Vous constatez un léger changement d’ambiance dans la presse européenne

Ce n’est pas difficile de trouver des journaux comme ABC , émus par la Marseillaise hier à l’Assemblée Nationale, ou d’autres qui n’ont pas trop osé hier, mais qui publient ce matin la une de Charlie Hebdo .

Le très conservateur Neue Zürcher Zeitung applaudit même François Hollande, c’est inouï dans la presse européenne!, devenu « l’incarnation de la grande nation ». Même ses détracteurs conviennent qu’hier, « il a su trouver les mots justes », c’est la une du journal.

Le Temps se pose néanmoins des questions…

Le quotidien suisse romand évoque à sa une le grand malaise né de la tuerie de Charlie Hebdo . Ils sont de plus en plus nombreux en France à dénoncer une liberté d’expression à deux vitesses. Célébrer Charlie Hebdo et interdire Dieudonné fait débat, et « les musulmans de France peinent à se faire entendre, ayant l’impression qu’il est légitime de critiquer leur religion, mais qu’eux ne peuvent pas brocarder celle des autres », fin de citation .Editorial qui détonne aussi dans Kathimerini en Grèce. Intitulé « Charlie et l’abîme », le quotidien athénien poursuit : « le problème est que nous ne sommes pas tous Charlie. La démocratie, nous en savons quelque chose en Grèce, signifie éviter la dictature d’une monoculture, démocratie égale le pouvoir de la diversité à travers l’imposition scrupuleuse de l’égalité ».

__

  • C’est un grand débat paneuropéen sur l’islam… __

Par exemple, dans les coins les plus reculés et inattendus de notre continent. Prenez la une du Morgnubladid en Islande ce matin où un leader de la droite locale réclame le droit d’enquêter désormais sur le passé de chaque Islandais d’origine musulmane. On n’avait pas entendu le leader du parti indépendantiste britannique depuis une semaine. Voilà Nigel Farage qui prévient à la une du Telegraph contre tous ces ghettos dans la banlieue française où les non musulmans n’ont plus droit d’accès. Le Aftonbladet, à Stockholm, parle de la même chose, mais avec un tout autre point de vue. Il faut plus que des armes pour lutter contre les djihadistes. Il faut combattre la pauvreté dans les cités européennes.

Ils seraient 5.000 djihadistes en Europe

La presse italienne notamment est inquiète devant ce chiffre qui sort ce matin, mais la une la plus glaçante est celle de La Stampa qui montre un gamin djihadiste qui doit avoir maximum 8 ans et qui tire à bout portant, tuant des infidèles. A la une de La Libre Belgique , Rachid Benzine, philosophe franco-marocain, explique que l’islam traverse une grande tragédie. « Il est important de sortir d’un double déni », dit-il. « Le déni de la société française, qui refuse de se poser la question de ce qu’elle a raté au cours de ces quarante dernières années, mais aussi le déni des musulmans qui disent que cela n’a rien à voir avec l’islam ».

Sur le même thème, une marche à Berlin hier

10.000 personnes devant la porte de Brandebourg pour dénoncer à la fois les attentats de Paris et en même temps les anti-islam « maison » des Pegida en Allemagne. Des mots forts et un silence autour de la porte de Brandebourg, titre le Berliner Zeitung , ému. Pendant ce temps The Independent fait sa une sur un sondage qui révèle que 58% des juifs britanniques croient ne plus avoir d’avenir en Europe et que l’antisémitisme en Grande Bretagne ressemble à celui des années 30, c’est nouveau dans la presse britannique. Comme souvent dans les moments difficiles, le Frankfurter Allgemeine Zeitung enfonce le clou : « On croyait que notre continent était confronté à une crise financière. C’est pire, il est désormais face à une vraie crise politique, de société ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.