La France n'est plus sur les premières pages des journaux européens ce matin

Le service de presse de l’Elysée peut enlever les doigts devant ses yeux pour regarder sans crainte les unes. Là où, ces derniers jours, il n’y en avait que pour François Hollande, aujourd'hui on retrouve des affaires internes, parfois moins que palpitantes, il faut bien le dire.

C’est le cas de la presse irlandaise qui parlait beaucoup de la France cette semaine.

On comprend mieux pourquoi car aujourd’hui The Irish Times est obligé de s’intéresser à la publication par le ministère du Patrimoine d’une étude sur la préservation de la tourbe dans le paysage .

Les exemplaires de l’Irish Independent ne vont peut-être pas s’arracher non plus avec son titre sur le fait que finalement, le clocher d’une tour dublinoise ne sera pas rebaptisé « le clocher de Nelson Mandela. »

Allons en Belgique ou c’est aussi le retour à la normale, car à la Une du Soir de Bruxelles figure le mot « Anderlecht », l’équipe de foot, avec un joueur qui s’appelle apparemment Thorgan Hazard qui serait disposé à la rejoindre.

Sinon polémique dans La Libre Belgique quise demande si les commémorations de la Première Guerre mondiale doivent se dérouler avec ou sans armes. Le ministre-président flamand, Kris Peeters, souhaite qu'une solution soit rapidement trouvée au problème des fusils qu'emporteront des figurants étrangers pour participer à des reconstitutions car la loi belge est très stricte sur la détention d'armes. Le journal craint un véritable imbroglio juridique à ce propos.

__

Autre signe que tout va bien : le Frankfurter Allgemeine Zeitung s’emporte contre les taux d’intérêts

Principal éditorial ce matin sur cette drogue des taux d’intérêts trop bas et leurs méfaits à long terme. Qui dit banque dit la Suisse, et Le Temps s’indigne à sa Une contre cette poignée de quatre ou cinq banques helvètes qui acceptent d’accueillir des clients non déclarés, principalement français et allemands, que les autres établissements n’acceptent plus.

« C’est une stratégie suicidaire au sein de la profession », avertit le journal. Quand ce n’est pas l’argent, c’est la religion.

La presse autrichienne ne sait pas comment réagir aux propos en effet très polémiques de l’archevêque de Salzbourg qui essaie de consoler les femmes qui n’ont pas le droit de devenir prêtres en leur disant, « vous savez, une vie faite d’abstinence sexuelle n’est pas une partie de plaisir non plus ».

Autre signe de normalité: la presse britannique titre sur la famille royale

D’abord au sujet de la nouvelle petite amie du prince Harry, une certaine Cressida Bona s: tout est résolument « on » selon The Express.

The Telegraph dresse la liste des cadeaux bizarres reçus par la famille royale en 2013 –que ce soit une cathédrale en pain d'épice ou encore, la pauvre, le portrait de la reine pyrogravé sur un tronc d'arbre par un parlementaire sri-lankais.Quant à la princesse Anne, on imagine l’enthousiasme feint avec lequel elle a dû réceptionner différents nains de jardin, des anges en plastique ou encore, la pauvre, un livre intitulé « Vos bras me rappellent des pains de viande de porc ».

Avec tout ceci,personne ne remarquera un petit article perdu dans The Independent qui révèle, après des semaines entières de tribunes carrément racistes contre les hordes de Roumains qui devaient débarquer au Royaume-Uni le premier janvier, que pour le moment, une petite trentaine serait arrivée pour chercher du travail.

Il faut vraiment chercher loin pour trouver d’autres scoops aussi, comme par exemple le fait, cité par il Corriere della Sera que les différents services de diplomatie européens se rapprochent secrètement du régime de Bachar el Hassad en Syrie.

Scoop people du jour, peut-être pas hyper fiable mais reproduit néanmoins par L’Unità : l'ancien organe du parti communiste italien est le seul à répandre l’exclusivité du National Enquirer américain selon lequel le mariage du couple Obama serait en difficulté, avec l’annonce imminente d’une séparation. Et si ça, c’est vrai, les frasques hexagonales à côté, ce n’est plus du people, c’est du pipeau.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.