Des photos frappantes sur les heurts entre Ukraine et Russie

Les premières pages de l’occident sont remplies de photos des heurts hier entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes autour de l’aéroport de Kramatorsk. Celle sur la première page de Nezavissimaya Gazeta ne saurait être plus contrastée. On y voit John Kerry, la baronne Ashton et le ministre des Affaires Etrangères russe, tous avec des sourires ultrabrite. Le journal de Moscou choisit celle-ci pour annoncer la réunion sur la crise ukrainienne qui se tiendra à Genève demain. Quant à l’ingérence russe dans l’Est de l’Ukraine, le journal se limite à citer le site web du Kremlin, où on peut lire que « cette spéculation est basée sur de fausses informations ».

Izvestia continue de son côté de proposer des unes qui n’ont rien à voir, quoique tout aussi glaçantes dans leur genre. Celle d’aujourd’hui : « les personnes infectées par le SIDA, je cite, et par d’autres maladies contagieuses seront contraintes d’enregistrer leurs empreintes digitales, selon un nouveau projet de loi actuellement devant la Douma ».

L’Ukrainska Pravda dit le contraire de la Nezavissimaya Gazeta

Le journal de Kiev affirme détenir des enregistrements par Skype ou les séparatistes qui ont envahi les bâtiments officiels à Donetsk recevaient des instructions directement de la Russie.

Papier intéressant sinon dans le Svenska Dagbladet. La correspondante du journal suédois se trouve elle aussi à Donestk, et voit un net contraste entre les citadins bien habillés, et les pro-russes. Ce n'est pas vraiment la langue maternelle qui détermine si une personne se voit comme russe ou ukrainienne. Il s'agit beaucoup plus d’une notion de classe et d’appartenance sociale, écrit-elle.

Ailleurs, Ukraine ou pas Ukraine ?

Les journaux tergiversent, car l’Ukraine est évidemment importante, mais pas franchement vendeuse. Prenez Bild, le journal populaire allemand, qui accorde la même typo à ses deux principaux titres ce matin. L’un explique comment Poutine voit le monde, l’autre détaille quel jobs sont interdits aux femmes aux seins siliconés. Selon l’aléa 300 des consignes de service de la police allemande, les femmes aux attributs siliconés sont inaptes au service, évidemment tout est enveloppé dans un seul mot allemand : « dienstuntauglich ! » Chez les femmes pompiers en revanche, les dispositions sont moins claires.

Même hésitation dans le journal Die Welt, la une sur le dilemme diabolique auquel le gouvernement de Kiev est confronté. Il y a même une boussole interactive pour que nous devenions nous-mêmes, nous les lecteurs, acteurs de la crise ukrainienne. On peut la faire bouger entre toutes sortes de cas de figure entre intervenir ou ne pas intervenir. Cet indicateur de tendance partage la première page avec un autre article consacré à la question « trop d’hommes barbus rendent-ils les hommes rasés à nouveau attractifs ? »

Dans la même veine, et plus étonnant, le principal éditorial du Guardian ce matin, d’habitude réservés aux affaires sérieuses, s’étonne que les MTV Awards consacrent un prix discerné à la meilleur performance d’un chanteur masculin sans sa chemise, sous la photo et surtout la vidéo d’un certain Zac Efron dûment dénudé.

Plus décoiffante encore, la une du London Evenning Standard sur le sort d’un coiffeur anglais dans la banlieue de Londres. Il avait mis une affiche avec la photo de Kim Jong Un avec la question : « bad hair day ?», « jour de mauvais cheveux ? » proposant 15% de discount.

La police a dû intervenir après la présence persistante de deux hommes d’apparence asiatique en costume gris sinistre qui stationnaient régulièrement devant sa boutique. L’Ambassade de la Corée du Nord est à deux kilomètres du salon, et je vous propose de m’arrêter là car on ne sait jamais qui nous écoute à 6h54 du matin!

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.