Tous les regards sont tournés vers Kobané, cette ville syrienne à majorité kurde qui livre une bataille héroïque contre les jihadistes

Aujourd'hui, cela fait un mois jour pour jour que cette localité située à la frontière syro-turque est assiégée par les fous de Dieu.

Le Chark Al-Awsat, journal panarabe de Londres, explique en une que selon une source américaine, "Washington encouragerait le déploiement d'une force arabe" pour sauver Kobané.

Les 22 chefs militaires de la coalition internationale se sont réunis hier sur la base d'Andrew, aux Etats-Unis, pour cordonner la lutte contre l'organisation Etat islamique et "les Américains, explique Al-Chark Al-Awsat , auraient fait pression sur les pays arabes qui participent à cette coalition, pour qu'ils envoient des troupes au sol".

"Jusqu'à présent, 21 raids aériens ont ralenti la progression des jihadistes, mais ils ne l'ont pas arrêtée", constate le journal, qui ne dit pas comment les pays arabes ont réagi à ces pressions américaines.

Dans cette guerre contre l'organisation Etat islamique, il y a d'autres fronts chauds

On reparle de Bagdad où les jihadistes, là aussi sont à l'offensive. Le journal panarabeAl-Qods Al-Arabi affirme à la une que les Américains n'excluent pas que "Daech s'empare de la capitale irakienne." On n'en est pas encore là, mais on sent bien que les jihadistes sont loins d'avoir rendu les armes.

En tout cas, le journal libanais Al-Safir constate que la moitié du territoire irakien et un tiers de celui de la Syrie est aujourdhui le théâtre de cette guerre entre la coalition internationale et l'organisation de l'Etat islamique.

A la une de la presse internationale, il y aussi une autre guerre en cours, cette fois ci, contre un ennemi invisible

Il s'agit de la course poursuite pour enrayer la propagation du virus Ebola. Une femme sur le point d'accoucher vient d'être hospitalisée à Anvers, rapporte le quotidien belge Le Soir . "Par mesure de précaution", indique un médecin cité dans l'article. Pas de quoi rassurer les gens.

D'ailleurs, l'International New York Times explique en Une que l'épidémie révèle la vulnérabilité de l'Occident : elle touche les Etats-Unis et l'Europe, notamment l'Espagne, avec quelques cas dont celui de cette infirmière espagnole contaminée au Libéria qui a été rapatriée par un vol militaire.

Problème, rapporte le correspondant du journal à Madrid, l'infirmière a été admise dans un centre hospitalier qui est en passe d'être démantelé à cause des coupes budgétaires. Bref, le journal s'interroge sur les capacités réelles du pays à faire face à Ebola.

La guerre contre le tabac et la cigarette est déclarée à Londres

Le Guardian s'arrête sur les projets anti-tabac du maire de la capitale anglaise, Boris Johnston : il veut tout simplement interdire de fumer dans les 10 principaux parcs de Londres, notamment dans les célèbres Hyde Park et Green Park. Il veut même traquer les fumeurs sur Trafagare Square. Le journal rappelle que depuis 2007, l'Angleterre impose une interdiction de fumer dans les pubs et les restaurants.

Le bouillonnant maire de Londres veut mettre fin au "laissez faire ", en français dans le texte, mais évidemment, les fumeurs voient rouge.

"On ne pourra bientot même plus griller une cigarette dans son propre jardin" s'indigne Simon Clark, qui dirige FOREST, une association qui défend les droits des fumeurs. Choking, isn't it ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.