La crise du rouble fait la une des journaux russe et internationaux

En RussieNezavissimaia Gazeta titre "Xleb!" veut dire "pain" en russe, et son prix va augmenter. Quand on voit ce mot en titre d’un journal russe, on comprend que l’affaire est sérieuse. La une du journal est on ne peut plus dramatique. "La Banque centrale a enterré le rouble. Les taux d’intérêt record n’ont pas empêché l’effondrement de notre monnaie". Le journal parle d'un taux de change à 100 roubles pour un dollar! Le ton est on ne peut plus contrasté avec Izvestia où il faut chercher dans les pages économie pour apprendre que "la banque centrale et le gouvernement sont à la recherche de mesures visant à stabiliser l’économie".

El Pais n’est pas le seul à mettre le mot "tempête" en titre de son éditorial, l’économie russe s’écroulant à vue d’œil et le pays risquant una convulsión general . Tempête, et pas de capitaine compétent à bord, c’est la une du Financial Times . Le Neue Zürcher Zeitung - notre vieille tante helvétique - parle des "pitreries sauvages" du rouble à sa une. En Allemagne, Der Spiegel met sur la sienne la photo d’Elvira Nabiullina, la dirigeante de la Banque centrale russe, que certains russes accusent carrément de trahison à l’égard de la patrie. En Italie, Il Corriere della Sera est inquiet devant les bonds imprévisibles dans les bourses européennes qui caracolent en haut et en bas, "su e giù".

Et Poutine dans tout ça?

Les journaux ne se frottent pas les mains devant ses malheurs actuels car un Poutine affaibli est un Poutine plus dangereux, avertit Die Welt à Hambourg. The Guardian prévient que souhaiter sa chute serait une pure folie - nul ne sait qui ou quoi le remplacerait. A Varsovie, Gazeta Wyborsca craint même que le président russe déclenche une guerre au Proche Orient, pour détourner l’attention dans son propre pays. Pendant ce temps Aftenposten à Oslo nous rappelle que ce même Poutine vient d’être élu l’homme de l’année en Russie, pour la 15ème année consécutive.

Ce n’est pas tous les jours que le mot «éructation» figure à la une d’un journal

Aujourd’hui si "burp" en anglais, c’est dans celle du Independent , fasciné par ces faibles éructations de méthane détectés sur Mars par le robot Curiosity. Il se pourrait éventuellement "there just might be" que des micros organismes pètent et éructent sur la planète rouge, se félicite le journal. Espace toujours et la une du Matin en Suisse n’est pas moins extravagante sur un site-web romand qui propose depuis minuit des vols en apesanteur à moins de mille euros. Il s’agit de 150 places à bord d’avions qui reproduisent les sensations d’astronautes dans l’espace. Puis pour revenir au méthane, joli portrait dans la rubrique 'Métier du jour" proposé par Die Zeit en Allemagne d’une dame pipi de la ville de Brème. Munie de sa moppe et un sceau d’eau, Renate Müller affronte allègrement la morosité du quotidien. Elle refuse absolument le titre "dame pipi" ("Klofrau"), adoptant l’intitulé officiel de sa fonction "puissance de nettoyage et d’ordre avec affectation dans les sanitaires".

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.