trop basse en France pour tirer le reste de la zone euro du désastre qui lui pend au nez.

The Independent trouve aussi qu’il y a des sujets « vastly more important », d’une importance hautement plus vaste , genre un génocide à éviter en Centrafrique, le rôle clé de la France en Syrie, puis le chômage des jeunes, cette cicatrice dans la vie de milliers de familles, surtout d’origine ethnique.

Article dans leTelegraph , outré ce matin par la polémique déclenchée par l’ambassadeur de France à Londres qui a dressé la liste des dix points où la France n’est pas une « expérience socialiste ratée » mais meilleure que le Royaume-Uni, notamment son service de santé avec deux fois plus de lits d’hôpitaux que chez vous. Et na !

Pendant ce temps, d’autres faits passent inaperçus

Des choses que personne ne remarque, à moins de copier-coller la première page de Nepszapadzag dans Google translator et de se poser la question comme le journal de Budapest, de savoir pourquoi au juste le premier ministre hongrois Viktor Orban vient d’effecteur une visite ultra secrète à Moscou ? Les Russes vont-ils donner des milliards pour la construction d’une centrale nucléaire hongroise et si oui, à quelle conditions ?

Personne ne remarquera non plus les quelques bonnes nouvelles bien cachées ce matin . Il faut copier-coller un petit titre du Morgunbladid pour apprendre que la lumière revient petit à petit sur l’Islande : « En trois semaines nous avons regagné 79 minutes de jour. Le soleil se lèvera aujourd'hui à Reykjavik à 10h57 plutôt qu’à 11h23 au fin fond de décembre ».

Chacun trouve donc sa lumière où il peut.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.