Il y a des matins où le pur hasard de l’actualité juxtapose les thèmes et les personnes les plus inattendus. Aujourd'hui, il y a clairement quatre thèmes qui dominent, et plutôt que d’établir une hiérarchie moi-même, c’est vous qui allez faire le choix. Vous avez donc par ordre alphabétique – Ebola, Isis, les gays et Kim Jong UN.

Le groupe Etat islamique

L’angle le plus étonnant ce matin : les Verts allemands exigent l’envoi de troupes allemandes en Syrie, proposition que le Tageszeitung notamment, journal assez à gauche, a du mal à comprendre.

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung met le projecteur sur les insuffisances de l’armée turque – tous ces chars vétustes datant de la Guerre Froide, amassés le long de la frontière.

Sur place à Ankara, dans Hurriyet le président turc, Erdogan dénonce les Occidentaux qui se prennent pour Laurence d’Arabie, puis papier intéressant sur la ruée vers les barbiers au sud-est de la Turquie par tous ces jeunes Turcs qui se font raser la barbe, de peur d’être pris pour des islamistes.

Kim Jong Un

Son sourire figé accueillera de façon crispante de nombreux lecteurs européens sur leurs premières pages ce matin.

The Independent pose la question : où était-il donc pendant ces 40 jours ? Sans apporter davantage de réponses que les autres. Papier intéressant dans Le Matin suisse (qui doit avoir de bonnes sources car il a fait ses études à Berne dans les années 90) sur sa petite sœur, Kim Yo Jong, qui aurait dirigé le pays pendant son absence.

Les gays

Plusieurs journaux sont passablement étonnés de la volte-face du Vatican et de ce regard « plus bienveillant » comme dit le Temps à Genève, recommandé par le synode des évêques à l’égard des gays.« L’homosexualité comme un trésor précieux, ah bon ? » Die Zeit en Allemagne est incrédule.

« Divorcés, gays, l’église catholique est-elle en train de transformer ? » demande à sa une De Volkskrant aux Pays-Bas, qui aurait été tenté d’utiliser l’expression « virer sa cuti » si cela existait en néerlandais à en juger par la teneur de l’article.

Puis en Italie, La Stampa relève les mots « appogio prezioso » l’appui précieux que peuvent apporter les homosexuels aux personnes qu’ils aiment.

Ebola

« Don’t panic » – ne paniquez pas. Il faut bien connaître la télévision britannique pour saisir tout le deuxième degré de la une de l’Economist . Cette phrase célèbre est prononcée dans l’une des sitcoms les plus connus du pays par un vieux soldat qui coure dans tous les sens, complètement affolé, enjoignant son entourage à ne pas paniquer.

C’est le jugement du journal sur le « chaos », le mot est à la une du Telegraph aussi, que l’on risque de constater à Heathrow ce matin, première journée où l’on va tenter de reconnaître des passagers malades lorsqu’ils débarquent.

Un cas éventuel d’Ebola à Bruxelles est jugé suffisamment grave pour mériter une petite place squeezée parmi les titres concernant le foot dans le journal populaire Dernière Heure , où l’on apprend d’ailleurs que le gel anesthésiant dont on parlait hier sur Eden Hazard n’a pas été si efficace puisque les Belges ont fait match nul contre la Bosnie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.