Toutes sortes d’analyses et de retombées des matchs d’hier dans la presse européenne

En gros et comme toujours dans la vie,il y a des contents et des mécontents.

Les Allemands font incontestablement partie de la première catégorie, Bild est extatique ce matin : 3 buts rien qu’en 19 minutes, contre les Suédois !

Tout comme les Anglais, qualifiés maintenant pour la Coupe du Monde, ce qui permet au journal populaire The Sun de mettre, à sa Une, une plaisanterie douteuse sur la coupe « brésilienne ».

Puis les Belges tant qu’à faire : Le Soir de Bruxelles sort trop tôt évidemment, mais consacre son site web au « joli bilan » des Diables Rouges.

Enfin, nous avons les malheureux, et personne n’est plus malheureux que les Hongrois qui ont pourtant battu Andorre, mais Nepszabadsag ne semble pas avoir apprécié la prestation, le journal faisant écho des sifflements assourdissants dans le stade Ferenc Puskas de Budapest.

C’est lorsque l’on tombe sur l’éditorial du Frankfurter Allgemeine Zeitung, consacré lui aussi ce matin au foot –en l’occurrence au Mondial de 2022-, que l’on se dit que ce n’est peut-être pas la peine de chercher d’autres thématiques pan-européennes. Le journal est un poil sarcastique : « quand même, les organisateurs ont fini par écouter les climatologues, et se rendent de plus en plus compte qu’il va peut-être faire un tantinet trop chaud pour jouer au foot dans le désert du Qatar au milieu de l’été. Ceux qui vont faire les frais ? Les JO d’Hiver sans doute ». « Ainsi », conclut joliment le journal, « la montagne prime sur le désert ».

Scandale autour de la demeure particulièrement opulente de l’évêque de Limburg en Allemagne, Erzbischof Tenarz van Elst

Sa nouvelle résidence coûterait 40 millions d’euros, somme qu’il aurait cachée, même au Vatican. Ces révélations filtrent depuis quelques temps déjà dans la presse allemande qui se gausse évidemment des détails. Le journal Bildmet à sa Une ce matin, enfin juste en dessous du foot, des photos de la salle de bain genre grand hôtel de luxe.

Le Tageszeitung, en revanche, veut savoir qui est derrière tout cela : « d’abord les membres de son propre conseil qui veulent de plus en plus se dissocier des goûts de luxe de leur patron et qui nourrissent l’opinion au compte-goutte » – puis, avance le journal, « le nouveau pape n’est pas mécontent non plus du scandale, lui qui veut une église des pauvres ».

Autre scandale en Grande Bretagne, qui resurgit un an plus tard __

Les détails sont pour le moins bizarres.

Un ministre du gouvernement avait demandé, en septembre de l’année dernière, à la police, de lui ouvrir les grandes barrières du Dix Downing Street pour qu’il puisse sortir en vélo. Devant le refus, et condamné à emprunter la petite sortie, il aurait traité le policer de « ploucs. »

Face au tôlé engendré par ses propos, Andrew Mitchell a dû démissionner, lâché même par le Premier ministre. Depuis hier, en revanche, après une année d’enquête, la police admet que sa version des faits n’était peut-être pas tout à fait exacte. __

The Guardian revient ce matin sur cet épisode trivial, « qui sert de test au PH d’une société ». Pourquoi tant de Britanniques ont cru à la police ? Nos policiers sont parfois corrompus, ce n’est pas nouveau. Ce qui est étonnant, pour le journal de gauche, c’est de voir à quel point ils insistent sur leurs mensonges, et à quel point tant de citoyens sont crédules.

Si la police fait ceci à un ministre, que peuvent-ils faire à un jeune noir dans une rue de la banlieue ouvrière, ou même à n’importe qui d’entre nous, -en dehors des Unes et des grands titres.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.