27 lettres du Prince Charles destinés à des ministres sont publiées par The Guardian

On les appelle les « lettres de l’araignée noire », « The Black Spider Letters, » à cause de l’écriture filiforme du prince. The Guardian exige leur publication depuis plus de 10 ans pour montrer à quel point l’héritier du trône outrepasse son rôle purement constitutionnel en prodiguant toute sorte de conseil aux ministres. Mine de rien, le gouvernement aurait dépensé 400 000 livres pour empêcher leur publication. L’effet fait un peu plouf ! Le prince urgeant par exemple le ministre de l’Environnement à faire davantage pour sauver la légine australe, en anglais The Patagonian Toothfish, le poisson denté de Patagonie.

Même The Guardian concède ce matin que si le prince Charles s’appelait plutôt Charles Windsor, « il serait au mieux un bloggeur sur les questions vertes chez nous ».

En ce jour férié, vous avez trouvé des unes un peu « space »

A commencer, à la surprise générale, par le très austère Frankfurter Allgemeine Zeitung qui montre la mire, pour introduire un papier sur le besoin de prendre du recul dans nos vies actuelles . « On oublie que l’interruption d’activité rend nos vies plus humaines », rappelle le journal qui surprendra plus d’un de ses lecteurs en les incitant à trouver du temps pour (et le verbe allemand est génial) glander par-ci par-là comme une tortue, « herumschildkröteln ».

Space aussi la une du Berliner Zeitun g sur les dix raisons pour lesquelles Berlin profiterait d’une légalisation du cannabis.

De son côté, ABC part dans les nimbes, le journal madrilène étant fasciné par un groupe de physiciens, si l’on en croit le très vénérable Journal of Plasma Physics , ils auraient rencontré un mystérieux nuage d’antimatière lors d’un vol de « investigación atmosférica ».

Dernière Heure en Belgique nous emmène dans le cerveau d’un moine bouddhiste grâce aux recherches d’un éminent neurologue liégeois qui, après avoir étudié le fonctionnement des synapses sous l’effet de la méditation, vante la grande plasticité des neurones sous l’emprise de la transcendance.

Quelques nouvelles sérieuses tout de même ?

En matière d'économie, c’est pire ! Le titre le plus space de tout, le fait que la croissance revienne en Europe, est mentionné dans un petit article du journal financier italien 24 ore – 0,3% de croissance inattendue en Italie par exemple.

Puis une image qu’on a l’habitude de voir à la une de Die Zeit : celle du ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, le regard pénétré devant ses comptes, mais là, la question sort de l’ordinaire : « Que faire de la manne des impôts allemands ? »

40 milliards de plus que prévu d’ici 2019.

Les Belges sont au Japon pour une mission économique. La Libre Belgique en parle avec ce titre qui a retenu particulièrement mon attention : « Au japon, les gaufres, le roi et Delvaux ! (sur les sacs de luxe) ». Le journal bruxellois est très fier de tomber sur un petit « fritkot », (ou friterie), égayant de ses effluves le ciel tokyoïte, mêlant adroitement une sauce wasabi aux bintjes 100% belges.

Pour finir, une excuse ?

Un petit mot d’excuse car je ne pourrai rester pour la chronique suivante. Après l’article que j’ai mentionné hier sur les antimonarchistes aux Pays-Bas, réunis autour du slogan « Fuck the King », j’ai été enjoint dans la journée d’hier par de nombreux auditeurs à lancer une campagne d’un mouvement républicain dont je m’en vais illico presto lancer le hashtag très fédérateur de « Fuck the Guillaume Meurice » !

__

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.