L’Ukraine toujours à la une aujourd’hui ?

Plus ou moins, surtout en Allemagne. Pour leFrankfurter Allgemeine Zeitung, c’est la guerre par d’autres moyens : Poutine veut une épave politique et économique.

Die Zeit montre une photo glaçante, c’est le journal qui le dit en titre, du Président russe avec son ombre noire projetée sur le plafond derrière lui, visiblement prêt à tout dévorer.

Le Tageszeitung montre celle d’un paramilitaire et pose la question : « qui est sous les casques de ceux qui occupent les bâtiments publics dans l’est ukrainien ? Ils ont des kalachnikovs flambant neuf, des gilets pare-balles, ils disent qu’ils sont du coin mais personne ne les y connaît. Le journal n’étonnera pas grand-monde en révélant que cela pourrait être des Russes.

Sur place l’Ukrainska Pravda confirme, ayant même rencontré quelques vétérans de l’intervention soviétique en Afghanistan.

Les signes de la tension actuelle sont palpables dans le journal populaire allemand Bild mais de façon plus symbolique : nous ne voulons plus les chars russes près de la Porte de Brandebourg ! Ces véhicules sont stationnés devant un monument dédié aux soldats russes qui ont libéré Berlin en 45.

La une d’El pais, en Espagne, est moins palpitante, certes, mais reflète bien l’incertitude du moment « Obama avertit Poutine que son attitude rend difficile une solution diplomatique ».

Et pendant ce temps,à Moscou, Izvestia ne parle pas vraiment de l’Ukraine, quoique, avec sa une : « Les migrants et leurs enfants obtiennent la citoyenneté en échange du service militaire. »

Des premières pages plus inattendues ailleurs…

Estimant peut-être que leurs lecteurs en ont assez de la crise ukrainienne, il y a parfois des choses curieuses qui y atterrissent, comme sur celle du Jornal de Noticias à Lisbonne, très excité par un nouveau jeu, les courses de vibromasseurs, qui se déroulent sur des tables de poker. Le site du journal portugais propose une vidéo de quelques adeptes suivant avec grande attention l’avancée, assez lente, de quelques appareils sur le tapis vert.

Sur les premières pages irlandaises, une annonce pour le moins curieuse :The Irish Timescherche des lecteurs qui aiment les cris stridents des mouettes. Il s’agit d’une annonce pour trouver des candidats prêts à passer l’été sur l’île de Rockabill au large de Dublin où ils pourront gagner 400 euros par semaines à traquer le mouvement des oiseaux autour du phare.

Des clichés qui tombent par-ci, par-là

La presse italienne titre sur la nomination récente de femmes à la tête de quelques-unes des grandes entreprises du pays, ENI, l’équivalent d’EDF ou de la Poste par exemple.

Changement de mœurs aussi sur l’île de Malte, qui a voté hier pour le mariage gay. Beaucoup de journaux l’évoquent ce matin. Signe du temps aussi, dans l’autre sens, dans la ville la plus gay d’Europe : Berlin. Le journal le plus à gauche en Allemagne, le Tageszeitung publie une tribune intéressante sous le titre « le fantasme des barricades » qui demande si une ville aussi libre que Berlin a toujours besoin de son Christopher Day Parade, l’équivalent de la Gay Pride . La communauté gay est elle-même partagée.

Le retour de la lune rousse

Il y en a qui ont de la chance cette nuit. Les lecteurs de The Express britannique frémiront en regardant la vidéo de the BLOOD MOON – la lune de sang, en majuscules.

C’est encore plus beau en espagnol - une « luna de sangre » dans ABC , visible surtout depuis les Canaries, mais quant aux infortunés belges, le titre du Soir de Bruxelles dit tout : La Belgique privée d’éclipse lunaire mardi matin.

The Guardian récompensé par le Pulitzer Prize

Les journaux britannique et américain,The Guardian et The Washington Post ont été récompensés hier à New York par le prix Pulitzer, pour leurs révélations dans l’affaire Edward Snowden. Le Frankfurter Rundschauen Allemagne entamera peut-être un peu la joie de ce dernier journal, une coquille le transformant enWashington Pist , le « pété » de washington.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.