Un lundi où les journaux européens se concentrent sur les affaires purement nationales, à commencer par les élections régionales en Bavière hier avec la victoire écrasante de la CSU, les alliés d’Angela Merkel

Je sais que vous pensez que je suis obsédé par les saucisses, mais il y en a plein, l’image à la Une ce matin de la Tageszeitung, avec un jeu de mot « Voll Horst » – le tout-plein de saucisses devient le tout-plein de Horst Seehofer, le dirigeant du CSU, qui pourra gouverner désormais seul en Bavière avec sa nouvelle majorité absolue. A Munich, même le Süddeustche Zeitung est plutôt résigné. Parfois, c’est beau, parfois moins, parfois une catastrophe, mais la CSU est pour la moitié des bavarois comme le temps –c’est impossible de faire sans. Il faut se résoudre, dit l’éditorial ce matin, au fait qu’en Bavière, il n’y a jamais le changement, car on vote toujours pour ceux qui ne veulent rien changer.

Seul élément nouveau, commenté par tous les journaux allemands ce matin, la dégringolade de la FDP, qui est dans la coalition actuelle avec la chancelière, et dont le sort rend l’issue des élections nationales de dimanche prochain plus incertaine.

Les familles royales continuent à défrayer la chronique

En Belgique, Albert et Paola s'opposent à des photographes trop curieux, c’est sur la première page de La Libre Belgique ce matin. L’ex roi et son épouse pourraient être concernés par une nouvelle affaire judiciaire. L'été dernier, un photographe souhaitait prendre des photos aériennes de leur séjour à l'extérieur à Fenffe. Il l'a fait à l'aide d'un drone, un mini-hélicoptère sur lequel était monté un appareil photo. Cela n'a pas été du goût d'Albert et Paola. Ils ont fait descendre l'appareil, qui a été saisi par la police.

Sinon, toujours intarissable, la famille royale britannique toujours à la Une, avec des titres un peu moins que palpitants, le premier « cuddle » étreinte entre le nouveau bébé et le duc d’Edinbourg prévu aujourd’hui, à la U ne de l’Express, apparemment ils ne s’étaient pas encore rencontrés, puis l’information la plus bizarre cachée dans un petit article du Times, avec une image pour le moins curieuse – il paraît que son épouse, la Reine, se munit régulièrement d’un aimant pour aller chercher dans les tapis du palais des clous qui pourraient blesser les pattes de ses corgis.

On fait de moins en moins de bébés en Europe

Le Jyllands Posten au Danemark s’en inquiète parce que de manière générale, les Européennes, « font moins d’enfants à cause de la crise ». Entre 2008 et 2011, le nombre de nouveau-nés à baissé de 3,5%. Si la tendance ne s’inverse pas, les Etats-providence européens perdront leurs piliers. Personne ne s’en inquiète, mais - et on comprend davantage l’inquiétude du journal danois, « il y a aujourd'hui quatre personnes qui travaillent pour chaque retraité en Europe, en 2060, il n’y en aura que deux ».

__

Les Grecs privés d’un droit au congé étonnant

Sur la première page d’Eleftherotypia à Athènes, les fonctionnaires grecs n’auront plus droit à leurs 6 jours de congés annuels supplémentaires s’ils travaillent sur ordinateur. Cette loi, vieille de 24 ans, vient d’être abolie. Elle remonte à 1989, et stipule également que chaque employé a droit à un fauteuil pivotant qu’ainsi qu’à un bureau avec une surface sombre.

Pendant ce temps, les syndicats polonais sont descendus dans la rue ce weekend –c’est à la une de laGazeta Wyborcza à Varsovie–. «Les manifestants sont contre le gouvernement, certes", dit le journal, "mais de manière plus large contre les changements sociaux en Pologne et les transformations plus générales de la civilisation dans le monde ».

L’information la plus intéressante en termes de géopolitique est cachée dans The Guardian britannique

Le journal croit pouvoir affirmer que les dirigeants américains et iraniens vont se rencontrer pour la première fois depuis la révolution de 1979. Barack Obama pourra rencontrer Hassan Rouhani aux Nations-Unies, le nouveau président iranien que le journal qualifie de modéré, en plus éduqué à Glasgow en Ecosse. Téléhran a également pris le Foreign Office de court, tweetant que ce même président serait disposé à rencontrer le ministre des Affaires Etrangères britannique, sans même que la demande soit faite.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.